- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

L’horreur en Centrafrique [image très violente]

grand-mere peuhl
©Peter Bouckaert

Dans notre société de l’image, ce qui n’est pas vu n’existe pas. Même si voir crève le coeur, suscite l’horreur et le dégoût, il est parfois nécessaire de montrer au monde la réalité, crue, telle qu’elle est.

D’aucuns parleront de voyeurisme, d’autres de sensationnalisme. Depuis plusieurs semaines, Peter Bouckaert, directeur de la section Urgences de Human Rights Watch [1], témoigne des exactions commises en Centrafrique [2], sans prendre partie ni pour les uns ni pour les autres.

Avec la même intransigeance, il rapporte le malheur, les morts et la folie qui font le quotidien de ce pays martyrisé.

S’il y a bien une épuration ethnique qui touche les musulmans, comme Amnesty International l’a signalé – sans qu’au passage ni le CFCM, ni l’UOIF, ni la mosquée de Paris ou la mosquée d’Evry et autres représentants médiatiques de l’islam de France ne s’en émeuvent publiquement –, cette folie tue aussi des chrétiens, comme ce fut le cas du frère du chauffeur de Peter Bouckaert, soupçonné d’être musulman par les miliciens antibalaka.

L’horreur en Centrafrique s’est exprimé lors du lynchage d’un homme, musulman, a qui les bras, la jambe gauche et le pied droit ont été tranchés, comme le constata ce matin Peter Bouckaert à son arrivée à Bangui, la capitale.

L’horreur en image, la voici. Il ne s’agit pas de guerre, il ne s’agit pas de soldats qui perdent la vie lors de combat. Il s’agit de civils pourchassés, puis mutilés de la pire des manières. Tués parce qu’ils sont musulmans.

Inna liLlah wa inna ilayhi raji’un. C’est à Dieu que nous sommes et c’est à Lui que nous retournons.
Que la paix revienne en Centrafrique et dans le monde.