- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

La quenelle©, geste obscène, déposé à l’INPI

Article publié le 6 décembre 2013. Mise à jour le 7 décembre à 10h49. Sur Twitter, l’avocat @IBnSalah [1] nous renvoie vers un article de Rue89 [2] dans lequel on apprend qu’Alain Soral futur ex-compagnon de Dieudonné se lance dans le business du vin, un Beaujolais à la qualité particulière, puisqu’il s’agit d’une “quenelle viticole” (dixit). Ceci expliquerait-il donc cela ?

Disons-le tout de suite. Si Alain Soral et Dieudonné n’instrumentalisaient pas l’islam et bien des musulmans naïfs qui les ont érigés au rang d’intouchables, nous ne consacrerions pas de billets à ce geste particulièrement vulgaire qu’est la quenelle.

Evacuons un point : la quenelle n’est ni en soi un geste antisémite ni même un salut nazi inversé. L’affirmer est inepte – et du reste dessert les anti-Dieudonné qui par leur outrance se tirent une balle dans le pied. Que le geste soit systématiquement associé à des propos antisémites ne suffit pas à justifier l’amalgame avec le salut nazi. Passons. Notre propos aujourd’hui ne portera ni sur l’antisémitisme ni sur Dieudonné lui-même, mais bien sur la quenelle.

Une sodomie symbolique

La quenelle est un geste particulièrement vulgaire. Dieudonné ne le cache pas : il s’agit d’enfoncer, avec plus ou moins de profondeur et d’ardeur, son bras dans le rectum de celle ou celui que l’on ne porte pas dans son coeur. S’introduire de la sorte dans le corps d’un tiers porte un nom : une sodomie, laquelle s’admet aussi par l’usage de tout autre membre que l’attribut masculin, voire par quelques objets chez les plus imaginatifs.

Faudra-t-il, pour s’en convaincre, rappeler le détournement du Chant des partisans le mois dernier par Dieudonné, détournement à l’adresse du président de la République François Hollande. Dieudonné demande au président s’il “sent glisser” une “quenelle” en lui. Le verbe cru, la vulgarité assumée, le comique ne dit évidemment pas “en lui”.

L’affaire est évidemment symbolique. Il n’y a pas sodomie effective. C’est le propre de l’insulte sexuelle. La quenelle n’en demeure pas moins obscène et donc inacceptable pour qui a une once de morale.

Le musulman n’est pas vulgaire

Il ne sied pas au musulman, comme à quiconque du reste, d’être vulgaire. Rappelons à toute fin utile quelques principes enseignés par notre noble Prophète (paix et bénédiction sur lui), qui certes ne sont pas dans l’air du temps, tant il faut être graveleux, grossier et injurieux pour être dans le coup.

Citons par exemple le sens de ce célèbre hadith, rapporté par At-Tirmidhi (qu’Allah lui accorde Sa Miséricorde).

« Rien n’est plus lourd dans la balance d’un croyant le jour de la Résurrection qu’un bon caractère. Allah déteste l’homme grossier qui prononce des paroles obscènes »

Vous lisez bien. Notre Seigneur, et non le voisin du coin ni le sinistre Al-Kanz, déteste, le mot est fort, déteste la vulgarité. Quel esprit égaré peut-il se ficher de ce que Son Seigneur déteste et s’adonner au geste obscène qu’est la quenelle ? Continuons.

Les hadiths, les versets, les préceptes relatifs à la bonne conduite, au bon comportement sont innombrables en islam. Le Prophète (paix et bénédiction sur lui) a maintes fois insisté sur le bon comportement (husnu-l-khuluq), qui forge le musulman et permet à autrui d’être à “l’abri du mal de sa langue et de sa main » (sens d’une partie d’un hadith rapporté par Muslim).

Citons encore le sens de ce hadith dans lequel le Prophète (paix et bénédiction sur lui) dit : « Celui qui me garantit ce qu’il a entre ses mâchoires et ce qu’il a entre ses jambes je lui garantis le Paradis. » “Entre ses mâchoires” renvoie à la langue, “entre ses jambes” renvoie au sexe.

La vulgarité est laideur. Elle souille la langue et le coeur de celui qui est vulgaire. Il est à ce titre insupportable d’entendre tous ces jeunes musulmans partisans de Dieudonné soutenir cette vulgaire quenelle entre deux “Wallah” (c’est-à-dire “par Allah”) et autres références islamiques. Sans parler du prétendu soutien à la Palestine. Si certains sont convaincus par le pouvoir révolutionnaire de la sodomisation chansonnière de François Hollande et ses effets salvateurs sur la Palestine, qu’ils nous épargnent toute association avec l’islam, les musulmans. Et la Palestine.

Quenelle©

Terminons donc avec une information qui nous est envoyée par Hedi, lecteur d’Al-Kanz. Lisons d’abord ce qui suit ensemble.

Marque : quenelle
Classification de Nice : 32 ; 33
Produits et services
32 Bières ; eaux minérales et gazeuses ; boissons à base de fruits et jus de fruits ; sirops et autres préparations pour faire des boissons ; limonades ; nectars de fruit ; sodas ; apéritifs sans alcool ;
33 Boissons alcoolisées (à l’exception des bières) ; cidres ; digestifs (alcools et liqueurs) ; vins ; spiritueux.
Publication 2013-10-25 (BOPI 2013-43)

Marque : quenelle +
Classification de Nice : 38
Produits et services
38 Télécommunications ; informations en matière de télécommunications ; communications par terminaux d’ordinateurs ou par réseau de fibres optiques ; communications radiophoniques ou téléphoniques ; services de radiotéléphonie mobile ; fourniture d’accès utilisateur à des réseaux informatiques mondiaux ; mise à disposition de forums en ligne ; fourniture d’accès à des bases de données ; services d’affichage électronique (télécommunications) ; raccordement par télécommunications à un réseau informatique mondial ; agences de presse ou d’informations (nouvelles) ; location d’appareils de télécommunication ; émissions radiophoniques ou télévisées ; services de téléconférences ou de visioconférences ; services de messagerie électronique ; location de temps d’accès à des réseaux informatiques mondiaux.
Publication 2013-10-18 (BOPI 2013-42)

Si vous avez déjà surfé sur le site de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI), ce qui suit vous est immédiatement compréhensible. Il s’agit des informations relatives au dépôt de la marque “quenelle” et “quenelle+”. Les marques ont été déposées le 18 et 25 octobre dernier par la société Productions de la plume, dont la gestionnaire n’est autre que l’épouse de Dieudonné.

On remarquera que le choix ne s’est porté que sur trois classes, alors que l’on compte en tout 45 classes. Pour rappel, l’INPI a établi ces catégories afin précisément de classer les différents produits et services qui peuvent exister. Dans le cas présent, les classes 32 et 38 sont relatives à des boissons. La 38 à ce qui se rapporte aux télécommunications et à Internet. Il ne s’agit vraisemblablement pas de protéger le concept de quenelle, sinon toutes les classes auraient été choisies – malgré les frais afférents –, mais bien de cibler spécifiquement ces trois classes. La quenelle de Dieudonné pourrait donc dans les prochaines semaines passer du symbole au concret : un soda ? une bière ? un webzine ?

Pour accéder au site de l’INPI pour la marque “quenelle” et “quenelle+”, cliquez sur le lien suivant, puis utilisez le formulaire de recherche : INPI – Quenelle [3]