- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Eviter les arnaques au hajj : bien choisir son agence de voyage

Guide du hajj sans souci : bien choisir son agence de voyage
Crédit ©thinkdraw [1]

Hajj [2]. Contrairement à ce que l’on peut penser, les dernières semaines avant le hajj sont bien plus propices aux arnaques que le reste du temps. Les futurs pèlerins craignent de ne plus trouver de place, ils sont donc moins vigilants. Les rabatteurs et les agents de voyage malhonnêtes ont ainsi des proies plus faciles à appréhender.

Même si le hajj a lieu dans moins d’un mois, nous avons choisi de publier de nouveaux ces conseils, car ils pourront servir tant à ceux qui n’ont pas encore pris leurs billets – ils sont nombreux – qu’à ceux qui l’ont déjà pris. Ces derniers pourront ainsi vérifier si l’agence choisie est en règle. Ajoutons que publier des mises en garde et autres articles de prévention plusieurs mois avant le hajj s’avère malheureusement inefficace de nombreuses personnes.

Bien choisir l’agence de voyage

Bien choisir l’agence de voyage avec laquelle on compte partir en pèlerinage est fondamental. On peut même dire que la réussite du hajj dépend en très grande partie du choix de l’agence. Le pèlerinage à La Mecque reste un marché très lucratif, qui n’est toujours pas à l’abri des intentions cupides et malhonnêtes.

Pour autant, choisir une bonne agence sans se tromper est possible. On ne devient une proie qu’à partir du moment où on laisse le soin à d’autres de nous proposer une agence. Pour peu que l’on se prenne un tant soit peu en main, pour peu que l’on fasse l’effort de se renseigner sur l’agence, ses pratiques et son respect des règles en vigueur, la probabilité de se faire arnaquer diminue considérablement. Des bonnes agences, des agences honnêtes, il en existe. Les conseils suivants, d’ordre général, permettront à chacun de mieux se préparer et de mieux choisir son agence ou, dans le cas de celles et ceux qui ont déjà acheté leurs billets, de savoir si toute la procédure a été correctement effectuée.

Vérifiez le numéro d’agrément de licence

Chaque agence dispose d’un numéro d’agrément donnée par la préfecture. C’est ce qui l’autorise à organiser des voyages. Vérifiez que l’agence que vous choisissez en possède bien un. Ce numéro doit apparaître aussi dans les tracts publicitaires.

Aujourd’hui, grâce à Internet, il est possible de retrouver le numéro de licence – quand il existe — sur les sites Internet des agences de voyage. Il apparaît généralement sous la forme suivante : LI 075 79 0098. Parfois, l’agence ne mentionne pas les deux lettres LI et/ou indique par exemple “Licence d’agent de voyage”.

Plus qu’un simple numéro, cette information est un atout commercial et de communication pour une agence, puisqu’il rassure les clients potentiels. Il est donc étrange de ne pas le voir apparaître. N’hésitez pas à prendre directement contact avec les agences qui ne l’indiquent pas sur leur site Internet. Il se peut que ce ne soit qu’un oubli, mais mieux vaut être prévoyant.

Vérifiez le nombre de pèlerins que l’agence peut légalement prendre en charge

Chaque agence se voit octroyer par les autorités saoudiennes un nombre précis de pèlerins. Elle ne peut pas vendre de billets autant qu’elle veut. C’est l’Arabie saoudite qui lui dit : “Cette année, nous vous donnons la possibilité de vendre aux futurs pèlerins qui se présenteront à vous 1 500 billets.” L’agence ne devra pas en vendre plus, sinon tous les billets vendus en plus des 1 500 autorisés seront des billets pour des chambres d’hôtel ou des billets d’avion qui n’existent pas. Ou tout au moins qui ne lui sont pas attribués. Or, il n’est pas rare que certaines agences vendent plus de billets dans l’espoir de trouver après-coup des visas. C’est alors la roulette russe.

Soyez prudents. Renseignez-vous sur la capacité précise et le nombre réel de pèlerins que l’agence peut prendre en charge. Une agence qui vend plus de billets qu’elle n’en possède réellement est dans l’illégalité. Les premières victimes sont évidemment les pèlerins qui se font avoir et qui se retrouvent coincés à l’aéroport, car ils ne peuvent prendre l’avion : ils auront acheté des billets pour le hajj sur les lieux saints de l’islam, mais n’auront pu partir car l’agence choisie n’aura pas réussi à obtenir les visas qu’elle espérait avoir – hors attribution de l’Arabie saoudite.

Vérifiez le type de visa proposé par l’agence

Toute personne souhaitant accomplir le hajj est tenu de passer par une agence de voyage (ou une association habilitée) agréée par la commission nationale du hajj, dépendante des autorités saoudiennes. Il est en effet inutile de contacter les services consulaires saoudiens pour obtenir des visas individuels. L’Arabie saoudite n’en délivre pas.

Renseignez-vous sur le type de visa que l’agence propose. Le voyagiste doit vous délivrer un visa réglementaire « spécial hajj ». Vous le reconnaîtrez grâce au sticker collé dessus. Sachez par ailleurs que la loi saoudienne impose la gratuité des visas. L’agence n’a donc pas le droit de vous vendre un visa hajj ni de vous demander un complément pour l’obtenir.

Le visa pour le hajj est bien gratuit. Pourtant, les agences de voyage continuent à le faire payer au prix fort. Il faut dire qu’il existe un marché parallèle entre les agences de voyage : certaines agences non agréées par l’Arabie saoudite rachètent des visas mis en vente par d’autres agences, elles agréées. C’est ainsi que ce visa, gratuit, est ensuite facturé 1 000 euros de plus aux pèlerins.

Contactez l’ambassade d’Arabie saoudite pour vérification

Comme précisé précédemment, c’est l’Arabie saoudite qui choisit les agences organisatrices. Toute agence peut organiser le hajj dès lors qu’elle s’engage auprès du ministère saoudien du hajj à respecter les conditions requises. Les agences qui n’ont pas respecté leurs engagements sont soit interdites d’organisation de hajj soit mises en liste noire. Elles voient, le cas échéant, leur quota de visas diminuer. Mais le quota peut augmenter pour les bonnes agences.

Il faut le répéter toute agence ne peut organiser le pèlerinage à La Mecque qu’avec l’aval des autorités saoudiennes. N’hésitez pas à contacter l’ambassade d’Arabie saoudite pour vérifier si l’agence qui vous a démarché ou avec qui vous projetez de partir est autorisée à organiser le hajj. Le ministère des Affaires étrangères saoudiens possède la liste complète des agences agréées, interdites ou en liste noire. La liste noire contient les agences ayant mal assuré ou n’ayant pas honoré leurs engagements. Les agences interdites sont celles qui ont commis de graves infractions.

Si vous avez d’autres conseils que nous aurions oubliés, n’hésitez pas à les partager en commentaire. Les règles relatives au hajj ayant beaucoup évolué ces dernières années, n’hésitez pas là encore à compléter notre propos, voire à le corriger ou le mettre à jour.