spot_img
- Publicité -spot_imgspot_img

En arabe, un point… c’est tout!

Dans la même catégorie

La virgule, signe graphique pas toujours très respectée, a pourtant parfois toute son importance. Il n’est pas rare, pour convaincre les plus sceptiques ou, quand on est professeur, pour sensibiliser ses élèves, de recourir à l’exemple suivant :

  • « Et si on mangeait, les enfants ? »
  • « Et si on mangeait les enfants ? »

On peut imaginer la première phrase, qui comprend une virgule, dans la bouche d’un papa ou d’une maman qui invite ses enfants à passer à table pour partager ensemble un repas. Dans la seconde, ce sont plutôt les enfants qui finissent dans l’assiette, puisque le locuteur suggère de les manger.

Et le professeur de dire à ses élèves qu’une virgule, ça peut sauver une vie !

La langue arabe connaît aussi la ponctuation : la virgule, le point, le point d’interrogation, etc. Elle compte en outre des signes diacritiques, qui ont une incidence toute autre que ceux de la langue française (la cédille, l’accent), comme nous pouvons le constater ci-dessous avec… l’absence des points diacritiques.

Traduction :

« Voici un mot arabe sans les points diacritiques :
Celui qui a faim lira le mot “pain”- خبز – khubz ;
Le journaliste lira “nouvelle”- خبر – khabar ;
L’écrivain lira “encre” – حبر – habr ;
Les cœurs purs liront “bonté” – خير – khayr ;
La personne brisée lira “réparation”- جبر – jabr.»

Fascinant, n’est-ce pas ?

- Publicité -spot_img

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité -spot_img

Derniers articles