- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Abattage rituel : les musulmans de Marseille veulent leur abattoir mobile

abattoir mosquee montreynaud
Abattoir mobile de la mosquée de Montreynaud (Loire)

Abattage rituel [1]. Chaque année, lors de l’aïd al-adha [2], les musulmans en France sont confrontés à l’arbitraire des préfets. Un préfet au Nord accorde l’autorisation de mettre en place un abattoir mobile, tandis que son collègue au Sud refusera, chacun se fondant sur la même législation.

Lire – Aïd al-Adha : comment l’administration nuit gravement aux éleveurs  [3]

« Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà », écrivait Blaise Pascal. Ce qui vaut à Lille ne vaut pas à Marseille. Ce qui vaut à Nantes ne vaut pas à Dijon. Malgré tout, les musulmans eux-mêmes portent une part de responsabilité. Les projets viables d’abattoir mobile portés par des mosquées [4] et autres associations islamiques se comptent en effet sur les doigts d’une main.

L’arbitraire des autorités est une réalité. Pour autant, tant que les musulmans eux-mêmes ne se prendront pas véritablement en main sans attendre que d’autres agissent à leur place, la situation n’évoluera pas.

A Saint-Etienne, la mosquée de Montreynaud [5] a réussi à mettre en place pour l’ensemble du département de la Loire (42) un abattoir temporaire pour l’aïd al-adha qui fonctionne depuis 2015. Youssef Rhoulam, l’un des porteurs de projets, accepta de répondre à nos questions voilà quelques années.

Lire – [Interview] Aïd al-adha : « Les autorités sont en attente de porteurs de projets responsables » [6]

A Marseille, ville qui compte une soixantaine de lieux de culte musulman – de mosquées, au sens islamique du terme -, un projet identique devrait le voir jour prochainement in sha’a-Llah.

C’est en tout cas le souhait de la mosquée des Bleuets [7] et de son imam qui s’est rendu récemment à Saint-Etienne rencontrer Youssef Rhoulam pour découvrir comment les musulmans marseillais pourraient s’inspirer de l’initiative stéphanoise.

Cette rencontre a fait l’objet d’une courte vidéo partagée il y a quelques jours par la plateforme L.E.S. Musulmans, dont la mosquée des Bleuets est partenaire comme quelque 220 autres mosquées et associations.

Si l’objectif premier des abattoirs mobiles reste la fête de l’aïd al-adha et le sacrifice du mouton, les mosquées de France devraient toutes mettre en place à moyen terme un abattoir permanent, ou à tout le moins un abattoir avec des autorisations officielles d’abattage périodique plusieurs fois dans l’année.

Une ou plusieurs structures, selon la taille des départements, offriraient plusieurs avantages :

– les musulmans pourraient observer l’obligation religieuse du sacrifice de l’aïd al-adha en conformité avec la réglementation en vigueur ;
– les éleveurs français d’ovins, plus encore les éleveurs locaux, auraient un net avantage sur la concurrence étrangère. Depuis des années, des dizaines de milliers de moutons sont importés de Grande-Bretagne, d’Irlande, de Roumanie, etc. Alors que les musulmans français plébiscitent l’agneau français, alors que la filière ovine française est en crise, des blocages administratifs et idéologiques interdisent tout cercle vertueux entre consommateurs musulmans et élevage français ;
– les fraudes au halal, si des permissions d’abattage permanent ou périodiques outre le sacrifice de l’aïd al-adha étaient données, seraient sérieusement contrariées. Les consommateurs musulmans pourraient obtenir la garantie grâce à une pleine transparence que leur mouton – et pourquoi pas plus tard d’autres viandes si le succès de telles structures s’avère important – est véritablement halal ;
– les mosquées trouveraient dans ces structures une source d’autofinancement tout en sécurisant les exploitations des éleveurs partenaires qui échapperaient ainsi au diktat carnassier des grands groupes de l’industrie agro-alimentaire qui depuis des années les mettent à genoux.
– en permettant aux mosquées de nouer des partenariats avec des éleveurs locaux, les musulmans pourraient non seulement, nous l’avons dit, contribuer à sauver nombre d’éleveurs français et dynamiser la filière ovine, mais encore participer au développement durable et à la lutte contre les émissions carbone et les aberrations écologiques liées à des choix économiques, tout en créant des emplois.

Lire – Les musulmans sont une chance pour l’agriculture française (INSEE) [8]

Aux musulmans, qu’ils soient responsables de mosquée ou simple particulier, de décider s’ils veulent perpétuer la situation actuelle ou s’ils souhaitent participer au changement, à l’instar de la mosquée de Montreynaud.

Si vous êtes un simple fidèle, vous pouvez aussi apporter votre pierre à l’édifice, aussi modeste soit-elle. Informez les responsables de votre mosquée du projet de la mosquée de Montreynaud et de celui de la mosquée des Bleuets. Partagez cet article, partagez la vidéo ci-dessus, partagez l’interview citée ci-avant. Faites votre part, ensemble, les musulmans pourront réussir. A condition que chacun prenne définitivement conscience que le changement commence par soi-même.