- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

“Etre la e-boutique du week-end sur le site Al-Kanz ça donne ça”

publicite©Shutterstock [1]

La semaine dernière, la e-commerçante de Nour bougies factory [2] a publié un tweet qui nous amène aujourd’hui à revenir sur la nécessité pour une entreprise de communiquer et sur quelques malentendus.

Lorsque des entrepreneurs nous contactent pour faire leur promotion sur Al-Kanz, il arrive que certains nous demandent si nous pouvons leur assurer que la bannière de publicité aura un impact sur leurs ventes (de services ou de produits).

Un entrepreneur nous a même demandé, voilà quelques années texto : “combien ton site va me vendre de produits ?” Réponse : un site n’a pas vocation à vendre les services et les produits des annonceurs qui y annoncent.

Visibilité, notoriété et trafic

Ce qu’offre un site Internet, c’est :
1) la visibilité
2) la notoriété
3) le trafic.
A charge ensuite au site destinataire, celui sur lequel on arrive lorsque l’on clique sur la bannière, de transformer au mieux les internautes qui ont cliqué sur la bannière en acheteurs. On parle de taux de transformation ou de taux de conversion.

Le trafic – point 3 – se mesure à l’aune des statistiques fournies, pour Al-Kanz, par Google Analytics [3]. Visibilité et notoriété sont plus complexes à appréhender. Ainsi, il n’est pas rare qu’un annonceur ne tienne pas compte (volontairement ?) des points 1 et 2. Ce peut être de bonne guerre – mais si limite – lorsqu’il s’agit de négocier à la baisse les futures campagnes.

C’est plus préoccupant pour l’annonceur s’il ne saisit pas l’importance d’asseoir sa marque : lorsque Danone dépense des millions d’euros en affiches publicitaires où figurent un yaourt, ça n’est certainement pas pour apprendre aux consommateurs que ce que cette entreprise centenaire commercialise des yaourts. Idem pour Coca-Cola qui dépense des sommes pharaoniques pour rappeler qu’elle vend… du Coca-Cola.

Asseoir sa marque en la faisant connaître

Si des milliards sont dépensés dans le monde en publicité, marketing, communication, c’est pour que les consommateurs associent spontanément un produit à une marque. Danone, pour ne citer qu’un exemple, veut que lorsque l’envie de manger un yaourt vous vient vous pensiez immédiatement à sa marque.

Pour cela, la multinationale n’hésitera pas à répéter sans cesse qu’elle vend des yaourts. Ou comment l’itération, c’est-à-dire le fait de répéter, imprègne nos modes de consommation. Car il faut rappeler que vous pouvez avoir le meilleur produit du monde, si personne n’est au courant, vous ne vendrez rien.

Vous n’êtes bien évidemment pas obligés non plus de dépenser une fortune, surtout si vous avez peu d’argent. Dans ce cas, privilégiez les réseaux sociaux, élaborez une stratégie de communication qui vous coûtera quand même, si ce n’est de l’argent ce sera du temps.

Et puis il y a les témoignages d’entrepreneurs qui ont pu bénéficier d’une visibilité. Citons d’abord Nour bougies factory, qui a fait l’objet d’un court billet il y a dix jours dans la rubrique “La e-boutique du week-end”.

Lire – La e-boutique du week-end : Nour bougies factory, des bougies parfumées artisanales [4]

Citons ensuite Chocrawlate [8], dealer de gourmandises non frelatées.

Bref, entrepreneurs, d’une manière ou d’une autre, faites connaître votre marque, vos services, vos produits. N’attendez pas que les consommateurs viennent à vous. Allez vers eux. Avant que la concurrence n’occupe la place que vous auriez dû prendre.

Edit: 5 avril 2015 Ne boudons pas notre plaisir. Voici d’autres témoignages bien agréables ^^.

De @Tadris [13] (http://www.tadris.fr [14])

De @Sianat [16] (www.sianat.fr [17])

sianat alkanz

De @Autourdukitab [18] (www.autourdukitab.fr [19])

De Fringadine [22] (www.fringadine.com [23])


De @OrientSabrina [25] (www.zawajbox.com [26])

Et enfin confirmation de @nourbougies [28]