Terrorisme : dix extrémistes de droite s’apprêtaient à tuer des femmes voilées, car voilées

Par Al-Kanz

Une milice d’extrême droite projetait notamment de tuer des femmes voilées choisies au hasard dans la rue.

Profanation d'une mosquée de Strasbourg
Mosquée profanée à Strasbourg en 2012 – © France 3 Alsace

Islamophobie. Commettre des attentats contre des mosquées, tuer des imams et… des femmes voilées, parce que musulmanes et portant le voile, choisies au hasard dans la rue, c’est le projet avorté de neuf hommes et une femme, membres d’une milice d’extrême droite, l’Action des forces opérationnelles (AFO), arrêtés lors d’une intervention des forces de l’ordre dans la nuit du samedi 23 au dimanche 24 juin.

Selon LCI, qui rapporte l’information, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a mené ce coup de filet dans différents départements français : en Charente, en région parisienne, en Gironde, en Corse ou encore dans la Vienne.

Cédant à un amalgame entretenu depuis des années par l’extrême droite, par des médias comme Le Figaro, Valeurs actuelles ou Marianne ou encore par la nébuleuse gauche FN du Printemps républicain, les terroristes, âgés de 32 à 69 ans, voulaient faire payer aux musulmans les attentats commis par d’autres terroristes.

Dans un communiqué rendu public lundi 25 juin, Ahmet Ogras, président du Conseil français du culte musulman, a tenu à “rendre un hommage appuyé à nos forces de sécurité et en particulier à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour le travail mené dans le cadre de sa mission de protection de nos concitoyens”.

Et d’ajouter que “le CFCM appelle tous les musulmans de France et les associations gérant des lieux de culte musulman à la plus grande vigilance”.

Ahmet Ogras a en outre appelé “tous les responsables politiques” à dénoncer “avec la plus grande fermeté les actions violentes dirigées contre les musulmans de France”. Appel vain : c’est plutôt la discrétion et le silence qui ont prévalu, malgré la gravité des faits, lesquels sont de toute évidence perçus selon la sempiternelle règle du deux poids deux mesures.

Dimanche sur Twitter, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a quant à lui salué le coup de filet de la DGSI.


Toujours sur Twitter, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) a souligné à juste titre la responsabilité de certains médias, qui ont fait de l’islamophobie un relais de croissance, à l’instar de certains journalistes islamopathes qui en ont fait un sacerdoce.
.


la responsabilité des politiques,

Et celle de certains intellectuels.


Si ce projet d’attentat contre des musulmans en France n’est pas le premier, il semble être le plus abouti et le mieux préparé.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FERMER
CLOSE