- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Norme halal : des organisations musulmanes se mobilisent pour une norme indépendante

viande halal
© Mariem Guerch
[1]

Viande au détail chez le boucher musulman ou dans la grande distribution, viande servie dans la restauration halal, le marché du halal – entendre “de la viande halal” — est depuis toujours un immense marché de dupes.

Voilà des années que des professionnels commercialisent sciemment de la viande qui n’est en rien conforme avec les principes qui régissent le halal selon l’islam. La fraude est si généralisée qu’en dehors des organismes de certification et de contrôles employant leurs propres contrôleurs il n’est plus possible de faire confiance aux sociétés du secteur.

La norme halal selon l’AFNOR (et les industriels)

Pour assainir le marché, recourir à une norme unique qui s’imposerait à tous serait la solution, pense-t-on légitimement. Rien de plus évident, en théorie, en théorie seulement.

Courant 2007, l’AFNOR (Association française de normalisation) élabora une étude de faisabilité visant à émettre une norme française pour le halal, préalable à des travaux entre les autorités et les acteurs du halal.

Lire – Fini les magouilles : l’Afnor plancherait sur une marque Norme Française (NF) halal [2]

Ce devait être une bonne nouvelle pour les consommateurs. Ils allaient enfin disposer d’un cadre réglementaire qui leur permettrait de faire valoir leurs droits face aux pratiques frauduleuses des acteurs du faux halal. C’était sans compter la participation de ces derniers dans l’élaboration de ladite norme halal de l’AFNOR.

Lire – Norme halal : l’inacceptable lobby industriel [3]

C’est ainsi que pendant des années un groupe de travail, composé entre autres de ceux-là mêmes qui ne respectent pas les règles du halal, a travaillé à élaborer une norme visant in fine à rendre halal le faux halal. Les industriels présents entendaient bien légaliser ce que tout musulman, au regard des textes, considère comme relevant de la fraude.

Neuf ans plus tard, rien n’est sorti de ces longues discussions à l’AFNOR. Il faut paradoxalement s’en réjouir tant les pressions des industriels pour imposer leur halal vérolé furent importantes.

La charte halal remise au goût du jour

Aujourd’hui, le besoin de déterminer une norme halal demeure intact. Le faux halal est toujours aussi massivement présent et les consommateurs toujours autant perdus. C’est pourquoi un nouvel appel est lancé.

Cet appel “pour la reconnaissance de la norme halal établie exclusivement par la communauté musulmane et excluant tout type d’assommage/étourdissement avant ou après l’abattage” vient d’être lancé par plusieurs acteurs du halal, regroupant des “musulmans experts du halal représentant le culte, les associations musulmanes de consommateurs, des organismes de certification et certains professionnels musulmans”.

Un groupe de travail indépendant

Cet appel à élaborer une norme halal indépendante est lancé par un groupe de travail composé du CFCM, de la grande mosquée de Lyon, des certificateurs AVS et Halal Services, de la société Sirat et les deux associations de consommateurs musulmans : ASIDCOM et l’UFCM.

Ce nouveau groupe estime d’une part que “seuls les acteurs musulmans experts du halal (responsables religieux, certificateurs, organisations de consommateurs, opérateurs économiques, scientifiques) sont légitimes à définir une charte halal répondant à la fois aux exigences de la norme religieuse, de l’éthique musulmane et des conditions de l’abattage industriel” ; et constate d’autre part “l’illégitimité et l’incompatibilité des tentatives de normalisations séculières du halal, initiées par des organismes para-étatiques tels l’AFNOR ou européens tels le CEN (Comité européen de normalisation”.

Ainsi, ces acteurs du halal ont décidé de reprendre les travaux sur la charte halal élaborée voilà quelques années par le CFCM.

Lire – Charte halal : le CFCM sort de son silence [4]

Ajoutons que tous ont approuvé cette charte, qui constitue selon eux un référentiel clair qui définit sans ambiguïté “l’abattage rituel musulman, ses conditions et ses règles éthiques, en excluant tout type d’assommage/étourdissement avant ou après la saignée”.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’association ASIDCOM en cliquant sur le lien suivant : Asidcom [5].