- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

20 novembre 1979 : il y a quarante ans, prise d’otages sanglante à La Mecque

Juhayman al-Otaibi
Juhayman al-Otaibi – © Arabnews

20 novembre 1979 – 20 novembre 2019. Il y a quarante ans, la Grande Mosquée de La Mecque était prise d’assaut par un commando de deux à trois cents hommes armés.

Lire – 20 novembre 1979 : la Grande Mosquée de La Mecque prise d’assaut [1]

A l’heure du fajr (prière de l’aube), Juhayman al-Otaibi, leur chef, s’empare du micro du muezzin qu’il interrompt en plein adhan (appel à la prière) pour annoncer la présence du Mahdi et enjoindre les musulmans à le suivre contre le royaume de la famille Saoud, qu’il juge corrompue. L’assaut durera deux semaines pour se conclure dans la nuit du 4 au 5 décembre avec la reddition de cet ancien de la garde nationale saoudienne. Le bilan sera très lourd : les forces de sécurité perdront 127 hommes contre 117 morts parmi les assaillants.

A l’occasion du quarantième anniversaire de cet épisode qui tint en haleine le monde entier et choqua particulièrement le monde musulman, le quotidien saoudien Arab News consacre un webdocument, intéressant en ce qu’il contient des images d’époques, photos et vidéos.

Juhayman al-Otaibi
Juhayman al-Otaibi – © Arabnews

Le dossier est en outre agrémenté d’infographies dynamiques pour comprendre d’une part comment Juhayman al-Otaibi et ses hommes ont envahi la Grande Mosquée, d’autre part comment les Saoudiens les ont délogés.

Juhayman al-Otaibi
© Arabnews

Précisons à toutes fins utiles que si les archives publiées par Arabnews ont un réel intérêt historique, le texte relève singulièrement du roman national, avec ses travers patriotiques et sa lecture des événements un tant soit peu partisane.

Ainsi, si le quotidien ne fait pas l’impasse sur la fatwa – avis juridique – demandée aux savants par les autorités saoudiennes pour autoriser l’assaut dans la mosquée même, il n’est plus question de conversion express des hommes du GIGN, avec à leur tête le célèbre Paul Barril, mais d’une simple aide des agents français venus former des militaires saoudiens à l’utilisation d’un gaz incapacitant, le chlorobenzylidène malononitrile.

Pour découvrir le webdocument d’Arabnews, cliquez sur le lien suivant : Juhayman: 40 years on [2]