« Mettre la lumière sur une Afrique en marche »

Par Al-Kanz

L’Afrique n’est pas sinistrée. Faut-il encore vouloir regarder de près les initiatives et les forces vives du continent.

Il y a ceux qui voient dans l’Afrique un continent perdu et il y a ceux qui y perçoivent des atouts formidables. Parmi eux Jean-Christophe Desprès, du cabinet Sopi.

Le rapport du cabinet de conseil en stratégie McKinsey, curieusement intitulé « Lions go digital » a le grand mérite de tordre le cou à certaines idées reçues. La plus importante d’entre elle, véhiculée aussi dans ce blog, repose sur une fracture numérique abyssale entre une Afrique anglophone hyper digitalisée car enfant prodige d’un schéma colonial vertueux (sic) et une pauvre Afrique francophone lestée de la « françafrique » et incapable d’entrée dans l’histoire numérique qui s’écrit.

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez sur le lien suivant : Et si l’Afrique francophone n’était pas (si) en retard sur le plan numérique ?

Voir aussi : Comment l’Afrique tweete



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (1 commentaires)

  1. Patrick    

    L’Afrique a pour moi de grandes potentialités. Je pense que ce sont les hommes vertueux qui y manquent. Et je suis tout à fait d’accord avec le contraste entre l’Afrique anglo-saxonne et celle francophone. Mais cela montre en fait que les français sont de mauvais parents. Puisqu’ils n’ont pas su apprendre à leurs colonies à se débrouiller toutes seules. Mais je crois que c’est ce que la France veut au fond, que l’Afrique dépende d’elle à jamais.

    1

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE