spot_img
- Publicité -spot_imgspot_img

Mosquée d'Antony : 30 ans de présence balayée d'un revers de main

Dans la même catégorie

Mosquée d'Antony : 30 ans de présence balayée d'un revers de main

Mercredi 2 janvier, les CRS sont intervenus pour rendre effective la fermeture de la salle de prière de la cité universitaire d’Antony (Hauts-de-Seine, 92). Une vingtaine de policiers ont en effet été sollicités par le Crous qui gère les lieux afin de permettre le déménagement du mobilier et la fermeture de la mosquée, que de très nombreux étudiants fréquentent depuis 30 ans.

La mosquée Jean Zay, du nom de la cité universitaire d’Antony, a traversé les époques. Ouverte à toutes et à tous, cette salle de prière n’avait rien de clandestine ni de louche. Elle était très bien connue des services du Crous. Trop bien même puisque cela fait des années que le Crous tente de la faire fermer pour des raisons encore obscures. Après maintes tentatives et autant d’échecs, le Crous a donc décidé de demander au sous-préfet de mobiliser les CRS pour procéder mercredi 2 janvier.

Cette salle de prière gênait. Mise à disposition par le Crous voilà trente ans, elle devait être fermée provisoirement pour donner « un aspect associatif au lieu ». Les responsables de l’association se doutait bien que cette demande de fermeture provisoire cachait quelque chose. Néanmoins, ils ont été surpris de voir débarquer la police et surtout aussi rapidement. La fermeture a eu en effet lieu plus vite que prévu et il n’était pas fait mention d’une évacuation par les forces de l’ordre.

Autant dire que voir débarquer la police a été une surprise de taille. Le motif invoqué par le Crous : vider les lieux pur y effectuer des travaux de sécurité. Si les responsables du lieu de prière ont été prévenus par lettre de la volonté du Crous de débuter les travaux en janvier, ils ne s’attendaient pas à ce que le Crous usent de tels procédés. Ils avaient en outre demandé qu’on les informe sur la nature précise des travaux et sur ce qui n’était pas en conformité avec les normes de sécurité en vigueur. La réponse ne s’est pas faite attendre.

Françoise Bir, directrice du Crous, présente lors de cette évacuation invoque la sécurité pour justifier cette intervention. Interrogée par Le Parisien, elle précise toutefois sous forme d’aveu : « Il n’y a pas à avoir de lieu de culte dans la cité. C’est interdit dans un établissement public. Cette salle n’a fait l’objet d’aucune convention, elle n’a aucune légalité. » Ce qui ne manque pas de piquant, quand on sait qu’une autre salle a été proposée dans un autre bâtiment de la cité universitaire : plus petite, elle ne répond pas plus aux normes de sécurité qui ont prétendument motivé la fermeture de la salle du bâtiment G.

Pour présenter leur opposition, les étudiants se sont mobilisés pour protester contre cette décision injuste. Actuellement, ils font leurs prières dans les couloirs du bâtiment G (bâtiment de la salle de prière). Un comité de soutien a été mis en place :
Collectif des résidents de la RUA Jean Zay

Contre la fermeture de la salle de prière du bâtiment G
Salle prière bâtiment G
39 rue Lafontaine
92160 Antony
salle_batg@yahoo.fr

Crédit photo

- Publicité -spot_img

Plus d'articles

10 Commentaires

  1. Plus de 50% des lieux de prière en France (surtout Paris) ne sont pas règlementaires et pour cause, y a pas assez de mosquée. A paris, même la grande mosquée ne peut contenir les fidèles du vendredi. Pour le reste, nous prions dans les sous-sols des foyers de travailleurs étrangers. C’est très symbolique: le citoyen français de confession musulmane est obligé, s’il n’habite pas à côté d’une des rares mosquées de France, d’aller prier dans un sous-sol non aménagé et qui plus est, le sous-sol d’un foyer, comme si être musulman français revient à avoir moins de droit que le citoyen français de confession chrétienne ou juive ou le citoyen athée ou même le membre d’une secte. C’est d’autant plus inadmissible que l’Islam est de source officielle, la deuxième religion de France (Liberté, Egalité, Fraternité).

  2. L’islam est la deuxième religion de France, après le catholicisme.
    4 à 5 millions de personnes s’en revendique
    (source : ministère de l’Intérieur, 2000).

    En France, chaque année, on compte 30 000 conversions à l’Islam, 300 conversions au judaïsme, 500 au protestantisme et 12 500 au catholicisme.
    Lieux de culte

    * 1 536 lieux de culte musulman (mosquées et salles de prières), dont une dizaine de mosquées de plus 1 000 places ; plus des 2/3 de ces lieux de culte accueillent moins de 150 fidèles (4 à 5 millions de musulmans),
    * 40 000 édifices culturels catholiques (pour 45 millions de catholiques),
    * 957 temples (pour 900 000 protestants),
    * 82 synagogues (pour 500 000 juifs).

    (source : site de france5 dans les archives de l’émission « Ripostes »)

    Si vous souhaitez en savoir plus, descendez dans n’importe quel sous-sol de foyers de travailleurs africains et vous verrez qu’ils ne sont pas aux normes pour prier. Je précise que si les pratiquant français et étrangers prient dans ces lieux c’est par résignation et non par plaisir).

    Cordialement.

  3. Ce n’est pas cela que je vous ai demandé, mais la source du chiffre avancée dans cette phrase : « Plus de 50% des lieux de prière en France… »

  4. Le lien pour signé la petition ne fonctionne pas, oú peut on la trouver?
    Il faut absolument la diffuser a grande echelle inchallah. C vraiment indigne ce qu’ils ont fait, leur attitude est impardonnable, il ont piétinné avec leurs chaussures les tapis de la salle de prieres, oú les étudiants marchent pieds nus et y posent leurs fronts au moins 5 fois par jour. Ils ont rammassé les corans -Le livre sacré- dans des sacs poubelles et des vieux cartons, c’est une atteinte qu’ils ont portés aux musulmans du monde entier.
    S’ils estiment qu’un lieu de culte n’a rien á faire dans une cité u alors qu’ils ferment les églises et tout autre lieu de culte qui s’y trouve.
    Dans la devise de ce pays il y a bien le mot « EGALITE » alors que la loi soi respectée et que les droits de chacuns ne soit pas baffoués comme sous le régime d’une dictacture.
    Youcef, étudiant francais en erasmus á Londres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité -spot_img

Derniers articles