Fête religieuse : votre enfant est autorisé à ne pas aller en cours (circulaire)

Par Al-Kanz

La loi autorise tout élève souhaitant s’absenter à l’occasion d’une fête religieuse reconnue à ne pas se rendre en cours.

classe ecole
© Victor Björkund

Si cette année le mois de ramadan compte 29 jours et non 30, alors l’aïd aura lieu non pas samedi 16, mais vendredi 15 juin. Nous serons fixés jeudi soir in sha’a-Llah, lors de la nuit du Doute.

Lire – Aïd al-fitr : vendredi 15 ou samedi 16 juin 2018

Si l’aïd a lieu samedi, les enfants n’ayant pas école, la question est réglée. Sinon, nous serons un jour de semaine, donc un jour d’école.

L’aïd al-fitr est une fête religieuse, comme le sont Yom Kippur pour les juifs, la fête du Vesak pour les bouddhistes ou les fêtes chrétiennes intégrées dans le calendrier en vigueur en France.

Autorisation d’absence inscrite dans la loi

La loi autorise explicitement et de façon exceptionnelle que les élèves concernés par ces fêtes puissent s’absenter. Le texte faisant autorité en la matière est la circulaire N°2004-084 du 18 mai 2004, Journal officiel (JO) du 22 mai 2004, qui précise ce qui suit :

“Des autorisations d’absence doivent pouvoir être accordées aux élèves pour les grandes fêtes religieuses qui ne coïncident pas avec un jour de congé et dont les dates sont rappelées chaque année par une instruction publiée au BO [Bulletin officiel, NdlR].”

La circulaire est claire et compréhensible par tous. Pour autant, l’actuel ministre de l’Education nationale, dans un nouveau livret sur la laïcité intitulé Vademecum, La Laïcité à l’école dévoilé le mois dernier, a choisi de reformuler cette autorisation en des termes qui semblent vouloir en restreindre l’application. Voici ce que l’on y peut lire s’agissant des fêtes religieuses.

« Les élèves sont soumis à l’obligation d’assiduité prévue à l’article L. 511-1 du Code de l’éducation. Toutefois, cette obligation ne s’oppose pas à ce que des autorisations d’absence soient accordées à des élèves qui en font la demande lorsqu’elles concernent une grande fête religieuse dont la liste restreinte est arrêtée chaque année. »

Gare aux zélotes d’une laïcité dévoyée

Avec cette nouvelle crispation, des fonctionnaires zélés pourraient malheureusement s’opposer à ce que des élèves s’absentent particulièrement le jour de l’aïd. Des parents pourraient ainsi se retrouver, comme c’est du reste le cas chaque année, confrontés aux élucubrations de professeurs qui tiennent à imposer leur vision étroite et fausse de… la laïcité.

Ce fut le cas par exemple de Mohamed père d’une fillette en classe de CP, qui raconte : “Ma fille est au CP. Je lui ai mis un mot d’absence en raison de l’aïd dans son cahier de liaison. La maitresse refuse. Elle dit que c’est une école laïque.” L’enseignante avait évidemment tort.

Si d’aventure vous êtes dans la même situation que Mohamed, nous vous invitons à présenter les références de la circulaire citée plus haut, voire à imprimer le texte de loi : circulaire N°2004-084 du 18 mai 2004, Journal officiel (JO) du 22 mai 2004. Précisons que cela concerne uniquement les écoles publiques, non les écoles privées. Dans ce second cas, aux parents de prendre leurs précautions en contactant la direction de l’établissement avant la fête.

Notons que comme les élèves les agents de la fonction publique, les fonctionnaires, peuvent aussi s’absenter. Le texte qui fait autorité est la circulaire du 10 février 2012.

circulaire 22 fevrier 2012 fetes religieuses.jpg

N’hésitez pas à diffuser ces textes de loi à vos proches et amis de sorte qu’ils puissent jouir le jour de l’aïd de ce droit à s’absenter s’ils le désirent.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (2 commentaires)

  1. Adam    

    as-ssalamou 3alaykoum,

    Il existe des écoles où les élèves ont cours le samedi (au moment du retour à la semaine de 5 jours, certaines écoles ont privilégié le repos du mercredi, à la demande des parents).

    D’autre part, la laïcité consiste à respecter les croyances (religion ou absence de religion). C’est pour cela que la loi de 1905 mentionne les aumôneries pour les lieux où il y a une nécessité (privation de liberté) : prisons, hôpitaux, militaires, établissements scolaires.

    1
  2. SAIDI    

    Assalam ADAM,

    Je tiens à vous informer que Mayotte est français depuis 1841. Une Ile musulmane, il y a 2 ans les examens en particulier le BAC sont organisé le jour de l’AIDEL KEBIR ou Fitre.

    Ma question : peut-on s’absenter pour les 2 fêtes ?

    Merci de m’éclaircir

    Cordialement

    2

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

FERMER
CLOSE