#WeBoycottChina Des musulmans uyghurs appellent au boycott de la Chine

Par Al-Kanz

Les persécutions chinoises visent à effacer toute présence musulmane au Turkestan oriental occupé.

Jeudi 19 septembre, Huawei, l’un des plus sérieux concurrents des géants Apple et Samsung, a annoncé lors d’une conférence à Munich, en Allemagne, la prochaine commercialisation de ses deux derniers smartphones, les Mate 30 et Mate 30 Pro.

Devriez-vous les acheter ? Non, selon des Uyghurs qui appellent au boycott de la Chine dans une campagne lancée sur Internet contre l’épuration ethnique et les exactions du pouvoir chinois contre leur peuple.

Turcophones et musulmans, les Uyghurs (ou “ouïghours) sont les habitants du Turkestan oriental, pays plus connu depuis la colonisation et l’occupation par la Chine en 1949 sous le nom de “Xinjiang”.

Camps de “rééducation”, destruction de centaines de mosquées, dont certaines centenaires, interdiction d’observer le jeûne du mois de ramadan, obligation de manger du porc et de boire de l’alcool, mariages forcés entre des musulmanes et des Chinois non musulmans, interdiction de donner des noms arabes aux enfants, interdiction d’enseigner l’islam, humiliations publiques et emprisonnement des imams, etc.

Cette liste, loin d’être exhaustive, glace le sang : Pékin, qui considère ouvertement l’islam comme une maladie à éradiquer, alimente l’islamophobie en qualifiant la pratique ordinaire de l’islam de manifestation de “l’extrémisme” religieux, précise Rian Thum, historien américain, dans une tribune publiée dans le New York Times.

Lire – What Really Happens in China’s ‘Re-education’ Camps

Cette volonté de détruire toute culture uyghure et présence musulmane au Turkestan orientale n’est pas nouvelle. Systématisée, cette répression est néanmoins montée d’un cran ces dernières années, dans une indifférence quasi généralisée.

Il aura fallu attendre 2018 pour que le sujet soit traité quasi quotidiennement dans les médias mainstream.

Lire – Video showing hundreds of shackled, blindfolded prisoners in China is ‘genuine’

Si vous êtes peu au fait de ce que subissent les Uyghurs, nous vous recommandons de lire, par exemple, les articles suivants de Laurence Defranoux, journaliste du quotidien français Libération.

“Pékin mène une politique d’assimilation forcée des Ouïghours aussi efficace sur le long terme que l’élimination physique systématique. Une stratégie à l’abri des critiques internationales.”

Lire : Ouïghours : au Xinjiang, un lent et silencieux «génocide culturel»

“Dans le Xinjiang, au moins 800 000 citoyens musulmans sont enfermés par les autorités. Après avoir nié, le Parti souhaite désormais donner une base légale à ces prisons.”

Lire : Ouïghours : la Chine reconnaît des camps «pour éduquer»

“Depuis de nombreux mois, des centaines de milliers de personnes de l’ethnie musulmane de la région du Xinjiang sont enfermées par les autorités. Les témoignages, rares, font état de sévices corporels et séances de propagande, plongeant la population comme la diaspora dans la terreur.”

Lire : Ouïghours : les camps secrets du régime chinois

“+Au total, huit personnes de ma famille sont en prison ou internées dans des camps. Mes parents, mon frère, mon mari, ma belle-famille… Mais le pire, c’est que je n’ai aucune nouvelle de mes trois enfants âgés de 4, 7 et 9 ans. Ils n’ont pas pu obtenir de passeports lorsqu’en janvier 2016, avec mon mari et mon quatrième enfant, nous sommes partis en Turquie.+”

Lire : Ouïghours : «Si je rentre, la mort ou la perpétuité m’attendent»

Venons-en maintenant à l’appel au boycott des produits chinois. Aussi ridicule et vain qu’un tel appel puisse paraître, le balayer d’un revers de main en faisant mine d’ignorer que la Chine n’a pas enfermé plus d’un million de musulmans pour les contraindre à apostasier est a minima immoral.

Oui, ne pas acheter le dernier smartphone Huwaei ne libèrera pas ces prisonniers politiques. Oui, boycotter tous les produits fabriqués en Chine est mission impossible, à tout le moins un vrai casse-tête. Oui, on réussira aisément à trouver du “made in China” chez celles et ceux qui soutiennent cet appel. Contradiction ? Hypocrisie ? Ni l’un ni l’autre. Mais qui a dit qu’il fallait qu’un boycott soit intégral pour qu’il soit légitime ou digne d’être pratiqué ?

Et si l’on se contentait d’entendre l’appel ci-dessous et de mettre un pied devant l’autre tout en étant lucide et pragmatique ?

Last but not least, si des pays ont choisi de bannir ou de limiter la présence de Huwaei – et au-delà l’influence chinoise –, on peut imaginer que les musulmans trouvent quelques raisons à agir contre la politique islamophobe de Pékin, n’est-ce pas ?

Infographic: Which Countries Have Banned Huawei? | Statista© Statista

La vidéo a été traduite par l’équipe de Darifton.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (1 commentaires)

  1. Le duc de fontbarlettes    

    Qu’est-ce qu’on peut bien faire quand tous les régimes arabes et notamment l’Arabie des saouds, l’exportateur n1 de l’idéologie terroriste à travers le monde musulman et au-delà, la fabrique a terroristes, donnent leur bénédiction au gouvernement chinois.

    1

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.