- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Netanyahu en prison : une pétition pour un débat au Parlement britannique

papa enfants tues sur la plage
Israël, tueur d’enfants [1]

Lancée le 7 août dernier par un internaute britannique, une pétition demandant l’arrestation du criminel de guerre Benjamin Netanyahu a rassemblé à ce jour plus de 85 000 signatures. Le Premier ministre israélien doit se rendre à Londres en septembre prochain.

Outre-Manche, dès lors qu’une pétition atteint le seuil des 100 000 signatures, son objet peut être débattu au Parlement. Il suffit donc que 15 000 autres signataires se manifestent pour que le gouvernement tienne compte de cette demande populaire.

netanyahu [2]

Netanyahu, suprémaciste et criminel de guerre récidiviste, a organisé, à l’été 2014, le massacre de plus de 2 000 civils, avec le consentement des Etats-Unis et de l’Europe, France y compris. Les signataires, contrairement aux puissants de ce monde, veulent que la justice lui soit appliquée.

Lire – Comparativement 2 168 morts à #Gaza correspondent à 376 680 aux Etats-Unis [3]

Hébergée sur le site du Parlement britannique, la pétition a d’ores et déjà fait réagir le gouvernement de David Cameron qui rappelle que selon les lois du pays un chef d’Etat en exercice est couvert par son immunité. Et d’ajouter que l’Etat voyou d’Israël est un pays ami avec qui le Royaume uni entretient d’excellentes relations bilatérales (The UK is a close friend of Israel and we enjoy an excellent bilateral relationship). Cette attitude cabotine est conforme à une longue tradition britannique, que Tony Blair a aussi su honorer en engageant son pays dans la destruction de l’Iraq.

Au fond, la réaction, attendue, du gouvernement n’a aucune espèce d’importance. Nul n’est naïf : le tueur d’enfants Netanyahu ne sera évidemment pas arrêté parce que 100 000 personnes auront signé une pétition. A contrario, inscrire à l’ordre du jour du Parlement un débat sur son arrestation est un joli coup médiatique.

Joli et intelligent : au-delà du symbole, la société civile prend conscience de son pouvoir lorsqu’elle se mobilise. Une telle pétition, parce qu’elle est hébergée sur le site du Parlement et qu’elle est prise en considération à partir du seuil des 100 000 signatures, rappelle à chacun que sa voix compte dès lorsqu’il choisit de la faire entendre et qu’il l’inscrit dans une conscience collective.

La pétition est accessible à l’adresse suivante : https://petition.parliament.uk/petitions/105446 [2]