spot_img
- Publicité -spot_imgspot_img

L’arabe, langue d’orfèvre

Dans la même catégorie

Le 18 décembre 1973, la langue arabe devenait la sixième langue officielle de l’Organisation des nations unies (ONU). En 2012, à la demande du Maroc, de l’Arabie saoudite et de la Libye, fut instaurée en référence à cette date la journée internationale de la langue arabe.

Nous avons choisi de remettre au goût du jour – et à jour –, aujourd’hui 18 décembre 2022, journée internationale de la langue arabe, un article publié voilà quelques années(le 28 avril 2008) et  consacré, évidemment, à la langue arabe.

La richesse du vocabulaire de la langue arabe et ces figures rhétoriques sont parmi ses plus beaux attraits. Ibn Khalawayh, grammarien, lexicographe et exégète coranique du IVe siècle de l’Hégire, Xe de l’ère chrétienne, indique que les Arabes ont 500 noms pour le mot « lion » et 200 noms pour le mot « serpent ».

Certains linguistes s’accordent à dire que ces noms sont absolument identiques, mais l’opinion la plus solide est celle qui soutient qu’il existe des nuances d’un mot à un autre et que deux termes ne désignent pas exactement la même chose.

Voici quelques exemples autour de la notion de vide et des différents termes utilisés en arabe pour l’exprimer :

– Une table sans repas est appelée « khiwaan خِوان ». Lorsqu’elle est servie, on utilise le terme « maa’idah مائدة ».

– Un verre vide est appelé « koob كوب  » ou « qadah قدح ». Lorsqu’il contient un liquide, il devient « ka’s كأس ».

– Pour désigner le fait de manger tout ce qui se trouve sur une table, lors du dîner, on utilise le verbe « iqtamma اِقتمّ ».

– Pour désigner le fait de boire tout ce que contient un récipient, on utilise le verbe « ishtaffa اشتفّ ».

– Pour décrire l’enfant qui boit tout le lait que sa mère, allaitante, lui fournit au point de l’épuiser, on utilise le verbe « imtakka امتكّ ».

– Le verbe qui indique le fait de vider les pis d’un chameau est « nahaka نهك ».

– Le verbe qui indique le fait de vider un puits est « nazafa نزف ».

Et sans aucun doute :  » كلام العرب لا يحيط به إلا نبيّ « , autrement dit : « Nul ne peut avoir une aussi grande connaissance de la langue qu’un prophète. »

Traduit librement de l’anglais du blog, avec son autorisation : Arabic Gems

- Publicité -spot_img

Plus d'articles

3 Commentaires

  1. As-Salâmu ‘alaykum,

    Boss,

    Il existe plusieurs institutions académiques qui s’occupent du bon usage de la langue arabe, et de l’adoption de nouveaux mots, et ce depuis plusieurs dizaines d’années. Voici un article qui décrit brièvement les plus connues d’entre elles :

    http://www.saaid.net/Doat/hasn/75-7.htm

    Le problème, c’est qu’elles ne s’accordent pas toujours dans leurs choix.

  2. Salam alaykoum

    Non fusion roide, votre analyse n’est pas bonne. Si les pays arabes reprennent parfois des langues comme le français ou l’anglais cela n’est pas du à un problème faiblesse de la langue mais à l’hégémonie culturelle occidentale (notamment américaine) qui s’est développé ces derniers temps.

    D’ailleurs l’histoire nous montre bien qu’au contact d’autres langages et d’autres cultures une langue s’adapte, se modifie et va piocher du vocabulaire chez « l’autre ».

    Je ne vais pas vous refaire l’histoire de la formation de la langue française, mais c’est bien du rencontre de différentes langues et différents peuples que celle-ci est nait. D’ailleurs la langue français elle-même ne reprend elle un nombre de mot considérable à l’arabe?

    Vous pouvez trouver un très bon livre sur le sujet intitulé ‘mot français d’origine arabe »
    ici:

    http://www.hanut-ul-muslim.com/mots-francais-dorigine-arabe-langue-litt%C3%83%C2%A9rature-p-281.html

    Donc oui, la langue arabe est une langue riche et non le fait que l’arabe moderne reprenne des mots à d’autres langue n’est pas un argument pour la définir comme langue qui « n’arrive pas à suivre l’évolution et le développement de certaines langues comme le français ou l’anglais »

  3. Ce n’est pas la langue arabe qui ne suit pas le progrès connu par les langues étrangères , mais ce sont les spécialistes, ou les arabisants qui ne font rien pour rendre l’usage de la langue plus intéressant. Et puis par snobisme, les gens veulent parler les langues étrangères à tout prix , ça frise le ridicule parfois, et ça se fait au détriment de leur propre langue. Il n’ y a qu’à voir le niveau de nos enfants…on aimerait les aider pour améliorer leur niveau; mais le programme est dur à « accompagner ». Nos élèves se plaignent parfois des matières en arabe. A ce qu’il racontent, ils peuvent passer une heure à recopier une leçon X dictée qui s’étale sur 5 pages..à la fin ils sont lessivés. Quand on essaie d’aider en Français ou en Anglais, on trouve une multitude de supports passionnants y compris des supports électroniques.
    Pour la langue arabe, ça semble différent. L’unique référence qui s’impose est l’ouvrage de Sibaweyh, autant réveiller un mort..

    J’ajouterai que pour l’expression « كلام العرب لا يحيط به إلا نبيّ, elle précise qu’il s’agit de l’arabe. Alors permettez-moi d’ajouter: « Nul ne peut avoir une aussi grande connaissance de la langue arabe qu’un Prophète ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité -spot_img

Derniers articles