spot_img
- Publicité -spot_imgspot_img

Crise financière : « C’est plutôt le Coran qu’il faut relire »

Dans la même catégorie

Coran
Crédit photo

Finance islamique. Consacrant son éditorial du 11 septembre dernier, « Le pape ou le Coran », à la crise financière qui ébranle le monde et à la venue du pape Benoît XVI en France, Vincent Beaufils surprend.

On ne fait pas de l’argent avec l’argent

Revenant sur l’ouvrage d’André Comte-Sponville sur la morale et le capitalisme (Le capitalisme est-il moral ?), l’éditorialiste congédie le pape et les textes pontificaux… pour inviter à lire le Coran.

« C’est plutôt le Coran qu’il faut relire », écrit-il. « Car si nos banquiers, avides de rentabilité sur fonds propres, avaient respecté un tant soit peu la charia, nous n’en serions pas là. »

Mieux, il rappelle l’actualité fracassante d’une conception très moderne de l’économie, celle de la finance islamique. Il suffit selon lui de voir comment les pays du Golfe ont « épousé » avec succès le XXIe siècle.

Leur recette miracle : la règle islamique qui veut qu’on ne fasse pas de l’argent avec de l’argent. L’islam proscrit en effet très sévèrement toute transaction basée sur l’intérêt et l’usure (riba).

Riba, une abomination sévèrement proscrite

Rien ne justifie le recours à riba pas même l’émission d’une fatwa fantaisiste permettant le recours au crédit immobilier qui fait fureur chez les classes moyennes en France ; et qui a éloigné les musulmans de l’interdiction, leur laissant croire que l’interdit devenait soudainement autorisé.

L’intérêt est pour le musulman de l’argent sale, qui appelle la malédiction.

La sacralité de ce principe est tel qu’en islam riba fait partie des grands péchés, puisqu’elle est ni plus ni moins une abomination. Abomination qui fait sentir tous ses effets depuis plusieurs mois, notamment aux États-Unis ou des millions de pauvres gens, des familles entières, se sont retrouvés du jour au lendemain sur le trottoir, SDF.

Le salut économique par le Coran

Comme le relève d’ailleurs Vincent Beaufils lorsqu’il précise que « si les banques du Golfe sont sorties indemnes de la crise des subprimes, c’est qu’elles n’y sont pas entrées ».

Et d’appuyer là où ça fait mal : « le respect de ce principe du Coran est également fort utile dans la relation que chacun entretient avec l’argent, qu’il s’agisse des entreprises ou des particuliers : les personnes morales n’ont ainsi pas le droit de s’endetter au-delà de leur capitalisation boursière ; quant aux personnes physiques, elles ne peuvent de facto souffrir de surendettement ».

Pour finir sur un jugement sans appel : « même si [ces règles] reposent sur un texte qui date du VIIe siècle, Benoît XVI aura du mal à faire des sermons davantage puisés dans l’actualité ».

- Publicité -spot_img

Plus d'articles

5 Commentaires

  1. Assalam alykoum,

    A quand les banques Islamiques qui permettrons d’accéder à la propriété sans ar-riba. C’est vraiment urgent car beaucoup de nos coréligionaire finissent pas céder cela banalise la chose et il devient de plus en plus dur de ne pas y céder. Cela a un effet boule de neige terrible avec une banalisation qui vous fait passer pour un ringard.
    Les alternatives sont une Urgence. Où est le CFCM, où est la Mosquée de Paris, où est le conseil européen de la fatwa, où sont les instituations Islamiques mondiale? Qui se fera le porte parole de ses millions de personnes qui cherchent une alternative aux prêts bancaire classique.

  2. as-salâmu ‘alaykum

    Où sont les musulmans tout court ? Pourquoi toujours attendre que ça vienne d’en-haut ?
    S’agissant du Conseil européen de la fatwa, il s’est positionné en édictant une fatwa ultraminoritaire et en contradiction même avec ces règles que même le journaliste de Challenges reconnaît.

  3. As salamou ‘alaykoum

    Effectivement c’est très surprenant de la part d’un journaliste (non-musulman ?). En même temps c’est agréable de savoir que certains découvrent tous les jours les bienfaits de l’islam et à quel point c’est une religion parfaite. Al hamduliLlah.

  4. Salam

    Ceci n’est que le début, Allah n’interdit pas une chose sans raison ! Espérons que tout le système s’écroule et qu’ils reviennent tous à la raison (islam), mais la c’est un peu trop demander me diriez vous, mais rien n’est difficile pour le très Haut !

    allaho akbar !

  5. Assalam alaykoum,

    Peut-être qu’aussi les prix qu’ont atteint ces derniers temps les biens immobilier est une bénédiction, Allahou a’lam. L’immobiler est devenu tellement inabordable pour grand nombre de gens qu’ils sont obligés de repousser à plutard leur projet. Ils ne peuvent plus faire d’emprunt avec intérêts. Seulement pour que ça soit bénéfique espérons que d’ici-là des solutions « halal » leur seront proposées.

    A noter que beaucoup de musulmans qui ont contracté un prêt attendent aussi ces solutions pour vendre leur prêts avec interêts et passer à un produits « halal ».

    Il y a beaucoup de souffrance sur ce sujet c’est pourquoi je pense que c’est dommage de ne pas le prendre à bras le corps. Seulement pour que ce soit plus rapide et efficace je pense que ça doit être fait par de grandes institutions ou mis en place par des politiques financières développées à partir des pays du golf où se trouve une grande parti de ces financiers « halal ».

  6. Salam Aleykoum,

    Pour la fatwa de « Conseil européen de la fatwa » c’est une fatwa pour permettre l’accès a la propriété pour nombre de musulmans dans « les conditions actuelles ». Le fait est que l’acces a la propriété est un élévation dans l’échelle sociale que nous souhaitons tous a notre communauté qui avouer le pour la plupart est logé dans des HLM et « aidée ».
    Et si vous lisez bien la fatwa il y est mis bcp de conditions, proximité de la communauté etc…

    Lors de la séance consacrée aux finances islamiques à l’assemblée national un représentant des banques a bien précisé que ces dernières ne vois pas « la demande » …Alors au lieu de demander aux institutions de bouger qu’avons nous fait chacun de son coté ..?
    – Est ce que quelqu’un pour l’achat d’un bien est il allé voir son conseiller lui dire voila j’ai besoin d’un financement éthique et ou il n’y as pas de Riba …?
    – quelqu’un a-t il écrit une lettre bien faite a son banquier pour réclamer ce type de services …

    Imaginer que nous tous nous le fassions allez « un jour d’action » pour écrire a nos banquier ….

  7. as-salâmu ‘alaykum

    Pour la fatwa, la fin de ne justifie pas les moyens. Et les faits ont montré que cette fin n’a absolument pas été atteinte malgré l’édiction de cette fatwa qui n’aurait jamais dû être émise.

    Je partage complètement votre avis sur le non-engagement des musulmans. C’est toujours plus facile de pleurnicher que d’agir.

  8. Assalam Alaykoum,

    Personnellement je connais une personne qui est allé voir son banquier pour lui exposer son cas. C’est à dire devenir propriéttaire sans passer par les l’intérêts. Il a proposé à la banque de lui racheter un bien qu’elle achèterait pour lui. Il a proposé à la banque d’ajouter au prix du bien une somme qui corresponderait à l’intérêt que la banque pourrait réaliser avec un prêt classique. Pour lui la banque lui vend un bien à un prix fixé par avance avec des mensualités fixée et avec une échéance fixée dans le temps.

    Il a reçu une fin de non recevoir.

  9. Assalam alaykoum,

    Au final c’est peut être vrai qu’on veut ce qu’on ne peut pas avoir. Car on n’a pas les moyens et la publicité le marketing se chargent de nous faire croire que c’est possible.Vendre du rêve mais à quel prix?

    Mais d’un autre côté, c’est vrai que l’envie d’avoir son jardin, sa maison, de l’espace, son garage, quelque chose à soi, quelque chose à léguer à ses enfants est grande, très grande. Surtout quand vous-même avez vécu toute votre vie en location dans des immeubles HLM entassés, étroits, délabrés, à la dérives et qui n’offrent aucun confort. C’est vrai qu’on se dit qu’on n’a pas envie de voir évoluer ses enfants dans un environnement sociale difficile. Même si nous-même on y a grandi et que l’on a réussi à éviter le danger, reste que l’on se demande si ce n’est pas les exposer et les mettre dans la gueule du loup que de les laisser dans des cités à la dérive.

  10. as-salâmu ‘alaykum

    Lune, il ne faut pas caricaturer les choses : rîba ou les « cités à la dérive ». Quand bien même ce devait être le cas, le recours à rîba ne serait pas justifiable.
    Si cette inquiétude est sincère et réelle, et qu’elle n’est pas le prétexte à l’envie de vivre au-dessus de ses moyens, pourquoi toutes ces bonnes âmes qui nous servent la même soupe n’agissent pas en faveur de la mise en place de solutions efficaces ?

  11. Assalam alaykoum,

    Ce ne sont que des questions que je me pose, des reflexions. Je ne justifie rien.

    M’avez-vous vu écrire pour encourager le recour au prêt bancaire classique?

  12. as-salâmu ‘alaykum

    Non, absolument pas. Je rebondis sur votre propos et je réfute cet argument, sans pour autant affirmer que vous encouragez ou justifiez rîba.

  13. Pour ce qui est de la supposée ‘permission’ accordée par le conseil européen, il faut savoir qu’ils se sont basés sur un avis ultra minoritaire d’Abu Hanifa (RA) qui n’est même pas l’avis officiel de (avis donc rejeté par la majorité des uléma hanafites chez) l’école hanafite

  14. Selem alikom,

    Je fais partie de cette catégorie de musulmans (très nombreuses) qui souhaiterait accéder à la propriété.
    J’ai effectivement engager des démarches auprès de 2 banques différentes en leur faisant part de mon désir de contracter un crédit sans interêt; pour les 2 mêmes réponses: aujourd’hui le système fiscal français empêche de monter une telle procédure financière…
    Les versets coranique condamnant ar riba sont très explicite….je ne m’engagerais jamais en guerre contre Allah et son messager, donc j’abandonne, et je continue donc de payer un loyer mensuel de 940€….consolation : le paradis inchaAllah

  15. salam aleykum,pourquoi est ce que les musulmans ne construiraient ils pas en communauté par ex : acheter un grand terrain avec des couples ou des familles qui désirent vivre dans des conditions plus confortables !
    La vérité est que certains muslims (pas tous Dieu merci) envoient leur argent au bled et investissent labas,les anciens surtout,il y’a a eu 7 ou 8 milliards qui sont partis en direction du maghreb rien que l’année dernière..alors que si tout cet argent avait été investi intelligemment et islamiquement ici, ils auraient pu construire et même avoir un énorme jardin biologique d’auto-subsistance……nos frères turcs le font et ca marchent trés bien,alos pourquoi les maghrébins ne feraient pas t-il pareil,
    c’est une bonne idée je trouve,il y’a des endroits en france ou les terrains ne sont pas chèrs…il faut faire quelque sacrifice,par rapport à la distance,et créer et construire des villages muslims pourquoi pas ?
    Ou le VIRUS de l’individualisme nous auraient ils TOUS contaminés ???
    salam aleykum

  16. En tout cas je trouve un peu affolant de lire que certains souhaitent voir le système monétaire s’écrouler. N’oubliez pas que chacun et chacune sera frappé encore plus durement par la crise des subprimes, sans distinction religieuse.

  17. « fatwa fantaisiste permettant le recours au crédit immobilier qui fait fureur chez les classes moyennes en France.  »

    laissez moi rire !!!

  18. comme vous le dirons pas mal de personnes,il est consideré comme haram le fait de preter de l’argent et de le recuperer avec un supplement que l’on appelle couramment l’interet.
    donc il est envisageable de recourrir a l’emprunt dit emprunt zero interet que certaines mairies mettent en oeuvre pour permettre a la population qui n’a pas les moyens de souscrire a un credit bancaire de pouvoir acceder a la propriete sans avoir a debourser plus que le prix du bien lui meme mais cependant il y a des conditions a ces prets la et des conditions d’ordre sociale et limitées dans le temps.
    ce qui m’ammene a vous parler des prets qui s’effectuent de particulier a particulier et dans le cas qui nous interesse de musulman a musulman…
    je vais vous raconter l’anecdote qui nous est arrivé a ma famille mais qui ne s’est pas terminé mal:
    un vieil ami de longue date qui venait souvent voir mon pere en son lieu de travail et venu un soir demander a mon pere de lui preter une somme de l’ordre du milliers d’euros pour financer des travaux qui vont relier les canalisations d’eau du secteur a son pavillon en construction et ladite somme etait necessaire a payer avant les debuts de construction.
    l’accord etant arrangé entre les deux partis,mon pere n’a pas stipuler de delais de remboursement(sans interet je le redis)mais l’ami en question lui lui a dit qu’il payerait dans le mois ou un mois et demi(que dieu me pardonne si je fais une erreur dans les chiffres) passé le delai imparti et precisé par l’ami plus un coup de fil plus de nouvelles de celui ci.
    nous tentons de l’appeler non pas pour reclamer le du mais pour savoir si l’ami allait bien et qu’il n’avait pas de problemes car il avait l’habitude de venir voir mon pere et cette fois ci il s’etait absenté longtemps.
    quelques temps apres,nous aprimes par lui qu’il avait eu des petits problemes dans sa situation professionnelle et dans sa vie privee et qu’il avait besoin de temps pour rassembler la somme.
    mais mon pere lui dit que ce n’etait pas urgent et qu’il avait moyen de s’arranger.
    une premiere partie arriva equivalente a la moitie mais quelques mois passerent et le reste se faisait attendre mais nous revoyons souvent la personne et nous n’avons pas de crainte cependant tout cela pour vous dire qu’il y a des gens honnete et correct qui sont prets a aider les autres financierement selon la loi coranique mais combien sont ceux qui respectent leurs engagements et font bonne image envers ceux la pour que cela se repande et fasse en sorte que les freres musulmans entre eux s’entraident….
    le peu de gens qui pouvaient encore faire la part des choses et redonner un sens a la vie des gens qui en ont besoin se font de moins en moins connaitre a cause de certaines personnes personnes qui profitent de leur gentillesse et de leur generosite
    bon ramadan a vous mes freres musulmans et semer le bien autour de vous

  19. As salam ‘alaykoum

    J’aime beaucoup vos articles, mais je trouve très dommage l’emploi de la formule « fatwa fantaisiste »… je trouve que c’est un très grand manque de respect.

    Bonne continuation quand même.

  20. Chères frères,
    gardez vous de critiquer les fatwas, fussent elles minoritaires. Avant d’emmètre une fatwa, il faut avoir une très bonne connaissance de la Charia, de l’arabe, du Coran des hadiths… Celà ne s’improvise pas dans des forums…il faut mesurer vos propos et faire attention à sa langue pour ne pas tomber dans de la médisance « d’ignorant ».
    Qu’ALLAH nous guide.

  21. as-salâmu ‘alaykum

    Abou Youssouf,

    En quoi est-ce un manque de respect ?

    Belka,

    Que penseriez-vous d’une fatwa qui autoriserait et banaliserait la consommation de porc ?

  22. Al Kanz, votre question me surprend. Je la trouve même déplacé à l’égard de Ulamas qui pour certains ont consacré leur vie entière dans la science pour Allah. Ne pas être d’accord avec une fatwa peut-être légitime (encore faut-il en avoir les compétences pour contre argumenter), mais manquer de respect aux Ulamas n’est pas acceptable.

  23. Salam,

    Al kanz, je trouve que vous manquez de respect aux savants de cette fatwa (en l’occurence le cheikh Al Quardhaoui et d’autres… ) lorsque vous vous permettez d’écrire « fatwa fantaisiste ». Sachez Al Kanz, que « l’encre des savants est plus importante que le sang du martyr », alors oui pour moi, vous manquez de respect a ces savants quand vous vous permettez de faire cette suggestion (fantaisiste). Es-ce que que vous pensez que ces savants n’ont que ça a afaire ?, (des fatwas fantaisistes), « parmi les croyants seul les savants craignent Allah », ce dire ne vous rappel rien ? cherchez, vous verrez, vous trouverez. Ces savants se base sur des principes juridiques islamiques et pas sur rien comme certains pourraient le croire, et ils sont habilités à le faire, alors un plus de respect s’il vous plait, surtour de votre part qui avez une tribune et etes lues par plusieurs personnes. Vous etes RESPONSABLES de ce que vous pouvez véhiculé comme idée.
    Sachez Al kanz, que dans les quartiers la population est confronté à beaucoup de problemes de délinquances et je parle en connaissance de cause, jai vecu plus de 22 ans dans un quartier. J’ai des amis, qui sont morts à cause de cette même délinquance, la drogue dure a tuer des musulmans et musulmanes, des conduites sous l’effet de la drogue à enlever la vie à d’autres, certains sont morts a cause d’armes et se sont tuer en les manipulant dans des caves et etc….
    Je ne vais pas vous cité tous les morts, les graves accidents , les familles déchirées dues a cette délinquence résident dans ces quartiers. Et je ne noircit pas le tableau bien au contraire, ce sont des réalités. Si ces savant ont faits cette fatwa que vous appelez « fantaisiste » c’est pour aussi et surtout sortir ses familles de ces quartiers et de cette délinquance qui est un fléau et non pas de vivre au dessus de leurs moyens en faisant comme ces européens. En permettant ces gens d’acceder a la propriété, ils ont pu éloigner leurs enfants de ce mal qui ronge notre communauté et ainsi mieux les éduquer, et Al hamdoullillah dans mon entourage certains l’ont fait et ça à marcher, alors qu’avant ils étaient mèlés et influencer par cette délinquance, avaient des problemes de comportements et autres, de mauvais resultats scolaires, aujourd’hui dans ses maisons obtenues avec cette fatwa « fantaisiste », al hamdoulillah ça ca va bien mieux parce qu’ils sont à l’écart de tout ça et ne sont pas parasités par cette délinquance et autres voyous, et les experiences sont nombreuses. Tous les cas ne sont pas pareils, certains vivent dans les quartiers et ca se passe bien et d’autres ça ne va pas du tout. Mais il faut respectez ceux pour qui ça se passe très mal et leur donner une alternative, et cette fatwa en est une qui marche, Entre deux maux, le moindre est choisis.
    Je vous prierai donc de reprendre la place qui est la votre et de ne surtout pas qualifier le travail de ces savants, si durement obtenues et qui ne sont pas a votre niveau. Je rajouterai que je suis très déçu de cette article qui est déplacé à mon sens. Faites votre travail et laissez les savants faire le leur, meme si vous avez le droit de suivre ou ne pas suivre des savants et dans leurs efforts à régler les problemes de notre communauté qui sont bien nombreux.

    Salam.

  24. Salam,

    Pour commencer, vous ne réagissez pas a mes remarques sur votre manque de respect sur certains savants, mais c’est peut être parce que vous ne trouvez rien a y redire.
    Ensuite, en ce qui concerne la fatwa sur consommation du porc, il faudrait donner les détails de cette fatwa et dans quelles circonstances certains savants ont statuer la dessus. Il est trop facile de présenter une fatwa avec succint et d’en tirer des conclusions érronés.
    -Es- ce que c’est la consommation pure et générale de cette viande interdite, comme on pourra consommer un gigot d’agneau acheter chez le boucher, alors qu’on est pas dans des conditions de survie ?
    -Es-ce que c’est consommer un produit ou il y a une partie infime à base de porc et qui perd son coté orignel de part son infimité et le mélange avec d’autres produits ?
    Beaucoup de questions mériteraient d’être posé, et quand bien même cette fatwa présenter de la façon comme vous le faites peut choquer, je ne vois pas le lien avec la fatwa dite « fantaisiste » sur le riba. Même si elles émanent du même savant, cela ne veut surtout pas dire que, parce que l’une est pas bonne alors les deux sont mauvaises. De plus, je n’est pas les qualifications recquises pour statuer sur un travail d’un Rapproché d’Allah, si bien sur vous faites allusion à un savant.
    Salam.

  25. Assalam alaykoum,

    C’est avant tout une question de respect entre nous muslmans.

    Il faut respecter les personnes qui ne sont pas convaincues par cette fatwa et préfèrent séloigner de « riba » en ayant pour seul repère les versets Coranique qui rappellent que faire riba c’est déclarer la guerre à Allah.
    D’un autre côté, ceux qui ne veulent pas faire de crédit bancaire doivent respecter ceux que la fatwa a convaincue.
    En se rappelant qu’au final c’est Allah seul qui jugera. Wa hallou a’lam.

  26. En tous cas, ce qui est vrai c’est qu’il y a un besoin criant de banque éthique ou islamique en France.
    Qu’Allah facilite l’émergence et l’aboutissement de tels projets.

  27. as-salâmu ‘alaykum

    Hassen,

    Je ne réagis pas à vos propos, car vous placez le débat sur le plan des personnes, celles des savants – qui au demeurant n’ont jamais été dénigrés ici. Ce qui importe c’est le contenu même de cette fatwa et son interprétation, voire son instrumentalisation par certains.

    Lune,

    Non, ça n’a rien à voir avec le respect. Il faut remettre les choses à leur place. Une fatwa n’a de valeur que par sa contenu (arguments, pertinence, etc.) et non par la notoriété ou encore le prestige de son auteur. C’est un peu trop facile de fermer les yeux sur une fatwa ultraminoritaire très sévèrement condamnée par de très nombreux savants, mais défendue aveuglément par des personnes aux desseins partisans. Personnes, qui souvent n’ont jamais lu cette fatwa et ne savent pas de quoi elle retourne.

  28. Le risque de querelles doit donc être le critère absolu et on devrait tout accepter sous prétexte qu’un désaccord pourrait fâcher ?

  29. Ou la nécessité de se réformer pour cesser de vouloir à tout prix être propriétaire de son logement. On en a fait une nécessité absolue, alors que la nécessité est d’avoir un toit au-dessus de la tête.

  30. as-salâmu ‘alaykum,

    tout ce débat est malgré tout très constructif, chacun peu interpreter l’interdiction de manière differente quoi que celle-ci reste explicite.

    Cependant je pense que les savants ont rédigé cette fatwa en tenant compte du contexte de vie sociale actuel.

    Et Dieu sait mieu.

  31. Assalam alaykoum,

    Je me pose juste une question sur « le contexte de vie sociale actuel ». Mais que pensez-vous des milliers de famille qui vivent dans des cimetières au caire, dans des bidonvilles ou la criminalité est peût-être supérieure à celle de nos citée ou la drogue fait des ravages la prostitution est visible. Et pourtant les autorités religieuse n’ont pas autorisée la riba?
    Je ne sais pas si mon argument est pertinent j’essaie juste de comprendre.

  32. Salam,

    Il n’y a mon sens ni querelles ni autres, mais simplement le fait de respecter le travail des savants. Je ne m’occupe pas du contenu dans un premier temps, le pourquoi de mon intervention reside seulement en le fait qu’il faut respecter les savants dans leurs efforts à resoudre des problemes difficiles. Apres que l’avis soit minoritaires ou autres, ce n’est pas la question, et oui bien sûr, Al Kanz je place le débat sur les personnes, parce que ce ne sont pas des personnes comme les autres, ce sont des savants. Et l’attitude islamique a avoir envers ces personnes n’est pas de critiquer leur travail même en le qualifant de fantaisiste. En cherchant la définition dans un dictionnaire sur le mot « fantaisiste », voilà ce qu’on y trouve :

    > fantaisiste:

    1/ pas sérieux: gratuit, arbitraire, injustifié, absurde, sans raison.
    2/ original: inégal, fantasque, instable, versatile, capricieux, changeant, phénomène, non-conformiste, farfelu, excentrique.
    3/ imaginaire: romanesque, extraordinaire, fantastique, merveilleux, imaginatif, rêveur, romantique, sentimental, chimérique, fictif.
    4/ dilettante: amateur, fumiste.

    Je doute fort que ce qualificatif et c’est ce qui fait tout l’objet de mon mécontentement aille avec un savant.

    Tout ça pour dire que ce qui m’a poussé à intervenir, c’est le fait d’avoir qualifier cette fatwa de « FANTAISISTE » , je trouve qu’il faut choisir et peser ces mots quand on parle d’un savant. Apres qu’on adhère ou pas, c’est un autre débat et ça ne sert a rien de donner des exemples comme le fait que certains dorment dans des bidonvilles etcc…Ce n’est pas notre travail de contrecarré une fatwa avec ce genre d’arguement, nous, on suit ou pas. Mais le travail de reflexion sur une fatwa ne doit pas dépassé ce droit, seul un savant peut se permettre d’interagir avec le responsable de la fatwa en invoquant son interpretation des textes. Pour parler du contenu, encore faut-il avoir les connaissances et les bagages nécessaires pour avoir une analyse juste ?

    Les savants statuent en fonction de beaucoup de criteres et c’est pas parce que certains dorment dans des bidonvilles ou parce qu’elle est minoritaire que cette fatwa ne doit pas être respecter, il ne faut pas tout mélanger. Surtout que les savants connaissent les conditions de vie des musulmans et qu’il ne statue pas à la légere.

    C’est pas parce que la notion de liberté est importante, qu’on va se permettre d’intervenir sur tout et n’importe quoi sans respecter quelques règles élementaires et importantes.

    Salam.

  33. as-salâmu ‘alaykum

    Au-delà de ces généralités, avez-vous lu cette fatwa ? connaissez-vous le statut de rîba ? savez-vous ce qu’en dit l’ultra majorité des savants ? Merci de ne pas botter en touche ni de noyer le poisson.

  34. Assalam Alaykoum hassan,

    Hassen,
    Tu permets au moins que je me pose des questions. Surtout que cette question était pour répondre au message du frère Fred. Elle n’avait aucune relation avec tes interventions. Ne prends pas tout pour toi.
    Tu ne vas tout de même pas nous interdire de débattre ou de nous poser des questions sur le sujet? Sinon dis-le!
    Trouve dans une de mes interventions un dénigrement des savants ou de la fatwa elle même. Simplement des questions posées pour essayer sonder tous les différents points de vue sur le sujet.
    Alors s’il te plaît, de grâce, ne tourne pas en dérision mes questionnements et ne les sors pas de leur contexe en mélangeant tout sinon tu ne ferais pas moins que celui que tu critiques.

    Autre chose, tu expliques de façon condescendente, en tout cas c’est comme ça que je le ressens, je cite: « qu’on adhère ou pas, c’est un autre débat et ça ne sert a rien de donner des exemples comme le fait que certains dorment dans des bidonvilles etcc… »
    Ok, mais c’est toi qui nous as fait un grand discours sur la délinquance dans les quartiers, relis toi : « Sachez Al kanz, que dans les quartiers la population est confronté à beaucoup de problemes de délinquances et je parle en connaissance de cause, jai vecu plus de 22 ans dans un quartier. J’ai des amis, qui sont morts à cause de cette même délinquance, la drogue dure a tuer des musulmans et musulmanes, des conduites sous l’effet de la drogue à enlever la vie à d’autres, certains sont morts a cause d’armes et se sont tuer en les manipulant dans des caves et etc….
    Je ne vais pas vous cité tous les morts, les graves accidents , les familles déchirées dues a cette délinquence résident dans ces quartiers. Et je ne noircit pas le tableau bien au contraire, ce sont des réalités. »

    Moi j’ai envie de te dire comme tu dis si bien « qu’on adhère ou pas, c’est un autre débat et ça ne sert a rien de donner des exemples » comme tu le fais.
    Et pourtant si tu t’es lancé dans une description émouvante sur l’état des quartiers à la dérive c’était bien pour illustrer ce qui aurait permit, éventuellement, aux savants de prendre leur décision sinon je ne vois pas pourquoi tu nous aurais peint ce tableau que nous connaissons malheureusement si bien? Pourquoi interdis-tu aux autre ce que tu te permets?

    Salam mon frère,

  35. En tous cas, ce qui est vrai c’est qu’il y a un besoin criant de banque éthique ou islamique en France.

    Accessoirement ça nous éviterait de nous poser des questions, trop de questions!

  36. Salam aleykoum

    AL KANZ, concernant la fatwa du CEFR, vous oubliez les arguments apportés qui s’ appuient sur les avis de Ibn Taymiyya (RahimaOUllah) et Soufiane Al Thawri (Rahimaoullah). La nécessité n’est pas le seul argument de cette fatwa.

    Vous lire m’a fait mal au coeur. Pourtant, Dieu sait que je n’ai pas l’intention d’acheter un bien immobilier à crédit. Je n’ai pas eu mal a cause de mon Nafs qui aurait été touché. J’ai simplement eu mal de lire une insulte vers la quinzaine de savants qui ont signé cette fatwa.

    Et N’est ce pas vous qui avez énoncé des fatwas interdisant le Coca Cola?

    Un avis péremptoire comme le votre, est dangereux, pour vous. Surtout sur des sujets aussi sensible que le Halal et le Haram.

    Soubhannallah.

    L’article n’a rien de « surprenant » . Il s’agit d’une pratique courante, chez les journalistes. Faire de l’ appel d’air avec une phrase choc, pour nous dire des choses banales… Je ne vous apprends rien…

    L’islam interdit l’ usure?!?!!! Qui l’aurait cru!

    Wa salam aleykoum

  37. Salam,

    Al kanz, c’est trop facile de réduire tout mon débat et mes arguments en disant »au delà ces généralités », cela te permet a TOI de botter en touche. Pour moi, Al Kanz à tord de qualifier une fatwa de « fantaisiste », cela n’est pas du tout approprié. Ces deux mots ne vont pas ensemble, point, c’est mon avis. Et oui, je me suis penché sur cette fatwa et ce pourquoi le cheikh Al Quadhaoui l’avais faite, entre autre pour sortir les gens des problemes des quartiers et non pas pour devenir propriétaire comme tu le dis plus haut, Mais bien pour régler un probleme au graves conséquences. Et oui je connais le pécher du riba et la gravité de le pratiquer. Mais excuse moi, si un savant permet une telle chose, il a ses raisons et l’important ce n’est pas que moi sache tout ça, ce n’est pas ma fatwa, je le repete nous ne sommes pas habilités a statuer la dessus. Tu ne vas pas contredire un savant parce que tu as lus des choses sur la gravité du riba, mais le savant connait mieux que toi et moi la gravité du riba. Il ne faut pas tout confondre. Après si la majorité des savants ne sont pas d’accords c’est autre chose, il n’en reste pas moins une fatwa digne de ce nom et Allah recompensera ceux qui se sont efforcé parmi eux a trouver des solutions aux problemes de la communauté.

    Cher Lune,
    Je n’interdis personne de débattre, bien au contraire , al hamdoullillah c’est un grand bien que les muslmans réfléchissent à leurs problemes et essaient de trouver des solutions, seulement il y a des terrains ou l’on peut, et d’autres ou l’on est pas habilité parce qu’on a pas les connaissances nécessaires et suffisantes pour le faire. Libre a chacun de réflechir et de débattre mais pas en critiquant le travail de certains savants, sauf si tu es un savant.
    Lors de mon commentaire, j’ai parlé du bien que faisait cette fatwa dans les quartiers et le fait qu’elle reglait les problemes. Mon but était de dire, cette fatwa est une bonne chose.
    Ensuite que tu dises :
    « Mais que pensez-vous des milliers de famille qui vivent dans des cimetières au caire, dans des bidonvilles ou la criminalité est peût-être supérieure à celle de nos citée ou la drogue fait des ravages la prostitution est visible. Et pourtant les autorités religieuse n’ont pas autorisée la riba? »
    Si tu dis ça, pour mieux comprendre la fatwa d’accord, mais si tu le dis pour dire  » c’est pas sérieux, on ne peux faire quelque chose en france et pas ailleurs » ça je pense que tu n’est pas habilité a le faire, parce que tu remettrai en cause le travail du savant.

    salam.

  38. as-salâmu ‘alaykum

    Abdelhak,

    Non je n’oublie rien. Faudrait savoir : cet argument est valable pour dar ul-Harb, n’est-ce pas ? Or, quand il s’agit d’autres domaines, le CEFR et son émanation française ne considèrent pas la France comme étant dar ul-Harb. Or ils se gardent bien de préciser ce point et préfèrent parler de « pays non musulman ».
    Je n’ai insulté aucun savant. Si vous n’êtes pas capable de faire la distinction entre les personnes et les arguments, je n’y peux rien.

    Hassen,

    Avez-vous lu cette fatwa ?

  39. Assalam alaykoum Hassan,

    Je ne sais pas si tu le fais exprès ou si tu ne comprends vraiment pas. Mais je t’ai dis que cen ‘était ni pour « pour mieux comprendre la fatwa » ni pour dire ” c’est pas sérieux, on ne peux faire quelque chose en france et pas ailleurs”. Relis-moi 3 fois s’il te plaît avant de répondre. Si tu as lu mon précédent message j’ai expliqué que je me posais la question après l’intervention du frère Fred. Pourquoi me mettre dans ton débat de savant et de contestation de savant que je ne comprends pas et qui ne m’intéresse pas.

    Par ailleurs, je t’ai dit de me trouver une intervention qui dénigré les savants ou la fatwa. Je ne sais pas pourquoi tu persiste à tout mélanger? On ne peut pas débattre de ce sujet sans que tu te sentes visé? C’est fou ça!

    En plus c’est agassant à la fin c’est que tu te permets de distrubuer les bons et les mauvais point. Comment peux tu écrire: « d’accord » après « Si tu dis ça, pour mieux comprendre la fatwa d’accord ». Qui es-tu toi pour dire d’accord? Pour autoriser ou non de débattre?

  40. Salam,

    Franchement, c’est fatiguant.
    Al kanz « fantaisiste » est de trop et c’est maladroit pour un savant.

    Lune, tu me fatigues, et ça devient stérile, et je me prend pour personne, tu va trop loin dans tes propos.
    Que chacun pense ce qu’il veut ?

  41. as-salâmu ‘alaykum

    Lune,

    Soit il adopte une posture idéologique qui consiste à défendre mordicus l’avis du CEFR parce que c’est l’avis du CEFR (et de l’UOIF). Soit il intervient sans savoir de quoi il parle. Relisez-le, il s’agissait d’abord de défendre des savants qui auraient été dénigrés (sic) parce que ce n’est pas bien de dénigrer les savants (et évidemment nous sommes d’accord) ; puis est venue la justification boîteuse de la vie en cité.

    Cette fatwa est fantaisiste (merci Hassen pour la définition du dictionnaire, relisez le point 1) de cette définition). Et ses conséquences sont catastrophiques. Les musulmans font des crédits à tour de bras juste parce qu’ils ont entendu qu’un savant a émis une fatwa. Le pire est que la quasi-totalité est incapable de dire qui a émis cette fatwa et en quels termes elle a été émise. Pire encore, après une première maison, on achète un appartement, car c’est bien d’investir dans l’immobilier. Et on achète une voiture à crédit, etc. Cette fatwa a banalisé le recours à rîba sous toutes ses formes, puisque l’on trouve aujourd’hui des gens qui vous disent que les intérêts bancaires (compte courant rémunéré, livret A, etc.) sont licites, car un savant a dit que l’on peut garder les intérêts. Il était évident qu’une telle fatwa n’aurait jamais due être émise de la sorte et balancée comme elle le fut sur le site de l’UOIF.

    Ces mêmes personnes qui ont contracté un prêt, lorsqu’elles sont interrogés disent : « un savant a dit que c’est halal », alors que la fatwa ne rend pas halal mais lève une interdiction (qui dans le cas de nécessité est ponctuelle et disparaît quand disparaît la nécessité). Il m’a même été dit par un imam qui défend cet avis, après que je suis revenu sur les arguments avancés (nécessité et licéité de prêter dans dar ul-Harb), que c’était surtout la volonté de rendre plus fort les musulmans (re-sic). Il suffit d’ouvrir les yeux pour voir que cette fatwa a ouvert la boîte de Pandore. Elle répond à une envie, pas à un besoin et encore moins à une nécessité. Ceux qui contractent ces crédits vivent bien et ne sont absolument pas dans la nécessité. D’ailleurs en France, si on est insolvable, on n’a pas le droit au prêt immobilier. Il y aurait ainsi nécessité de contracter un prêt en France, alors que l’on peut très bien se loger via la location et que même lorsqu’on a des difficultés l’Etat aide, assiste. Là, rîba c’est bon, on peut y aller. En revanche, rîba c’est toujours haram au Maroc, en Algérie, au Bangladesh, là où des gens vivent à 10 dans un deux-pièces. Allez comprendre.

    Et pour revenir à la vie en cité, si les musulmans s’occupaient de mener des actions concrètes, plutôt que de vouloir à tout prix recourir à l’emprunt illicite pour se payer un pavillon confortable, s’ils tenaient leurs gamins, si les beurgeois remplissaient leur rôle et leurs devoirs, les cités seraient largement plus agréables à vivre.

    On invoque le contexte, mais ce contexte même rend caduque la fatwa. Il n’est même pas besoin de considérer les avis juridiques et de verser dans le droit musulman pour s’apercevoir que cette fatwa ne peut s’appliquer en France. Alors que dire quand on se plonge dans des considérations juridiques…

    Pour finir, voici le texte de la fatwa (format word) : Fatwa autorisant l’achat de biens immobiliers grâce aux emprunts bancaires . Il a disparu du site de l’UOIF sur lequel on pouvait le lire pendant longtemps.
    Pour ceux que cela intéresse, voir ceci : http://www.islamie.com/showpost.php?p=116468&postcount=2

    Pour finir, chacun voit midi à sa porte. Que ceux qui veut absolument contracter un crédit usuraire, contre toutes recommandations, nous épargnent toutes ces justifications qui ne tiennent pas debout et qui sont souvent orientées, pour ne pas dire tendancieuses.

  42. Assalam alaykoum,
    Concernant la crise ALLAH et plus savant, pour le credit la patience a ces vertus
    il faut savoir ce que l’ont veut le paradis ou l’enfer .

  43. Assalam alaykoum,

    Mon frère hassen,

    Je ne vais nul part dans mes propos. Ne fais pas la victime, tu ne trouveras aucun propos déplacé ou insulte envers toi dans ce que j’ai pu écrire. Juste un peu d’agacement envers ton attitude. Car je me tue à t’expliquer que moi je me pose des questions, et c’est tout et que je me fiche royalement de ce débat sur les fatwas et les savants. Mais tu me ramène constament sur le terrain de ta fatwa et du dénigrement suposé des savants alors que je débattez avec Fred les « autres » parce qu’il y a d’autre forumiste sur le crédit en général.

    En tout cas, si je t’ai bléssé je te demande de m’excuser car là n’était pas mon intention.

    Il reste que ce sujet: le prêt usuraire ET JE NE PARLE PAS DE FATWA OU DE SAVANTS est une question qui préocupe beaucoup de musulmans.
    Et c’est bien dommage qu’il n’existe pas d’alternative pour tout ces gens qui attendent qu’on leur en propose une?

    Moi je pose une autre question: Existe-t-il à vos connaissance des projets sérieux en cours pour offrir des solutions et surtout dans combien de temps.

    Barak’ Allahou fikoum,

  44. Salam aleykoum

    Je vous cite :  » Je n’ai insulté aucun savant. Si vous n’êtes pas capable de faire la distinction entre les personnes et les arguments, je n’y peux rien.  »

    Qualifier de fantaisite une fatwa, c’est une insulte pour celui dont elle émane. Je le répète, je n’ai pas l’intention d’acheter un bien à crédit.

    Ce que je déplore, c’est le ton employé dans votre article…Un ton péremptoire, méprisant et condescendant.

    De quel droit qualifier ainsi un texte signé d ‘une quinzaine érudits musulmans? Qui êtes vous? J’ai lu des fatwas critiquant celle du CEFR, des fatwas émanant d’autres érudits musulmans et jamais ils n’emploient le ton que vous employez.

    Bref, amusez vous bien avec les fatwas « fantaisistes »…

    Wa salam aleykoum.

  45. Assalamou ‘aleicom,

    J’ai suivit votre débat avec intérêt, et malheureusement, ce qu’il en ressort est qu’un musulman s’accroche à un simple mot, qui non seulement peut avoir plusieurs sens (cf. définition), mais dont l’auteur,qui est musulman égelement (donc de la meilleurs communauté) insiste et certifie qu’il n’avait pas de sens insultant.

    Malgré tout, ce premier s’accroche à ce mot pour bâtir les fondements d’une séparation et d’une « dispute courtoise ».

    J’ai une fausse question : Comment voulez-vous que la oumma du prophète (PBsL) dont nous devrions faire parti (in sha-a Allah) s’accorde en général, à l’échelle de la planète, si entre 3-4 personnes il y a déjà des disputes ?

    Il faut s’imposer un peu de respect, de patience, d’amour entre nous également car nous ne sommes pas n’importe qui, et essayer de résoudre « tranquillement » et « brièvement » le désaccords en ayant une bonne intention.

    Une bonne chose aurait été :
    muslim 1 : … fatwa fantaisiste…
    muslim 2 : … attention, ne manque pas de respect aux savants….
    muslim 1 : … Je n’ai jamais manquer de respect… suis d’accord avec toi sur le respect qui leur ai dû….
    muslim 2 : … dans ce cas, pas de problème, qu’Allah te guide mais fait attention à ce mot in sha-a Allah, il peut prêter à confusion…
    Fin de mécontentement entre deux frères.

    In sha-a Allah, un jour arrivera où nous arrêterons d’entretenir la dispute et la conjecture entre nous pour un simple mot de 11 lettres et où notre seul besoin sera le paradis pour nous et pour tous les musulmans.

    Concernant la fatwa :

    En lisant le post de Al-Kanz du 19 septembre à 17h34, je dois dire que je suis d’accord avec lui sur tout les points. C’est comme s’il avait partagé ma propre expérience de recherche (celle de l’imam qui est pour et l’argument de vouloir nous renforcer en devenant propriétaire).

    Tout ce qu’a dit Al-Kanz sur ce post est vrai, logique et très facilement vérifiable en discutant deux minutes entre frères et sœurs. Personne n’osera dire que la vague qui a suivit cette fatwa est très nocive pour la oumma, et que ces propos ont été pris très à la légère, en oubliant carrément les conditions (de nécessité et de pays).

    C’est une erreur à mon sens d’avoir émit cette fatwa, et si la majorités des savants étaient contre ça n’est pas pour rien. Mais personne n’est à l’abri d’une erreur et le musulman ne doit pas tenir rigueur des erreurs d’un ou plusieurs savants et continuer à les respecter et les écouter comme s’ils n’avaient pas fait d’erreurs…
    … ainsi que respecter les autres musulmans qui ne sont pas savants.

    …Car les savants sont les héritiers du prophète (PBsL).

    J’ai voulu apporter un regarde neuf sur votre discussion et j’ai posté uniquement dans le but de nous améliorer (et non pas de blesser qui que ce soit), comme je m’améliore en vous lisant, Barak Allahou fik !

    Assalamou ‘3aleicom chers frères et chères sœurs.

    Jamal

  46. Salam alaïkoum,

    A mon sens toute fatwa peut être contestée et contestable fusse-t-elle du plus grand savant.
    N’est-ce pas un des compagnons du prophète, Abu Bakr si ma mémoire est bonne, qui a demandé aux gens de l’aider à être juste et de ne pas hésiter de lui rappeler s’il devait être injsute envers eux et la religion?

    Les fatwas peuvent être parfois circonstancielles. Heureusement qu’il y a eu la vigileance et la dénonciation des musulmans pour condamner la célébre fatwa de l’allaitement qui a fait couler beaucoup d’encre en Egypte et dans tout le monde arabe.
    N’a-t-on pas vu aussi, un certain Imam Tantaoui dire à un futur président en compagne un certain Sarkozy que le voile n’est pas une obligation pour les musulmanes qui étuident en Europe? Et combien d’autre fatwa au cours de l’histoire qui ont été édictées par des imams sans scrupules ou sous la tutelle d’un pouvoir opresseur?

    Il est salutaire d’avoir du recul sur les fatwas et de pouvoir les critiquer. Critiquer au sens noble du terme, c’est à dire les mettre en débattre. Sans manquer de respect à qui que soit, sans insultes, sans campagne de dénigrement. Comme il est important que ceux qui amènent la contradiction soient des gens instruits dans le droit musulman.

  47. Je me permets d’intervenir dans la discussion, la finance islamique étant un sujet qui m’intéresse fortement.

    Je ferais juste quelque remarques pour rebondir sur les diverses interventions :

    – en effet pour le moment en France il y a peu de demandes des particuliers concernant la finances islamiques, je citerais un extrait d’un compte rendu très intéressant de travaux du Sénat :

    « Pour la banque de détail, il n’existe pas aujourd’hui de demande significative de services en matière de finance islamique. Certains jugeront cette situation regrettable, d’autres positive. Mais il s’agit d’un constat et il vaut, non seulement pour la France, mais aussi pour l’ensemble des pays européens, à l’exception notoire de la Grande-Bretagne, cette particularité s’expliquant peut-être par la forte présence de populations d’Asie du Sud-Est et à la possibilité qu’offre la finance islamique, à de nombreuses personnes, d’accéder à un compte bancaire ordinaire dans ce pays. Le taux d’inclusion financière est assez bas au Royaume-Uni alors qu’il est très élevé en France, proche de 98 %. Par conséquent, ces deux pays n’ont pas le même intérêt à mettre l’accent sur la finance islamique.

    Une fatwa prise en 1999 par le Conseil européen de la recherche autorise l’achat de maisons au travers de crédits bancaires à intérêts à condition que la maison serve de résidence principale et que l’acquéreur ne dispose d’aucun autre moyen financier que le prêt classique pour acquérir son bien. Beaucoup de Musulmans français sont devenus propriétaires par ce biais. Par conséquent, le développement de la finance islamique dépend de la manière dont la Charia est interprétée.

    Mon propos ne signifie pas que les banques islamiques ne sont pas prédites à un bel avenir dans notre pays. Les établissements français sont à l’écoute de leurs clients. Or aujourd’hui ceux-ci témoignent de peu de besoin en produits ou services compatibles avec la Charia. »

    Il y a peu de demande, mais je pense que cela sera amené à se développer à l’avenir.

    Un des problèmes est qu’en Occident, le recours au crédit s’est banalisé. Beaucoup de gens ne savent pas ou ne se rendent pas compte du caractère haram du crédit, surtout dans une société qui pousse à la consommation. Je ne porte aucun jugement et je pense que justement l’existence de produits islamiques permettrait aux musulmans de se rendre compte que les produits proposés par les banques ne sont pas halals.
    D’ailleurs la Finance Islamique est récente, elle n’a qu’une trentaine d’années.

    – en plus du peu de demandes, l’absence de la Finance Islamique s’explique surtout par le fait qu’elle ne soit pas autorisée en France, dans le sens où il manque des aménagements des lois françaises pour faciliter sa mise en place.
    Là encore ça ne saurait tarder. La Ministre Christine Lagarde a promis de premiers aménagements car ce sont surtout les professionnels qui sont en attente.

    Il faut ajouter à cela, les Banques Français qui investissent dans les pays Musulmans offrent déjà des services qui ne sont pas contraires à la Charia, donc elles connaissent déjà la Finance Islamique pour certaines

    – enfin la crise actuelle montre de façon plus que frappante les limites du système financier conventionnel et pointe du doigt la surconsommation et l’endettement croissant des ménages… d’où l’article de Challenges cité dans le Billet d’Al Kanz.

    Je dois avouer que j’ai du mal à réaliser que cette crise mondiale avec son effet de domino international provient au départ de ces crédits accordés à des personnes peu solvables aux États-Unis… ça montre à quel point le système est « pourri » et complètement dérégulé, avec d’un coté des gens qui vivent au dessus de leur moyen et de l’autre des banques qui prêtent sans trop se poser de questions en ne pensant qu’aux intérêts qui seront engrangés ou qui investissent des sommes colossales dans des placements risqués…

    La situation actuelle va surement accélérer la mise en place de la Finance Islamique en France avec une demande qui sera plus importante. J’espère qu’on pourra trouver à court terme des produits bancaires conformes à l’Islam. En attendant le mieux est d’éviter autant que possible d’avoir recours aux crédits…

  48. Salam Aleykoum Al Kanz,

    @Lune oui effectivement, ils font semblant de rien comprendre ou ils ne comprennent rien. Je dirais The show must go on!

    Peut-être un jour!

  49. Salam Aleykoum Panda,

    Je n’oublie pas ma promesse, j’espère que nous serons nombreux pour cette initiation à la finance islam qu’organise AIDIMM, j’ai pu faire venir une amie elle va peut-être venir avec son frère. InshaAllah.

    PS: Je cherche un jeu d’échecs de taille moyenne.

  50. Est ce qu’être propriétaire d’une maison ou d’un appartement est une obligation islamique, ou fait parti d’un des cinq pilier ?

    Pourquoi risqué de déclarer la guerre à son créateur juste pour un chose de Dounyia ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité -spot_img

Derniers articles