« Je suis ton dieu, je suis ton islam » : pas de prison pour l’assassin de Mohamed El Makouli

Par Al-Kanz

L’assassin d’un père de famille de 47 ans en janvier 2015 vient d’être jugé irresponsable de ses actes. Pour la famille, il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un crime islamophobe.

El Makouli - le beaucet

Nuit du 13 au 14 janvier 2015, Le Beaucet, village de 364 habitants à une dizaine de kilomètres de Carpentras dans le Vaucluse. Une semaine après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher, nous sommes en plein explosion d’actes islamophobes. Il y a un an presque jour pour jour Mohamed El Makouli, Marocain de 47 ans, est très violemment agressé à l’arme chez chez lui par son voisin.

Le père de famille succombe très vite aux 17 coups de couteaux assénés par Thomas Gambet, dépressif et fumeur de cannabis notoire. L’homme de 28 ans, dont le père employait Mohamed El Makouli, se précipita sur sa victime après avoir défoncé la porte de son domicile. C’est aux cris de « Je suis ton dieu. Je suis ton islam » que le meurtrier commit l’irréparable.

Le meurtrier hurlait « je suis ton dieu, je suis ton islam ».

Vendredi dernier, 8 janvier 2016, soit près d’un an après son crime, le Dauphiné libéré rapportait que Thomas Gambet, assassin de Mohamed El Makouli, a été jugé irresponsable de ses actes. C’est l’occasion pour nous de publier une interview réalisée par Nadia E. pour Al-Kanz.

Un mois environ après ce crime islamophobe caractérisé selon la famille, la veuve de Mohamed accepta de répondre à quelques questions. Nadia El Makouli, maman d’un enfant de huit mois à l’époque, fut sérieusement blessée aux mains en tentant de s’interposer entre Thomas Gambet et son mari, avant de fuir suite aux recommandations insistantes de son époux. Hakima, Atika et Hicham, soeurs et frère de Mohamed El Makouli étaient présents lors de cette interview.

« Pour nous, il est clair que c’est la haine de l’islam »

Nadia E. pour Al-Kanz : Quelle était votre vie avant le drame survenu cette nuit du 14 janvier ?
Nadia El Makouki :
Nous menions une vie normale comme beaucoup de familles. Mohamed était un bon mari et un bon père de famille, qui avait l’habitude d’aller prier à la mosquée tous les jours. Je m’occupais de notre fils né l’an dernier et Mohamed travaillait chez le père du meurtrier comme homme à tout faire de son gîte.
Notre appartement est une annexe de ce gîte. Nous n’avions pas de voisins à moins d’un kilomètre autour du gîte jusqu’à ce que le fils du patron de mon mari ne vienne s’installer, voilà quelques mois, dans l’appartement en face du nôtre.
La cohabitation était bonne, si bien que nous avions l’habitude de l’inviter régulièrement à partager notre repas. C’est celui qui partageait sa table qui a assassiné Mohamed El Makouli.

Nadia E. : Le soir du drame, que s’est-il passé ?
Nadia El Makouki :
Après être rentré de chez le médecin chez qui il emmena notre fils malade, Mohamed, comme il avait l’habitude de le faire, passa à peu près une heure au téléphone avec sa sœur qui vit en Vendée. Puis il s’est rendu à la mosquée pour la dernière prière, la prière de l’ichaa. En rentrant, c’est une soirée banale qui s’annonçait, jusqu’à ce que le voisin commençât à hurler. Intrigué, Mohamed se leva pour ouvrir la porte d’entrée. Lorsqu’il reconnu le voisin, il ne s’inquièta pas outre mesure et referma la porte à clé.

Quelques minutes plus tard, le voisin défonça la porte de notre appartement, qui donne sur le séjour et l’espace cuisine. Mohamed était debout face à l’évier. Thomas Gambet se précipita sur lui en criant « Je suis ton Dieu, je suis l’islam » et lui donna un premier coup de couteau dans le cou, qui l’affaiblit immédiatement. Malgré tout, Mohamed continua à se défendre comme il le put.

Nadia E. : Comment avez-vous réagi ?
Nadia El Makouli :
Tout est allé très vite. Thomas Gambet lui a immédiatement asséné trois autres coups de couteau. C’est à ce moment-là que je suis intervenue pour tenter d’éloigner l’assassin de mon mari. J’ai pu le pousser contre le canapé et lui retirer le couteau, non sans éviter de me blesser. Mais notre voisin est reparti chez lui prendre un autre couteau, puis est revenu avec la même détermination. Mohamed, très affaibli, me demanda alors de prendre notre fils et de fuir. Personne ne pouvait nous aider, notre appartement comme je vous l’ai dit est isolé, sans voisins à proximité.

Nadia E. : Personne n’a pu prévenir les policiers avant que vous ne le fassiez alors ?
Nadia El Makouli :
J’ai quitté mon mari complètement affolée, pieds nus, dans un pyjama maculé de sang. Je me suis rendue au poste de police le plus proche, celui de la police municipale de Carpentras. Sur place, plutôt que de réagir immédiatement, les agents m’ont demandé ma pièce d’identité. Je ne comprenais plus rien. J’ai crié ma détresse et je leur ai dit de garder mon fils afin que j’aille moi-même porter secours à mon mari. C’est là qu’ils ont pris conscience de la gravité de la situation et ont alerté les gendarmes.
Malheureusement, une fois sur place, ces derniers ont retrouvé Mohamed mort. Son assassin se trouvait toujours sur les lieux du crime. Il hurlait : « Je suis ton dieu, je suis l’islam », comme le rapportera plus tard un gendarme dans le cadre de l’enquête.

Nadia E. : Qu’en est-il de l’enquête ?
Atika El Makouki :
 A l’heure qu’il est [l’interview a eu lieu deux semaines après le drame. NDLR], l’enquête n’avance pas. Si on ne pose pas de questions, si on ne cherche pas à savoir, rien ne nous n’est dit. L’appartement a été mis sous scellé durant quelques heures seulement. Dès le lendemain du meurtre, la gendarmerie a remis les clés à Nadia qui était encore sous le choc. C’est complètement incroyable.
Quant à l’assassin, il n’a jamais été diagnostiqué fragile psychologiquement. On ne lui connaît aucun antécédent ; encore moins schizophrène, comme on tente de le faire croire pour expliquer cet acte barbare. Il espère se tirer d’affaire en plaidant la folie passagère.
Pour nous, il est clair que c’est la haine de l’islam qui a motivé l’assassinat de Mohamed. Nous souhaitons que justice soit faite et que l’assassin soit puni à hauteur de son acte.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (3 commentaires)

  1. Amine    

    As-salâmu alaykum wa rahmatu’Allah,

    Avez-vous connaissance de la date du procès, du lieu, etc… Il faut leur demander, mais je pense que l’épouse et la famille de Mohamed, qu’Allah lui fasse miséricorde, aurait besoin d’un soutien massif de la communauté dans cette épreuve et cette injustice commise.

    Barak’Allahu fikum.

    1
  2. poh [iPhone]    

    Pourquoi ? Pourquoi ce deux poids deux mesures ? Pourquoi lorsqu’un soit disant musulman tue des gens il est terroriste et pas atteint de folie passagère?
    Pourquoi lorsque c’est l’inverse il est atteint de folie passagère ?
    On vit dans un monde de fou !
    Comment voulez vous, à la lecture de cet article, gardez votre sang froid et ne pas tomber dans la méfiance à l’égard de tout islamophobe potentiel?
    Qu’Allah nous préserve de tout mal !

    2

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE