- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Quel avenir pour les écoles privées musulmanes en France ?

Pour nos parents, voir leurs enfants aller à l’école suffisait à être ravi. Aujourd’hui, les générations suivantes, souvent plus aisées financièrement et jouissant d’un meilleur niveau d’études (merci aux parents), s’investissent plus et sont ainsi de plus en plus concernées par les questions d’éducation. C’est donc tout naturellement que nous voyons fleurir ces dernières années des projets d’écoles privées musulmanes, dont un bon nombre est en exercice.

Les écoles musulmanes, 0,3 % des écoles privées en France

Etudier les données chiffrées de l’enseignement privé en général permet de mieux situer et de mieux comprendre l’essor de l’enseignement musulman à travers la multiplication des écoles privées.

Cela permet surtout de mesurer l’ampleur du retard que nous avons à rattraper ; retard qui se traduira nécessairement par une augmentation significative du nombre d’écoles dans les années à venir in cha’a-Llah. On constate d’ailleurs aujourd’hui une floraison de projets d’écoles, la machine est donc bien lancée.

Nous sommes aujourd’hui 65 millions de français dans l’Hexagone, et selon les différentes sources, 6 à 10 % d’entre nous sont musulmans (source IFOP).

Par ailleurs, on dénombre en France entre 9 000 et 9 500 écoles privées. Il serait donc naturel que l’on retrouve la même répartition, à savoir qu’environ 8 % des écoles privées soient des écoles musulmanes. On pourrait se dire, en toute logique proportionnelle, y avoir 720 écoles (enseignements primaire et secondaire confondus). Il n’en est rien.

A ce jour, les écoles, collèges et lycées musulmans de France [1] en exercice ne dépassent pas la trentaine d’établissements, plus une quinzaine de projets d’écoles. Nous sommes loin des 720…

Répartition des écoles privées en France - EASI UP
Source : Education nationale [2]

Comme on le constate sur l’image ci-dessus, on compte 8 485 établissements pour l’enseignement catholique et 282 écoles pour l’enseignement privé juif ; soit près de 300 fois plus que l’enseignement musulman pour le premier et près de dix fois pour le second.

Ajoutons que parmi les écoles privées musulmans, deux ou trois sont sous contrat avec l’Etat.

Seules quelques écoles musulmanes bénéficient de subventions de l’état

Une école privée dite « agréée » est une école officielle, reconnue par l’académie. Elle a le droit de dispenser un enseigner et doit se soumettre aux éventuels contrôles de l’inspection académique qui jugera de la conformité des locaux et de l’adéquation du programme dispensée dans cette école avec ceux de l’Education nationale.

Une école dite « sous contrat » est non seulement agréée mais elle bénéficie, en outre, de subventions de l’Etat, qui permettent de prendre en charge les salaires des enseignants, principal poste de dépense des écoles. Autant dire que ces subventions sont significatives et souvent vitales.

La majorité des écoles musulmanes sont « agréées », mais ne sont pas « sous contrat ». Elles ne bénéficient donc d’aucunes subventions. Pour obtenir ce fameux contrat, il faut justifier de cinq ans d’activité comme école « agréée », condition à laquelle très peu d’écoles musulmanes répondent à ce jour.

Les écoles catholiques et juives sont quant à elles à 90 % sous contrat. Elles bénéficient ainsi de ces subventions publiques, soit, pour l’année 2013, une enveloppe de 7 milliards d’euros octroyés par le ministère de l’Education [3].

Subventions de l'état attribuées aux écoles - EASI UP
Source : Senat.fr [3]

L’avenir de l’enseignement privé musulman se joue maintenant

L’avenir des écoles privées musulmanes se joue indéniablement maintenant, essentiellement pour deux raisons :

– Mis à part quelques établissements qui existent depuis un certain temps, la plupart des écoles privées musulmanes approchent peu à peu de la maturité qui leur permettra de stabiliser leur fonctionnement, notamment en pérennisant leurs infrastructures (locaux, mobilier, matériel, etc.).

– Les écoles en projet ou les futurs projets, qui devraient se multiplier dans les années à venir, s’inspireront nécessairement des écoles existantes. Il est donc crucial que nous investissions en masse dans ces écoles déjà en place afin de les consolider.

Ensemble, nous pouvons pérenniser le développement de l’enseignement privé musulman en France, et ainsi offrir aux enfants des écoles dignes de ce nom. C’est pourquoi nous vous proposons aujourd’hui très concrètement de clore le financement de deux projets afin d’assurer une rentrée sereine à deux écoles.

Financement de l’aménagement des classes de l’école privée musulmane Amana à Montpellier

L’école Amana de Montpellier, première école privée musulmane du Languedoc-Roussillon, ouvrira ses portes dans une dizaine de jours. Elle a besoin de nous pour finaliser son installation.

Financement de l’aménagement des locaux du collège Amana

Le collège Amana située au coeur de la Seine-Saint-Denis, achève actuellement ses travaux de mise aux normes.