Un encart pub sur un magazine fantôme ?

Par

Les créateurs d’entreprise sont des proies faciles pour des sociétés véreuses qui n’hésitent pas à leur soutirer le moindre sou.

kiosque
Kiosque presse, Paris – Crédit Dolarz

Lorsqu’on ouvre son commerce en ligne, surtout lorsque c’est le premier, on manque d’assurance, on craint de ne pas percer, on est attentif à toutes les remarques, qu’elles soient bonnes ou pas. On est à l’affût de tout ce qui pourrait nous encourager. C’est là qu’entrent en jeu une espèce de vautours, les magazines fantômes de la presse spécialisée… Je vais vous conter mon aventure….

A l’affût des jeunes entrepreneurs

Quelques semaines après l’ouverture de ma première boutique en ligne en avril 2010, je reçois un appel complètement fou ! Un magazine spécialisé destiné aux familles m’apprend qu’ils ont eu un coup de cœur pour ma boutique en ligne ! J’ai du mal à y croire ! Ils m’accordent une remise de 75 % sur une pleine page pub avec une article offert décrivant ma boutique en ligne juste en face ! 2 500 euros seulement pour apparaître dans un magazine tiré à 250 000 exemplaires, et dont les invendus seront distribués aux maternités et aux crèches. Quelle aubaine, quelle chance ! La commerciale m’assure que ces 2 500 euros investis m’en rapporteront le double au moins. En revanche, l’offre ne m’est réservée que 24 heures, car le magazine est en bouclage et doit être imprimé très rapidement.
Je raccroche et éclate de joie : ma boutique plaît ! J’en fais part à mon époux qui émet immédiatement des réserves et me propose de vérifier leurs coordonnées.

Un business bien huilé

Nous tapons dans le moteur de recherche le nom du magazine, et nous tombons sur un site internet digne d’un grand groupe. Une dizaine de magazines spécialisés, des partenaires, des références, des chiffres avec des offres claires et des coordonnées informant que le siège se situe sur les Champs-Élysées. C’est décidé, demain on se lance.

La commerciale du magazine appelle à l’heure convenue et semble débordée. Le téléphone sonne derrière, ses collègues sont également en ligne, on sent l’effervescence due au bouclage de ce numéro spécial. Je suis toute excitée on se rend compte de la chance que nous avons et je donne mon accord. J’ai une heure pour renvoyer le contrat signé. Il faut faire vite, il ne faut pas que ça nous passe sous le nez… Une heure plus tard donc, le tout est envoyé, et j’ai vingt-quatre heures pour envoyer ma pleine page de pub en haute résolution.

Pour le paiement ? Ce n’est pas le plus important. La commerciale est cool. On peut payer en trois fois à partir de septembre. On aura largement amorti d’ici là ! C’est d’ailleurs cette condition qui a motivé notre accord.

Sortie du magazine

Le magazine doit sortir aujourd’hui. Après quelques mise au point avant l’impression, je n’en pouvais plus d’attendre. J’ai préparé mes stocks sur la boutique, je suis au taquet. Je m’habille, mets ma fille dans l’écharpe et direction le centre-ville à pied pour trouver le mag’ chez le marchand de journaux.
J’entre, je cherche, je prends mon temps. Je ne le trouve pas. Zut, ils seraient déjà tous vendus ? Je demande au commerçant et il me dit qu’il n’en a pas. C’est un peu déçue que je rentre et que j’appelle la commerciale. L’impression a pris du retard et il ne sortira que dans quelques jours. Rebelote pendant plusieurs semaines. Jusqu’à ce qu’enfin je reçoive mon exemplaire directement par la Poste.

Leur part du contrat n’est pas respectée

J’ouvre le magazine et tourne les dizaines de pages de ce numéro spéciale à vitesse grand V. Je me fiche du contenu, des autres annonceurs, je veux voir ce que ma publicité donne dans une grande revue… Pas mal ! Mais… en face il n’y a pas d’article consacré à ma boutique ! Je feuillette plus dans le détail et ne trouve pas ce que la commerciale m’a promis, c’est étrange… D’abord plusieurs semaines de retard, ensuite un article fantôme.
J’appelle ma famille, mes amies, et leur dis que ça y est, le magazine est en kiosque ! Je fonce de nouveau chez mon marchand de journaux, qui lui ne l’a toujours pas. Tiens, étonnant. Je lui demande s’il a plus de précisions à me donner quant à ce magazine, il me dit ne pas le connaître. Comment ça ? Il doit faire erreur.

Magazine introuvable

Dans la journée, un à un mes proches m’appellent pour me dire la même chose. Alors que la commerciale m’affirme la sortie du magazine, personne ne le trouve. Il devait être dans tous les kiosques. A présent elle me dit qu’il ne serait en vente que chez certains marchands de journaux. Ma mère étant à Paris pour le travail arrive à le trouver enfin en plusieurs exemplaires dans un grand kiosque gare de Lyon. Ils en ont reçu quinze.
Je ne comprends pas et commence à m’inquiéter. Je me rends à Paris et fais tous les kiosques que je croise. Ils ne connaissent pas ce magazine. Je découvre chez l’un d’eux un magazine du même groupe, mais en un seul exemplaire. Le commerçant ne saura m’en dire plus.
La commerciale quant à elle refuse de me donner la liste des points de vente. Je suis en train de comprendre le bourbier dans lequel je me suis fourrée.

L’heure du paiement approche

Pendant plusieurs semaines, j’ai tenté de mener mon enquête. A part quelques exemplaires ici et là, il semblerait qu’on soit loin des 250 000 exemplaires édités. De plus j’ai découvert différentes anomalies. Ni mentions légales sur leur site en ligne, ni de conditions générales de vente sur le contrat que j’ai signé, la facture ne mentionne ni délai, ni date, encore moins le nombre d’exemplaires qui aurait dû être édités, ni même l’article qui m’était offert… Rien. Comment ai-je pu être si sotte ?
C’est décidé, je ne payerai pas. Je leur envoie une lettre en recommandé accusé de réception (RAR) afin d’anticiper une éventuelle relance. Dans la lettre, je demande tout simplement la preuve du nombre de magazines édités, distribués, la liste des points de vente. Chose que je n’obtiendrai jamais.

Un harcèlement abusif

Suite à cette lettre, je ne compte plus le nombre de coups de téléphones que j’ai reçus de la part de cette femme. Je me souviens de son prénom, de sa voix, deux ans et demi plus tard. Elle fait partie du service recouvrement. Les premiers contacts sont courtois. Elle m’appelle afin que j n’oublie pas de régler ma facture, minant de ne pas avoir reçu de lettre. Je réponds en RAR à toutes leurs relances écrites, ce qui empêche la société de recouvrement de mener à bien mon dossier et les obligent à laisser la main au groupe de presse lui-même.
Au fil des appels, mon interlocutrice devient de plus en plus hargneuse. Elle a un accent que je ne saurais définir, mais mon souffle se coupe dès que je la reconnais en décrochant le combiné. Elle m’appelle plusieurs fois par semaine et ce durant des mois. Je reste toujours courtoise et lui explique à chaque fois que je règlerai si elle m’apporte les preuves que je réclame.
Peine perdue, le seul document qu’elle me fournit par mail est un écrit de l’éditeur assurant que le magazine a bien été édité. Ça ne me suffit pas. Où sont les chiffres ? Tout cela a assez duré. Je décide de prendre les choses en main et de ne pas me laisser faire. Elle menace de venir chez moi, elle m’insulte honteusement, mon mari est parfois obligé de lui répondre et de lui raccrocher au nez car j’en suis incapable. Bref, c’est parti…

Création d’un collectif

Je décide de prendre le peu de magazines du groupe que j’ai trouvés et appelle un à un les annonceurs. Quasiment tous des auto-entrepreneurs. La majorité accepte de me parler. Il y a trois catégories d’annonceurs.

  • Ceux qui ne souhaitent pas d’histoires, ayant déjà réglé et souhaitant passer à autre chose, même si la publicité ne leur a rien apporté.
  • Ceux qui ne se sont pas posé de questions et sont tout ouïe, commençant à comprendre pourquoi ils n’ont jamais eu de retour et ayant malheureusement réglé la facture et parfois ayant perdu beaucoup.
  • Enfin, il y a ceux qui « attendaient » mon appel, étant révoltés par tout ce manège, commerçants n’ayant réglé qu’une partie, ou rien du tout, et se battant depuis parfois plusieurs mois avec cette femme…

Je décide d’entrer dans un tableau tous les contacts, toutes les informations qui pourront nous servir. Tous ont eu 75 % de réduction sur leur emplacement publicitaire et ont été contactés pendant le prétendu « bouclage du magazine ».
Je créé également une liste de mails, afin que l’on puisse commencer à échanger tous ensembles. Il faut réagir. Je découvre les profils des entrepreneurs, tous ont été contactés quelques semaines à peine après la création, ou la reprise d’un e-commerce. Certains ont dû fermer suite à l’escroquerie, l’argent cédé pour les encarts publicitaires étant toutes leurs économies. C’est monstrueux. Après leurs avoir tous conseillé de ne plus sortir le chéquier, je décide d’aller plus loin.

Dossier monté pour la répression des fraudes

Je monte un dossier regroupant mon témoignage détaillé, les papiers, les factures, le magazine, ainsi que les témoignages que j’ai réussi à récolter. J’en ai plusieurs dizaines et suis certaine que ça suffira à la Répression des fraudes pour agir. Pendant ce temps, le harcèlement continue. Mais je ne peux dévoiler mes plans. Alors je répète inlassablement la même rengaine. Je ne payerai pas n’ayant aucune preuve quant à l’édition et la distribution du magazine. Ça met mon interlocutrice hors d’elle, qui menace de venir chez moi. Je ne peux plus répondre au téléphone, je laisse mon mari le faire pour moi.
L’enquête de la Répression des fraudes semble avoir du mal à embrayer. Nous avons tous des coups de fil de leur part afin de nous demander quelques précisions, mais c’est trop long. Certains auto-entrepreneurs commencent à craquer. Les finances de ceux ayant payé deviennent en effet difficiles.

Second dossier chez un avocat

L’un des entrepreneurs craque. Il a tout perdu. Le groupe a réussit à lui vendre pas moins de cinq espaces publicitaires, il en a eu pour plusieurs milliers d’euros quelques semaines seulement après avoir repris une bijouterie en ligne. Il n’a plus rien. Il a pensé, comme lorsqu’on mise et qu’on est sûr de gagner, qu’il récupèrerait le triple, voire plus. Tous ces problèmes l’ont également amené au divorce. Il a décidé de mettre ces dernières économies chez un avocat pour tenter de récupérer quelque chose, ne serait-ce que sa dignité.
Il propose de nous joindre à son dossier, pour un moindre coût. Nous nous greffons donc, je ré-imprime mon gros dossier et envoie le tout à l’avocate. Elle a pour objectif de leur réclamer des dommages et intérêts au-delà des sommes versées par certains.

Aujourd’hui

Plus de deux ans et demi plus tard, les deux dossiers  sont toujours en cours. Le groupe ne se présente pas aux audiences des tribunaux. Nous doutons pouvoir récupérer quelque chose, surtout ceux ayant payé.

Cet article est une mise en garde. Ne vous laissez pas flatter. J’ai par la suite travaillé avec des magazines sérieux. Ils ne contactent pas en plein bouclage, ne proposent pas d’offres indécentes et surtout ne demandent pas une réponse dans les 24 h. Vérifiez les mentions légales, les conditions générales de vente, faites un tour dans plusieurs kiosques afin de vérifier la disponibilité de la presse en question… Et si on tente de vous escroquer, ne baissez jamais les bras, ne vous laissez pas intimider. Même si ce groupe met la clé sous la porte, ils recommenceront. C’est à nous d’être vigilants et bien informés.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android
Maman entrepreneuse, j'ai créé Oumzaza.fr, un portail pour les familles musulmanes et les autres. J'ai également créé le pays des éveils en 2010, qui s'est transformé en Oumzaza shop. Un monde de jeux et de jouets, d'articles de maternage pour les 0-11 ans, issus du développement durable.

Vos réactions (23 commentaires)

  1. Sianat    

    As-salamû’ alaykum,

    Les jeunes entrepreneurs sont de très belles proies. Baraka Llâhu fiki pour cet article.

    1
  2. Marie-Aude    

    Je suis désolée de ce qui vous est arrivé. Ce sont vraiment des escrocs.

    Mais j’en profite pour rajouter une chose, très importante, et qui n’est pas mentionnée dans votre article (et pour cause, puisque le magazine n’a pas été tiré au nombre d’exemplaires promis.

    C’est que même avec un gros tirage, la publicité dans les magazines papier est difficilement rentable.
    C’est un investissement sur une image de marque, sur du long terme, à court terme, cela rapporte peu de clients.

    Pour que cela rapporte des clients, il faut que la personne :
    – garde l’annonce
    – mémorise le site web ou bien ait l’annonce sous les yeux quand elle surfe

    alors qu’on est dans un domaine d’impulsion, et d’oubli aussi rapide.

    Le web, justement, avec Adwords et la monétisation en ligne, a changé tout cela. Si la presse papier souffre autant, c’est parce que son lectorat chute, mais aussi ses recettes publicitaires, car les marques trouvent beaucoup d’autres investissement publicitaires plus rentables, et surtout lus faciles à « tracer » pour voir combien ils leur rapportent exactement.

    De la pub dans un journal peut être utile, mais pour qu’elle rapporte à court terme, elle doit :
    – de préférence être dans un support très ciblé sur votre coeur de clientèle
    – être très grosse, très bien placée, réalisée par un professionnel
    – avoir une incitation forte à l’action, avec un coupon réponse qui permet de bénéficier d’une réduction, par exemple.

    Enfin, pour repérer les excrocs : un vrai journal a des chiffres de diffusion qui sont certifiés par l’OJD, un organisme indépendant.
    En voici le site http://www.ojd.com , à consulter systématiquement pour de telles offres.

    2
  3. Oumzaza    

    Oui tout à fait. Lorsque j’ai travaillé avec l’ecolomag mon objectif était de me faire une réputation parmi les professionnels, et sur d’autres j’offrais un big code promo, ce qui attirait forcément plus, mais effectivement comparé à mes campagne Google Adword c’est pas grand chose !

    J’ai oublié de parler de l’OJD effectivement, merci pour ce complément :)

    Sophie, j’ai ris lorsque j’ai lu votre message car ma commerciale ds ce groupe s’appelait ainsi, en mode parano pendant 1/4 de seconde :)

    3
  4. Adam    

    Salam aleykom, c’est une arnaque bien roder qui date de plus de 10 ans
    des immeubles de bureaux entier sont loués pour organiser ce genre d’arnaque
    , organisé par la communauté qu’on a pas le droit de nommé

    4
  5. Samba    

    As-salamû’ alaykum,
    je me suis fait arnaquer exactement de la même façon par une société qui édite le plan des villes. (je ne sais pas si je peux la cité) . Cette société devait soit disant distribué 100000 plans de la commune ou je suis installé. On a jamais rien vu. J’ai rejoins un collectif d’entrepreneur lésé par cette société, Mais on s’est vite rendu compte qu’ils avaient un arsenal juridique très bien huilé. Pour ma part j’ai laissé tomber. C’est toujours les mêmes qui se cachent derrière ce type d’escroquerie!!!

    5
  6. hedi    

    Assalam alaykom,

    Belle exemple d’escroquerie

    Ne jamais se précipité lorsque l’offre est trop alléchante. Effectuer des recherches à l’aide de oncle google.

    passer au peigne fin le site web (numéro de siret) ne pas s’arréter sur la présence du numéro de siret mais aller + loin en faisant une recherche à partir du numero de siret sur infogreffe. souvent on a des surprises pleins de e-commercant laissent leur numéros de siret sur leur site web; mais lorsque l’on cherche sur infogreffe la mention « radiée » depuis le ……. apparait

    si possible se déplacer physiquement dans l’entreprise. rechercher des avis sur des forums (quoique certains avis sont truqués)

    bref je vous invite à devenir des shrelock holmes et à être vigilant quitte à tomber dans l’excès.

    à bon entendeur

    Salam

    6
  7. oummasoud    

    salam aleykoum

    quand mon mari a créer son entreprise, il a recu plusieurs lettres lui demandant de payer tel somme au debut on s’est mis un peu a paniquer comment payer ces sommes puis en regardant bien derriere ces courriers on a constaté que c’etait que de la publicité et non des obligations mais leur courriers pretait a confusion

    comme la soeur la dit bien lire tout les documents recto-verso

    qu’ALLAH te donne la reussite
    qu’ALLAH facilite le commmerce de toutes les soeurs et freres

    salam aleykoum

    7
  8. Adam    

    D’une manière générale, dans les commerces, dès qu’on me dit : « profitez de cette offre avant qu’elle ne disparaisse », je passe mon chemin, c’est rarement une si bonne offre.

    8
  9. Firdawsmag    

    Salamalikoum,

    Avant d’entreprendre quoi que ce soit, demandez conseils autour de vous, enquêtez, puis faites la prière d’istikhârâ, et faites confiance en ALlah. Il est Omniscient donc Il est notre meilleur conseiller, alhamdulillah, Il vous fera savoir si les démarches que vous entamez dans vos affaires sont bonnes pour vous ou non, même si vous avez peu d’informations sur lesquels vous appuyer au départ, même si vos « collaborateurs » arnaqueurs potentiels tenteraient de vous cacher leur vrai visage, ALlah vous en informera pour vous protéger d’eux, avant que vous ne tombiez dans leurs filets.

    Qu’ALlah préserve nos frères et soeurs fillah et qu’Il fructifie leur commerce amine

    Wassalamalikoum wa rahmatuLlah

    9
  10. Ali d'AlMuslim Group    

    Salam,
    Utilisez toujours internet et consultez les forums pour moindre doute.
    salam

    10
  11. Morga    

    Bonsoir, je cherché justement des infos sur une revue fantaisistes, qui vend des espcaces de PUB en derniére minute et dont le site Internet est en construction^^
    Voici l’info: http://www.revue-airlignes.com qui prétends faire de la PUB pour des revues qui seront placées aux bords des avions.

    Bravo pour ce combat ! J’approuve votre combatitivité.

    11
  12. Oumzaza    

    Pour les nouvelles…

    Au TGI le magazine a été reconnu coupable, et a écopé d’une petite amende et de la prison avec sursis. Nos demandes ont quant à elles été refusées. Seule la répression des fraudes était là.

    Au TC nous avons abandonné, ayant payé cher pour l’avocat, ce dernier nous réclamant encore cher pour poursuivre, n’ayant eu aucun dédommagement via le TGI, et n’ayant pas confiance en notre avocat, choisi par un des commerçants, auquel nous nous sommes à l’époque greffé.

    Donc nous avons « gagné », ils sont reconnus coupables, mais la somme de l’amende est dérisoire, nous sommes restés un peu amère… Voili voilou, que ça ne décourage pas ceux qui ont soif de justice, je pense que les années ont freiné quelque peu notre élan, nous aurions du solliciter les services d’un bon avocat pour le TGI, mais nous avons reçu les convocations trop tard, si vous déménagez et que vous êtes en procédure n’oubliez pas de faire les démarches !!

    Bonne continuation à tous !

    12
  13. Oumzaza    

    Erratum, je viens de recevoir le courrier du Tribunal aujourd’hui : une somme ridicule à verser si récidive (avec sursis), rien d’autre ! Et 20% de réduction s’ils payent dans le mois, c’est la fête. J’ai au moins la satisfaction qu’ils ont été reconnu coupables :(

    13
  14. Mooslim-Univers    

    Salam alaykum,

    Le prix est juste choquent !!!

    Surtout quand on c’est que Mooslim-Univers propose des pub page complète dans son magazine J’aime l’Islam pour 100€ ^__^

    14
    • Serviteur Du Clément    

      Salem,
      @ Mooslim Univers :
      1/ Depuis combien de temps existe t il ?
      2/ Est il référencé à l’ODJ ?
      3/ Combien d’exemplaire réellement distribués ?
      4/ Quelle est la carte de diffusion ?
      5/ Quelle est la cible de lecteur ( CSP, Age,etc..) ?
      6/ Est il un support pour la cible recherchée ?

      Après on pourra comparer insha Allah
      Très cordialement

      14.1
  15. Serviteur Du Clément    

    Bonjour,

    Comme on dit (choisissez la formule que vous voulez) :

    1/ Comme ils font on leur fera (Kima toudine wa toudane) à eux, à leurs proches, leurs enfants etc….
    2/ Bien mal acquis ne profite jamais.
    3/ Il ne l’emporteront pas au paradis

    Merci encore pour votre témoignage et merci aussi au site Al Kanz pour nous permettre ces échanges d’expériences riches ou malheureuses, Jazak Allah Akhi !
    Très cordialement
    SDC

    15
  16. machota    

    Bonjour,

    Merci pour tous ces détails.
    Moi aussi avec d’autres nous sommes fait escroqués par un « faux » magazine. On s’apprête à déposer plainte. Votre témoignage n’est guère encourageant !

    Vous souvenez-vous du motif de condamnation ? escroquerie ?
    Avez-vous des conseil ? Le magazine continue à sortir donc on ne veut pas lâcher trop de gens se font dépouiller.

    Merci d’avance.

    16
    • Oumzaza    

      Bonsoir,

      Le souci c’est qu’ils pensent à tout ce genre de magazine fantôme, du coup ils ont été reconnu coupable sur le fait que le nombre de magazines édités n’était pas correct. 275.000 / an et non par mois. Comme il était vraiment édité ils n’ont pas été accusé d’escroquerie, j’ai tout classé, il faudrait que je vérifie les véritables chefs d’accusation.

      C’est frustrant autant pour nous que pour la répression des fraudes, d’une parce qu’ils semblent vraiment calés niveau justice, de deux parce que la date du procès nous a été communiqué très tard à cause de différentes raisons, trois ans plus tard par exemple j’avais déménagé et n’ai jamais reçu la convoc’, lorsque j’ai été mise au courant malgré une tentative de faire reculer le procès avec les collègues ça a été refusé. Aucun des plaignants n’étant présents pour différentes raisons, toutes valables soit dit en passant, nos plaintes n’ont pas été prise en compte comme il fallait.

      3 ans de combat pour… avoir au moins la satisfaction de les avoir fait liquider avant l’audience ! Mais ces personnes changent de personnes à la tête des statuts et hop, c’est reparti pour un tour ! C’est comme ça, le bouche à oreilles est malgré tout puissant et permet de protéger nombre de petits entrepreneurs, par contre c’est moyen pour les vrais magazines qui payent les pots cassés, j’en parlait avec certains dans le milieu malheureusement…

      Bon courage !

      16.1
  17. Pastrami Tunes    

    Salam
    Je souhaitai apporter ma petite contribution :

    J’ai travaillé dans un Call Center à Tunis. Nous étions nombreux (+ de 50) à solliciter des entreprises Françaises.
    Nous devions vendre du vent car la revue n’était jamais édité si j’ai bien compris.
    Nous étions donc payé grassement et jusqu’à 20% de notre Chiffre d’Affaires !.

    Un bureau existait sur Paris et était dirigé par des gens de chez nous. Ce genre de personne nous salissent et d’après les informations en ma possession, cette Mafia est bien de chez nous !!!

    17

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE