- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Quand la France importe le conflit israélo-palestinien, puis se parjure

la france en israel - twitter
Ce tweet a été supprimé par l’ambassade de France en Israël

Le Premier ministre français, Manuel Valls [1], chef de file actuel du communautarisme sélectif, multiplie ces derniers jours, le sourcil martial, les appels à ne pas importer le conflit israélo-palestinien.

La République de Valls

En bon vice-ministre israélien des Affaires étrangères, l’ancien maire d’Evry, plus préoccupé par l’image d’Israël en France que du pouvoir d’achat des Français et de la crise qui abîme notre pays, consacre donc son temps précieux à défendre l’indéfendable.

Les naïfs prennent pour argent comptant les éléments de langage de l’hôte de Matigon. Les autres entendent clairement ce que Manuel Valls, propalestinien repenti, dit : les manifestations de solidarité avec le peuple palestinien seront réduites à leur expression minimale.

S’agissant de la solidarité avec les tueries de Tsahal, la République blablabla, le droit de se défendre blablabla, la seule démocratie au Proche-Orient blablabla et toussa, de très nombreux politiques, même au sein du parti socialiste, et journalistes ne sont pas dupes du jeu de Valls. Mais, tous craignent d’être taxés par l’anathème qui ruinerait leur carrière : l’accusation d’antisémitisme.

Mais les Internets veillent

Le Premier ministre ne ménage pas sa peine. Sans recul ni précaution, il dénonça très rapidement dans un communiqué de presse la fausse attaque de la synagogue de la Roquette [2], sur la base d’informations non seulement non vérifiées, mais délibérément mensongères.

Malgré le démenti formel de Serge Benhaïm, président de la synagogue, qui a assuré au micro du journaliste d’i-Télé, Julien Nény [3], qu’il n’y a eu aucune attaque, Manuel Valls n’a pas jugé nécessaire de faire amende honorable. Dans la République de Valls, la lutte contre l’antisémitisme vaut bien quelques écarts avec les faits. Qu’on se le dise, l’égalité de tous les citoyens n’engage que ceux qui y croient.

Mais voilà, la France regorge de félons qui refusent de se plier aux injonctions et autres recommandations comminatoires du pantomime sourcilleux. L’excellente interview de Julien Nény a été très largement diffusée sur les réseaux sociaux, affectant sérieusement la manipulation visant à faire taire la mobilisation de solidarité avec Gaza.

Mais ce n’est pas tout. Après la mort d’un djihadiste juif [8], originaire de Lyon, l’ambassade de France en Israël adressa sur Twitter et sur son site Internet “ses condoléances à la famille du soldat franco-israélien Jordan Benshemoun”. Consternation sur les réseaux sociaux, infestés de séditieux, qui ne comprennent pas comment on peut soutenir des tueurs de civils. La réprobation fut grande, si bien que les autorités françaises décidèrent de supprimer le tweet, que nous avons pris soin de sauvegarder avant sa suppression. Voici ce qu’il en reste.

Idem sur le site de l’ambassade de France en Israël. La page, alors accessible à l’adresse suivante : http://www.ambafrance-il.org/Condoleances-de-l-Ambassade-de [11], a été supprimée.

la france en israel

Voilà ce que l’on trouve désormais à la place. Une erreur 404.

erreur 404 ambassade israel

Bravo à l’ambassade de France en Israël (ou le contraire). C’est Manuel Valls qui doit être fier de vous voir ne pas “importer le conflit israélo-palestinien”.

valls israel palestine

That’s all folks !