- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Aïd al-adha 2014 : combien vous coûte cette année votre mouton ?

mouton tondu
©Shutterstock [1]. Les musulmans vont aussi se faire tondre. Sans réagir ?

L’an dernier, en octobre, quelques jours après l’aïd al-adha, et donc le sacrifice du mouton [2], nous vous interrogions sur le prix de la bête que vous aviez achetée à cette occasion. Voici les résultats d’alors.

Combien avez-vous payé votre mouton de l'aïd ?

  • Entre 150 et 200 euros (32%, 1 489 Votes)
  • Entre 199 et 250 euros (26%, 1 200 Votes)
  • Entre 100 et 149 euros (18%, 828 Votes)
  • Entre 249 et 300 euros (13%, 588 Votes)
  • Moins de 100 euros (6%, 266 Votes)
  • Plus de 300 euros (5%, 252 Votes)

Total de votants: 4 623

Loading ... Loading ...

Lire – Mouton de l’aïd : combien l’avez-vous payé ? [3]

Nous décidons de renouveler cette consultation en vous invitons à répondre au sondage suivant.

Aïd al-adha 2014 : combien vous coûte cette année votre mouton ?

  • Entre 150 et 250 euros (57%, 1 204 Votes)
  • Plus de 250 euros (21%, 436 Votes)
  • Plus de 100 euros mais moins de 150 euros (15%, 310 Votes)
  • Moins de 100 euros (7%, 144 Votes)

Total de votants: 2 094

Loading ... Loading ...

Moins que les résultats de ce sondage, c’est bien la volonté de voir chacun s’engager véritablement d’abord dans une réflexion – et non une réaction aussi épidermique qu’éphémère quand approche l’aïd –, ensuite dans une action vers le changement.

Nous proposons depuis quelques années deux pistes de réflexion :
1- un permis de sacrifice qui à l’instar du permis de pêche permettrait à toute personne qui aurait suivi une formation théorique et technique de pouvoir pratiquer lui-même le sacrifice le jour de l’aïd al-adha, mais aussi toute l’année dans des lieux appropriés et prévus à cet effet.

2- des partenariats à l’année entre chaque mosquée et un ou plusieurs éleveurs, afin que ces derniers puissent disposer d’une clientèle fidèle et présente de janvier à décembre pour en échange offrir à la vente des moutons au prix identique à celui pratiquer en-dehors de l’aïd al-adha.

Ces deux propositions préservent le rite de l’aïd, sécurisent toute l’année l’activité des éleveurs, favorisent les productions locales (fini les moutons britanniques ou d’Europe de l’Est), empêchent les arnaques au faux halal et appellent d’autres partenariats qui pourraient être établis entre les agriculteurs et les mosquées [4] et/ou écoles musulmanes (pédagogiques, économiques, solidaires, etc.)

N’hésitez pas à suggérer d’autres initiatives qui favorisent les demandes et besoins relatifs à cette fête (exit les appels, qui plus est tardifs, au boycott et autres exigences improductives).