Aïd al-Adha : comment l’administration nuit gravement aux éleveurs

Par Al-Kanz

Malgré la crise que traversent les éleveurs, les autorités françaises empêchent que l’aïd al-adha leur profite pleinement.

mouton aid
Crédit photo

Jeudi prochain aura lieu l’aïd al-adha, fête pour les musulmans et pour… les éleveurs de moutons. Cette année encore, les musulmans restent à la merci de de l’indifférence de l’Etat et de l’arbitraire préfectoral. Au grand dam des éleveurs, qui sont dans une situation catastrophique.

Un ministère indifférent, malgré la crise

On marche sur la tête. Voilà quelques semaines le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, ainsi que le Premier ministre, Manuel Valls, disaient tout faire pour venir en aide aux éleveurs, très durement frappés par la crise et les pratiques déloyales de la grande distribution et des poids lourds de la viande. Pourtant l’aïd al-adha, moment incontournable pour la filière ovine, est totalement snobée.

Certes, le cabinet du ministre de l’Agriculture a dû comme chaque année se réunir avec tous les acteurs concernés (représentants musulmans, représentants des abattoirs, autorités sanitaires et vétérinaires). Mais, ces réunions servent essentiellement à faire des rappels à la loi, non à encourager des partenariats entre éleveurs et associations musulmanes.

Or il suffirait simplement que l’Etat fasse en sorte que les agriculteurs et les consommateurs musulmans puissent tranquillement travailler ensemble, sans que l’on criminalise les uns et les autres. Les premiers verraient alors leurs ventes exploser, les autres pourraient observer une pratique qui sauvent la filière ovine française.

De l’arbitraire des autorités locales

Malheureusement, seul l’arbitraire des décisions préfectorales fait autorité. Tel préfet mettra fin à un projet d’abattoir permanent dans telle ville. Tel autre refusera l’installation d’un abattoir mobile. Tel autre encore annoncera sa désapprobation sans nécessairement, ou si peu, la justifier. Grasse, Marseille, Dunkerque, la Seine-Saint-Denis, etc., les cas litigieux ne manquent pas. Ces postures sont d’autant plus scandaleuses que l’aïd al-adha constitue une source de revenus non négligeable pour toute la filière ovine.

Lire
– Aïd al-Adha : un abattoir à la disposition des musulmans de Dunkerque

Dunkerque : la viande halal, 70 % du tonnage de la ville

Or rien, si ce n’est une idéologie douteuse, n’empêche les éleveurs de moutons de profiter pleinement de cette fête musulmane.

Les musulmans, une chance pour l’agriculture française

La filière ovine est aujourd’hui sinistrée. Etranglés par les importations étrangères d’une part et par la grande distribution d’autre part, les éleveurs de notre pays. trouvent dans l’aïd al-adha un répit, voire une bouée qui leur permet de ne pas couler.

Lire – Les musulmans sont une chance pour l’agriculture française (INSEE)

Contraints de vendre à perte toute l’année, ces derniers survivent grâce aux musulmans qui veulent acheter du mouton français. Avec plus de 220 000 ovins et plusieurs milliers de bovins, l’aïd al-adha représente en effet une manne de plusieurs dizaines de millions d’euros injectés dans l’agriculture en un ou deux jours.

Grands consommateurs de viande, les musulmans constituent toute l’année une clientèle de choix. Outre leur forte consommation de produits carnés, ils achètent un ou plusieurs moutons moutons lors d’événements particuliers qui ponctuent la vie familiale : naissance (aqiqa) , mariage, obtention d’un diplôme et autres fêtes.

Comment comprendre dans ces conditions qu’aujourd’hui encore, dans un contexte de crise sévère de l’agriculture française, on puisse continuer à laisser l’arbitraire plomber un événement d’une si grande importance pour les éleveurs, tout en criminalisant ceux qui auront préféré conjuguer leur pratique avec un soutien appuyée à ces derniers ?

article publié le 29 octobre 2010. Mis à jour… sept ans plus tard, le 18 septembre 2015



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (4 commentaires)

  1. bijan [iPhone]    

    La solution est simple boycotter aid adha par toute la communauté musulmane et comme ça on verra la réaction de nos responsable politique s ils veulent vraiment sauver le commerce des ovins.

    1
  2. rm[GT-S7560]    

    pourquoi nous musulmans , communaute snobee, communaute sans cesse denigrer responsable de tous les maux , de ce pays justement nous mettre daccord pour l annee prochaine, inchallah de convaincre tous les musulmans de france d envoyer notre sacrifice a differentes associations humanitaires , et voir l impact financier de cette operation ,peut etre qu on nous prendra enfin au serieux et on nous respecterais un peu plus ,il faut taper la ou ca fais mal

    2
  3. Aboubakr[SM-N9005]    

    Salam alaykoum

    et quand l Aid el adha tombera en pleine periode de vacances estivales et qu une grande partie des musulmans le fetera au bled, la douleur économique sera forte et longue pour ces mêmes éleveurs…

    3
  4. adil    

    Salam A3leykoum,

    Imitons la communauté Turc d’Allemagne qui pour contrer un projet de loi liberticide à leur encontre; sous injonction du gouvernement Turc, retira toutes ces économies des banques.
    Et bien cela n’a pas tardé pour que le projet de loi soit purement abandonné.
    Certe, nous ne sommes pas la communauté Turc (très solidaire), mais il nous suffit de sortir l’argent de l’Aid du pays et ne rien dépenser (même pas le voyage au bled, car là, on met de l’argent dans le jackpot via les taxes, etc…).
    Alors, je pense qu’il y aura réaction des pouvoirs publiques!
    Mais hélas, la conscience politique de « la communauté » n’est pas encore mature pour ces choses là…

    4

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE