- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Saïd Bourarach noyé dans l’Ourcq : 4 à 9 ans de prison pour les accusés

Cinq ans après la mort de Saïd Bourarach [1], vigile dans un magasin de bricolage qui avait refusé l’entrée à un homme, Dan Sellam, Michaël Lampel, Lucien Dadoun et Dan Lampel ont été condamnés à des peines allant de quatre à neuf ans de prison.

Agés de 24 à 30 ans, les quatre hommes ont été jugés, par la cour d’assisses de Bobigny, responsables de violences, commises avec arme et en réunion ayant entraîné la mort de Saïd Bourarach.

Si Dominique Cochain, avocate de la nièce et du frère de la victime, s’est dit satisfaite des peines infligées aux accusés, elle déplore, tout comme la compagne de Saïd Bourarach, l’absence du principal protagoniste, Dan Lampel.

D’aucuns évoquent une possible fuite du condamné. Un mandat d’arrêt a été délivré contre lui, ainsi que contre Lucien Dadoun, qui n’a pas assisté au procès, a indiqué l’Agence France Presse.

Ce procès fut aussi, quoi qu’en dise le procureur, celui de la ligue de défense juive (LDJ) [9], milice suprémaciste et violente, qui n’a de cesse de défier pouvoir et justice au nom de la défense d’Israël. Comme le rappelle, Johan Weisz, “le procès des agresseurs de Saïd Bourarach est l’affaire la plus médiatique” de membres ou d’ex-membres de la LDJ. Cinq autres procédures sont néanmoins en cours.

Lire – Procès en cascade contre des membres de la Ligue de défense juive [10]