- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Ensemble pour une rentrée en septembre au collège Amana d’Aulnay-sous-Bois

college amana travaux [1]
Le collège Amana en travaux

Crowdfunding [2]. Au début du mois, outre le partenariat entre Al-Kanz et le société 570 [3], société spécialisée en finance islamique, nous vous présentions sept projets éducatifs en recherche de financement sur la plateforme de financement participatif Easi Up [4].

Lire – Tous ensemble pour l’éducation : finançons sept projets d’avenir [5]

Aujourd’hui, focus sur l’un de ces sept projets, focus sur le collège Amana. Mais voyons d’abord quelques chiffres qui reflètent une triste réalité :

1- Selon un rapport de la Cour des comptes, intitulé “L’éducation nationale face à l’objectif de la réussite de tous les élèves [6] » et publié en 2010, seuls “18 % des élèves issus d’un milieu social défavorisé obtiennent un baccalauréat général contre 78 % pour les élèves de familles favorisées”.
2- La France est la championne des pays de l’OCDE en matière de redoublement : 23,5 % des élèves interrogés dans le cadre de l’enquête PISA 2009 indiquent avoir redoublé au collège, apprenait-on en octobre 2012 [7].
3- Dans une proposition de loi, enregistrée le 27 février 2013 [8], des députés rappelaient, sur la base d’une enquête du Health Behaviour in School-Aged Children (HBSC), que “plus de la moitié (59,3 %) des élèves en classe de sixième ont déjà goûté à une boisson alcoolisée (59,3 %) et huit élèves sur dix (83,2 %) en classe de troisième.”
4- Toujours selon cette étude, publiée en avril en avril 2012 et citée par Le Monde [9], 1,5 % des collégiens en 6e ont goûté au cannabis et 23,9 % en 3e.

S’agissant des deux derniers points, ces chiffres sont évidemment à relativiser. Tous les collégiens du public ne deviennent pas cannabisophiles ou fans de bières. Pour autant, même si alcool et drogues étaient totalement absents des établissements scolaires, la dégradation de l’enseignement, qui ne relève ni du mythe ni d’une vision passéiste ou rétrograde, est inquiétante. L’Education nationale est en panne. C’est l’une des raisons pour lesquelles des établissements privés voient aujourd’hui le jour, comme le groupe scolaire Amana et son collège [10], qui aujourd’hui a besoin d’un coup de pouce de la communauté.

collège_93_Amana_visuel_easiup [1]

Le groupe scolaire Amana, situé à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), c’est d’abord une association composée de membres rompus à l’éducation (une quinzaine d’années d’expérience pour certains). Après avoir fait l’acquisition des locaux indispensables pour ouvrir les premières classes du collège, Amana doit financer une partie des travaux à réaliser, soit 16 000 euros pour le chauffage et la ventilation. C’est là que la plateforme de financement participatif Easi Up et nous tous entrons en jeu. Participons activement à l’éducation et au développement de l’enseignement musulman privé en France.

Rappelons à toute fin utile que ce projet, à l’instar de tous ceux proposés sur la plateforme Easi Up, a été soigneusement étudié avant de vous être soumis (cohérence, viabilité, expérience et sérieux de l’équipe, etc.).

Financement de l’aménagement des locaux du collège Amana

Ayons ensemble le souci des générations futures. Un collège est un projet à très long terme. Investissons dans l’avenir, pour nos enfants. Investissons aujourd’hui et profitons de la bénédiction des derniers jours de ramadan. Ne laissons pas passer cette opportunité. Pour donner, cliquez sur le lien suivant : Je finance l’aménagement des locaux du collège Amana pour assurer une ouverture en septembre prochain (rentrée 2014) [1].