- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Mettons fin à la démagogie haineuse d’Eric Ciotti, alertons le CSA

xenophobieShutterstock [1]

Samuel Grzybowski est un jeune homme que le funeste Eric Ciotti [2] aura bien du mal à faire passer pour un agent de la cinquième colonne (sic), comme dirait son triste compère Christian Estrosi, accident républicain jamais à court de démagogie pour espérer être cité dans les médias.

La démagogie doit faire place à l’expertise

Samuel Grzybowski est le fondateur et président de l’association Co-Exister [3], qui oeuvre tant à encourager le dialogue inter-religieux qu’à préserver la liberté de culte. On peut ne pas partager ses opinions, on aura en revanche beaucoup de mal à ne pas reconnaître le travail titanesque et les efforts déployés pour apaiser la société.

Alors quand S. Grzybowski fustige la chaîne publique RFI, financée par l’argent du contribuable, pour son irresponsabilité, il devient difficile aux démagogues d’évoquer “l’islamisme radical” (sic). Le fondateur de Coexister reproche à juste titre à la radio internationale d’inviter Eric Ciotti qui a fait de la haine du musulman un fond de commerce, personnel et politicien. A l’instar de la quasi-totalité des télés, radios et titres de presse, RFI viole les principes élémentaires du journalisme espérant ainsi gagner quelques points d’audimats, malgré l’incompétence du député de second choix.

Mais voilà, Eric Ciotti est ce que l’on appelle en journalisme un “bon client”, c’est-à-dire quelqu’un qui sait s’exprimer devant un micro et qui, plus intéressant, assure une audience. En bon démagogue, le petit député du sud de la France est un appeau à clics, et donc un argument commercial, une sorte de gondole qui flatte les annonceurs.

Les citoyens sont les vrais patrons des médias

Malgré tout, si Eric Ciotti se croit tout-puissant, parce que les patrons de rédactions ont choisi le racolage à la vérité, l’infamie à l’éthique, la probité à la déontologie, ce sont les téléspectateurs qui font, à leur propre insu, la pluie et le bon temps.

Les médias dans leur ensemble traversent une crise sans précédent. Tous se font une guerre d’audimat impitoyable. Une prise de position franche et massive contre les émissions racoleuses provoquerait une panique sans pareil dans les rédactions. Est-il nécessaire de rappeler que les minorités ethniques et religieuses représentent un audimat très important, dont aucune télévision, aucune radio, aucun site d’information ne peut se passer ?

Plutôt que de se contenter de pester devant son écran ou sur Twitter devant les horreurs proférées dans C’est dans l’air, Mots croisés, Envoyé spécial et autre Enquête exclusive, si chacun faisait connaître par mail et spontanément sa désapprobation, le traitement médiatique changerait aussitôt du tout au tout. Aucun patron de programme, aucun patron de chaîne ne jouera quelques pourcentages d’audimat. 100 mails, pas plus, de protestations renverseraient la donne.

Aucun patron de programme, aucun patron de chaîne ne jouera quelques pourcentages d’audimat.

Pourquoi donc ? Parce que quelques pourcentages d’audimat perdus, c’est le risque de voir des dizaines de millions d’euros de publicité qui partiraient à la concurrence. Cauchemar absolu pour le plus puissant des patrons de chaîne, privée ou publique.

Nous, société civile, femmes et hommes de toutes conditions, sommes les véritables patrons tant des politiques que des médias. Sans nous, un journal coule, un programme de télévision disparaît des écrans, un site Internet ferme, un politique perd son siège. Allons-nous encore longtemps subir la haine des petits caïds encravatés, qui divisent le pays avec la complicité de médias consentants ? Ou allons-nous toutes et tous, chacun de son côté, seuls derrière nos ordinateurs, dire stop en peu de lignes et quelques clics ? Défaisons les démagogues, ils ne récidiveront plus.

Informons le CSA de l’irresponsabilité de RFI

Passons de la théorie à la pratique en partageant avec vous le courriel envoyé mardi par nos soins au CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel). Il est temps d’alerter l’institution des récidives impunies d’Eric Ciotti. Même si vous êtes sceptiques, envoyez donc un mail. L’effort est moindre, le succès escompté salutaire. Rendez-vous donc sur le site du CSA en cliquant sur le lien suivant : Formulaire pour signaler un programme [7]. Vous trouverez toutes les précisions requises sur la capture d’écran en fin d’article. Voici donc notre courriel.

Madame, Monsieur,

Malgré les nombreux articles parus dans la presse (Libé Désintox, Les Décodeurs du Monde, etc.) épinglant la propension d’Eric Ciotti à tenir des propos en contradiction totale avec la réalité, RFI et de nombreux autres radios, télévisions, etc. continuent d’offrir une tribune à des heures de forte audience à ce prédicateur de haine, qui s’acharne à diviser le pays.

La France est assez malade de ses divisions pour qu’une radio publique, financée par l’argent des contribuables, participe à une propagande partisane qui n’a de cesse de stigmatiser les minorités religieuses ou ethniques, parfaits boucs-émissaires, à des fins bassement électoralistes.

C’est pourquoi, Madame, Monsieur, je sollicite votre attention pour que RFI et l’ensemble des chaines et radios publiques soient rappelés à l’ordre.

Il est parfaitement anormal que l’on préfère l’incompétence démagogique du député Eric Ciotti à l’expertise de chercheurs, d’intellectuels, de politologues, dont les propos visent, à la différence de l’élu UMP, à éclairer les téléspectateurs sur des sujets graves, non à les embrigader.

Certain du bon soin que vous porterez à ce courriel, je vous prie Madame, Monsieur de croire en mes salutations distinguées.

Eric ciotti alerte CSA