- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Wahiba Khallouki : “voilée, je ne me vois pas faire l’impasse sur ce que je suis”

Wahiba Khallouki Bourdin

Mardi matin, la jeune cheffe d’entreprise Wahiba Khallouki était l’invitée de Jean-Jacques Bourdin sur la station de radio RMC.

Souvenez-vous, Wahiba Khallouki est cette étudiante qui en 2015, major de sa promotion, émut l’auditoire de l’Ecole supérieure de communication de Paris – élèves, professeurs et familles venus assister à la remise des diplômes — en racontant son parcours semé d’embûches car étudiante musulmane et voilée.

Lire : Wahiba Khallouki : voilée, dans la comm, “je faisais honte à la profession” [1]

Au micro de Jean-Jacques Bourdin, la directrice de WK Agency [2] explique combien les discriminations subies par les femmes musulmanes portant un hijab peuvent être destructrices.

Wahiba Khallouki : “On vit malheureusement une triste époque. On donne plein de significations au voile qui sont absolument erronées. Je suis la preuve que c’est absolument faux. Je me sens parfaitement libre et je mets au défi quiconque de le contester.

Je trouve cela navrant parce qu’on parle des femmes voilées comme d’une espèce de bloc et on ne se rend pas compte que ce sont des êtres humains avec des émotions, avec des aspirations, avec des rêves.

On ne se rend pas compte non plus de la violence que cela représente pour certaines de ne pas être acceptées pour ce qu’elles sont et d’être face à des paroles, à des propos, à des préjugés qui peuvent vraiment détruire des vies et qui peuvent vraiment détruire des ambitions.

Jean-Jaques Bourdin : En portant le voile, vous affirmez quoi ? Pourquoi le portez-vous ? C’est un choix personnel.

Wahiba Khallouki : C’est un choix personnel

Jean-Jacques Bourdin : Uniquement ?

Wahiba Khallouki : C’est un choix personnel uniquement bien sûr. Aujourd’hui, on vit dans une société où chacun a des opinions qui peuvent être multiples. Certaines décident de s’habiller avec tel ou tel style vestimentaire. C’est ce qui fait aujourd’hui que les uns et les autres arrivent à cohabiter.

C’est un choix qui est purement personnel. Je n’impose rien à quiconque et c’est ainsi que j’aime me présenter dans la société et c’est ce que je suis réellement, donc je ne me vois pas faire l’impasse sur ce que je suis.”

Source : Bourdin Direct, RMC [3], mardi 6 février 2017.