- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

#FreeMoussa Moussa, humanitaire français, est emprisonné dans une cage

Moussa Free Moussa

Moussa notre frère, Moussa notre ami est incarcéré au Bangladesh pour avoir prêté assistance aux Rohingyas, véritables parias dans ce pays musulman, gouverné par ce qui se fait de pire en matière de haine de l’islam.

Une vie pour les autres

Moussa aurait pu rester tranquillement chez lui, auprès de ses enfants et de son épouse. Moussa aurait pu choisir une vie de confort et de cholestérol. Mais non. Moussa ne peut pas. Car Moussa a consacré depuis longtemps sa vie aux autres. Aujourd’hui avec Barakacity [1], hier avec Au Coeur de la précarité [2] au côté de Phung, compère avec qui ils ont parcouru pendant des années les rues de Paris pour offrir chaleur et amour aux personnes sans-abri.

« N’a pas atteint la plénitude de la foi celui qui ne veut pour son frère ce qu’il veut pour lui-même. »

Moussa a choisi de sacrifier son propre confort pour alléger le malheur d’autrui, incarnant on ne peut mieux le hadith, dont on peut traduire le sens ainsi : « N’a pas atteint la plénitude de la foi celui qui ne veut pour son frère ce qu’il veut pour lui-même. »

Moussa a consacré sa vie à vouloir pour son frère ce qu’il veut pour lui-même. Aujourd’hui, Moussa partage une cage dans laquelle sont enfermés des Rohingyas. Moussa est notre ami. Si l’épreuve est terrible, nous savons qu’il la vit de la meilleure des façons, en patientant d’une belle patience, comme il est écrit dans le Coran.

Moussa en sortira in sha’a-Llah renforcé dans sa détermination à aider autant que faire se peut les Rohingyas. Mais pour en sortir, il a besoin de notre mobilisation pleine et entière. Que nul d’entre nous ne néglige son pouvoir à aider Moussa. Envoyez des SMS, tweetez, publiez sur Facebook, parlez-en à vos amis, à vos voisins, mettez une affiche dans le hall de votre immeuble, à l’arrière de votre voiture, imprimez des flyers et distribuez-les dans les boîtes aux lettres de votre quartier. Votre action ne sera pas inutile.

Agissez, vous n’êtes pas inutile

Agissons, faisons, ne négligeons aucune action. Vous n’êtes pas « petits », comme a pu nous le dire récemment une mère de famille. Non, tout le monde est grand, tout le monde est fort, tout le monde est puissant quand son action s’additionne à celles d’autres « petits ».

Le pire service que vous pouvez rendre à Moussa, c’est de ne rien faire en vous disant : « je ne suis personne, mon action dans mon village au fin fond de la France ne servira à rien ». Faux, votre action sera grande, sera forte. Soyez là, agissez pour Moussa.

Imaginez quelques secondes la joie qui l’emplira et le rendra plus fort lorsque libéré in sha’a-Llah il verra la mobilisation monstre, « même » de celles et ceux qui pensent être personne « dans leur village au fin fond de la France ». Votre geste, votre action sera utile, sinon pour libérer Moussa, à tout le moins pour lui montrer qu’il n’était pas seul. Dites, faites, agissez.

Moussa, par Dieu nous t’aimons !

N’oubliez jamais que vous êtes quelqu’un, vous serez toujours quelqu’un. Ne laissez jamais personne vous persuadez du contraire. Agissons ensemble pour aider à la libération de Moussa. Ensemble, vous, nous, eux. Ensemble tous pour que Moussa libre nous livre de nouveau son sourire éclatant de bonté et d’amour.

Moussa est dans une cage. C’est insupportable. Agissons !

Moussa est dans une cage. C’est insupportable. Moussa est notre ami, Moussa est mon ami. Tu ne nous lis pas depuis ta prison, mais sache qu’on est avec toi dans nos prières, front contre terre, dans nos prières le coeur entier tourné vers Dieu pour que ton épreuve et celle des Rohingyas prennent fin. Ne sois pas triste, Allah est avec toi. Moussa tu es fort, Moussa je t’aime.