- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Obésité : l’inquiétante progression dans les pays musulmans

obesite
© Shutterstock.com [1]

Nous sommes aujourd’hui le 4 mars, journée mondiale contre l’obésité. Longtemps problème de santé publique cantonné aux pays dits « industrialisés », l’obésité touche désormais des pays où, paradoxalement, sévit toujours la malnutrition, comme on l’observe en Afrique.

Lire (France 24) – Journée mondiale contre l’obésité : un problème de taille pour les pays africains [2]

« L’obésité a atteint les proportions d’une épidémie mondiale, 2,8 millions de personnes au moins décédant chaque année du fait de leur surpoids ou de leur obésité », indiquait en 2017 l’Organisation mondiale de la santé [3].

Quatre ans plus tard, la situation demeure toujours aussi inquiétante, comme le confirment les chiffres disponibles sur le site de l’Observatoire mondial de l’obésité [4] ou sur Index Mundi [5].

Au Proche et Moyen-Orient, ces chiffres sont même affolants. Citons le trio de tête :
– Au Koweït, 43,75 % des adultes sont obèses ; 48,93 % des enfants aussi !
– Au Qatar, ce sont 41,40 % des adultes qui le sont contre 42,70 % des enfants.
– Bahraïn est juste derrière avec 36,90 % des adultes et 38,60 % des enfants qui sont obèses.

obesite prevalence proche moyen orient [6]
© Global Obesity Observatory [4] (cliquez pour agrandir)

S’agissant des pays musulmans, on en compte pas moins de neuf sur les vingt pays les plus touchés, seize sur les quarante-cinq premiers en termes de prévalence.

obesite prevalence proche moyen orient [7]
© Index Mundi [5] (cliquez pour agrandir)

Si les causes de l’obésité peuvent être multiples (aliments ultra-transformés, sucre omniprésent, génétique, sédentarité, stress, pollution, etc.) tout comme l’obésité est « plusieurs maladies » et non une maladie, pour paraphraser le docteur Robert Lustig, et qu’il ne convient pas de considérer qu’en guérir relève de la volonté personnelle, il revient à chacun de s’interroger sur sa propre alimentation et sur le modèle de société que nous léguons à nos enfants.

Sucre, l'amère vérité Robert Lustig [8]
Sucre, l’amère vérité [8]

Nous autres musulmans sommes appelés par nos textes à une éthique de la consommation. Or, il faut croire que nous faisons peu de cas des hadiths comme ci-après.

« Le fils d’Adam [c’est-à-dire l’être humain] ne remplit pas un récipient pire que son ventre. Qu’il se contente du strict nécessaire. S’il le doit absolument, qu’il réserve un tiers pour la nourriture, un tiers pour la boisson et un tiers pour la respiration. »

Sens du hadith rapporté par l’imam At-Tirmidhi et l’imam Ibn Madja

Toute personne obèse ne réussira pas nécessairement à perdre du poids parce qu’elle l’aura décidé, du fait encore une fois des causes multifactorielles de l’obésité. Pour autant, il nous revient en tant que musulmans d’épouser, d’appliquer, autant que faire se peut, nos principes.

Nous pouvons par exemple d’ores et déjà préparer et envisager le mois de ramadan 2021 [9] – 1442 comme il se doit de l’être : un mois de déconsommation, un mois de tempérance, de modération et de frugalité, loin des débauches de nourriture et des excès lors de l’iftar (repas de rupture du jeûne).

Stop au gras et au sucre en même temps, aux repas à plusieurs entrées, plusieurs plats, plusieurs desserts, aux soirées sodas et gâteaux, etc. Le mois de ramadan est une école spirituelle, un mois durant lequel nous devons éduquer notre âme aussi à travers notre rapport à la nourriture. Profitons-en pour revoir notre alimentation, et par-là participer peu ou prou à la lutte contre l’obésité.