spot_img
- Publicité -spot_imgspot_img

Comment se déroule un don du sang lors d’une collecte dans une antenne de l’EFS

Dans la même catégorie

don du sang

Chaque année en France, le don de sang permet de soigner un million de malades. Il n’existe à l’heure actuelle aucun produit capable de se substituer au sang humain. Tout le monde sait que l’on peut donner son sang, mais connaissez-vous le déroulement d’une collecte et ses restrictions. Voyons cela ensemble, étape par étape.

L’inscription

Vous devrez vous rendre à la collecte de sang en ayant pris avant un léger petit déjeuner. Une fois sur place, il faut vous inscrire auprès de l’équipe de l’EFS (Etablissement français du sang). On vous remet alors quelques livrets d’information s’il s’agit de votre premier don, un questionnaire pour préparer l’entretien préalable et une feuille à signer pour donner votre accord. Il faut savoir qu’à tout moment chacun peut faire marche arrière. Une pièce d’identité est indispensable.

L’entretien pré-don

Une fois les documents remplis, vous rencontrez un médecin qui lit le questionnaire, prend votre tension et voit avec vous si le don est possible le jour-même. Il existe plusieurs situations où le don est en effet refusé pour votre sécurité et/ou celle du receveur. Vous ne pourrez pas donner votre sang si votre taux d’hémoglobine est trop faible le jour du don ou si votre tension artérielle trop basse. Il existe différentes contre-indications. Sachez par exemple que vous devez attendre sept jours après un détartrage dentaire ou encore quatre mois après le retour d’un voyage dans un pays dans lequel sévit le paludisme.

Le prélèvement

L’infirmier(e) regarde vos bras afin de trouver un veine assez grosse pour l’aiguille. Parfois, le don est impossible car justement les veines visibles sont trop fines. Une fois la zone à piquer désinfectée, le don débute. Ce n’est pas douloureux et, en fonction du flux, cela dure une dizaine de minutes. On prélève en tout 450 ml de sang.

Le temps de repos

Vous êtes ensuite invités à vous asseoir pour reprendre des forces. Vous devrez manger du sucré afin de ne pas faire un malaise. Il est possible de se sentir un peu faible suite à ce don, durant les heures qui suivent, mais une nouvelle collation vous remettra sur pieds.

Recommandation

En fonction des lieux de collecte, il est possible de demander à ce qu’un infirmier homme prenne en charge les hommes. Généralement, ce sont surtout des infirmières femmes qui sont présentes dans les antennes de l’EFS. N’hésitez pas à vous rapprocher de votre mosquée. Certaines sont partenaires de l’EFS de leur ville : « Mosquées : don du sang« .

Suite à notre expérience personnelle, nous recommandons aux sœurs de porter des « manchettes » et un vêtement ample au niveau du poignet. Ainsi, il suffira de relever la manche au-dessus du coude, et la manchette couvrira l’avant bras, ne laissant apparaître que  l’endroit à piquer.

- Publicité -spot_img

Plus d'articles

10 Commentaires

  1. Assalem aleykom,

    Quand j’ai donné mon sang à l’université ils proposaient une collation juste après avec la charcuterie halal, c’est rare d’être reçu aussi bien et en plus c’est pour la bonne cause alors n’hésitez pas !

  2. je ne comprends pas votre histoire de manchettes si comme vous le dites vous parlez d’expérience alors vous devez savoir que les prises de sang ne ce fond pas forcément au niveau du coude mais la ou il y a la meilleure veine creux du coude avant bras main
    de plus si certains d’entre vous avez eu à subir une intervention chirurgicale vous êtes vous posez la question de l’origine du sang comment savoir si le sang vient d’un musulman ou d’un chrétien ou d’un athes non d’autant plus que le sang utilisé lors des interventions vient de plusieurs donneurs et non d’un seul vous avez accepté le sang qui vous sauvez la vie c’est tout et c’est humain

  3. As Salam aleykoum. Ayant vu mes parents qu’Allah les guide, donner leur sang toute ma jeunesse, je pensai faire de même. Étant atteinte d’une maladie rare du sang wa el hamdouliLlahi causant des hémorragies, j’ai du être de l’autre côté du don et être transfusée în extremis à plusieurs reprises. Chaque ligne que je pourrai lire à ce sujet m’émeut toujours autant. Je remercie Allah Le Très Haut de m’avoir fait (re)vivre à chaque fois, d’être une fille, une épouse, une maman vivante, et je pense très souvent aux donneurs passés et Allahou 3llem probablement les futurs… Je souhaite qu’Allah les guide, et s’ils s’agit de mes frères et sœurs en religion qu’Allah leur accorde le Firdaws.

  4. Salam alikoum,

    Beaucoup de « je pense » et aucune citation de hadith, ni de nom de cheikh prit en référence donc « JE PENSE » avis inutile et dangereux.

    Je vous invite à méditer sur ce genre d’avis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité -spot_img

Derniers articles