Allaiter un orphelin : Nadia, 31 ans, témoigne

Par Al-Kanz

Dans une interview émouvante, Nadia raconte à Emilie-Nourra du blog Mamans musulmanes comment elle a créé un lien de filiation réel avec son enfant adopté au Maroc, dans le cadre d’une kafala.

Interview réalisée par Emilie-Nourra, fondatrice et responsable du blog Mamans musulmanes et rédactrice sur Al-Kanz.org

Lorsqu’un couple s’unit par le mariage, le cours normal des choses est de fonder une famille. Ceci est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit d’un mariage musulman. Si avoir des enfants semble facile pour certains, d’autres sont confrontés à l’épreuve de la stérilité, à l’impossibilité de procréer. Pour fonder cette famille tant désirée reste l’adoption. Or en islam l’adoption n’existe pas à proprement parler. La kafala est une forme d’adoption qui n’est pas appréhendée de la même manière que dans le droit français. Elle conserve obligatoirement les liens de filiation, les parents adoptifs devenant en réalité les tuteurs de l’orphelin. Les tuteurs décident de nourrir, de vêtir, d’éduquer et d’aimer l’enfant comme s’il s’agissait du leur. Cet acte est des plus méritoires dans la religion musulmane.

Afin de créer un lien de filiation réel, l’enfant recueilli pourra être allaité par la tutrice légale, qui deviendra ainsi sa mère de lait. Comment allaiter un enfant lorsqu’on est stérile me direz-vous ? Eh bien, c’est tout à fait possible. Nadia, 31 ans, évoque avec nous son expérience de mère adoptive et allaitante. Elle retrace son parcours à la fois pour la kafala mais aussi ce qui lui a permis d’allaiter son petit garçon.

Emilie-Nourra : Vous êtes la maman d’un petit garçon adopté sous le régime de la kafala. Pouvez-vous nous décrire comment cela s’est passé pour vous?
Nadia : ll y a environ un an et demi, mon mari et moi nous nous sommes lancés dans une procédure d’adoption. Pour cela, nous avons commencé par passer l’agrément français délivré par le conseil général, qui dure environ neuf mois durant lesquels nous passons des entretiens psychologiques avec un psychiatre et des assistantes sociales. Suite à cela, un avis est rendu en commission. Durant cette période, j’ai beaucoup réfléchi au côté islamique, notamment pour que cet enfant que j’allais adopter soit un mahram pour moi, que je ne sois pas obligée de me porter le voile en sa présnce dès qu’il aurait atteint sa maturité. J’ai pensé en premier lieu au fait que ma sœur pourrait devenir sa mère de lait, si je ne trouvais pas d’autre solution. Mais je voulais absolument devenir plus qu’une simple tante de lait pour cet enfant. Je voulais que ce soit mon fils de lait à moi. J’ai commencé à faire des recherches pour voir si effectivement il y avait des lien entre stérilité et allaitement et si l’allaitement était forcément lié à l’appareil génital féminin, ce que bon nombre de personnes pensent d’ailleurs. A ma plus grande joie, j’ai découvert que non (vive Internet !), car les deux hormones qui sont responsables de la lactation, prolactine et ocytocine, ne sont pas liées à la grossesse ni à l’accouchement. Elles sont en réalité produites par la glande pituitaire et non par les ovaires. Ainsi, la production de la prolactine, l’hormone qui produit le lait, et de l’ocytocine, l’hormone qui libère le lait, peut être générée par la stimulation du mamelon.

A se stade je n’y croyais pas encore vraiment, jusqu’à tomber sur un article qui à changé ma vie et sur lequel je reviens très souvent ,car je le trouve très enrichissant. Il s’intitule : Droit de l’enfant abandonné à la parenté et aux liens familiaux.

Mon seul souci était que je ne savais pas encore comment j’allais m’y prendre pour stimuler ma lactation et là encore j’ai découvert la méthode du Dr Jack Newman. Ce médecin recourt à deux procédés pour stimuler la lactation, le procédé long et le procédé court. J’ai choisi le procédé court, car je ne savais pas à quel moment arriverait l’enfant. Je voulais absolument être prête à temps et ne pas perdre de temps. Le procédé court consiste en la prise de dompéridone, un médicament généralement prescrit contre les nausées, mais qui à pour seul effet secondaire de provoquer une hausse de la prolactine, et la prise de galactogènes naturel (fénugrec, levure de bière, tisane de galéga, graine de nigelle, malt…) tout en stimulant les seins avec un tire-lait électrique. Pour cela cinq à huit séances de tire-lait par jour d’une durée de dix à quinze minutes sont nécessaires, si l’on veut de vrais résultats. C’est vrai que c’est assez contraignant, mais quand on pense au bonheur d’allaiter son enfant on oublie cet aspect-là. J’ai réussi à avoir des résultats en deux semaines. Au début, je savais que je n’arrivais à récolter que quelques gouttes de lait, mais au fur et à mesure ces gouttes se sont transformées en un millilitre, puis deux puis trois… jusqu’à atteindre environs 140 ml par jour. Ce n’est pas autant qu’une femme qui vient d’accoucher, mais j’ai quand même réussi à créer des réserves mises au congélateur. L’avantage du lait maternel est qu’il se conserve très bien al-hamduli-Llah. J’ai commencé à stimuler ma lactation environ trois mois avant la fin de mon agrément français.

Quand j’ai enfin eu le sésame du conseil général, j’ai contacté l’orphelinat “la crèche de Tanger” au Maroc et j’y ai déposé un dossier pour une kafala. J’ai été mise sur liste d’attente et deux mois plus tard, c’est-à-dire en septembre 2010, j’ai reçu le coup de fil tant attendu qui m’annonçait qu’un petit garçon m’attendait et là tout s’est bousculé dans ma tête. J’ai pris un billet d’avion pour octobre.

Emilie-Nourra : Comment s’est déroulé l’allaitement ? A quelles difficultés avez-vous été confrontée ?
Nadia :
Quand on m’a présenté mon fils, je suis revenue à la réalité, les moments précédents n’étaient qu’imaginaires pour moi, je m’imaginais tout, mon futur enfant, la rencontre… puis le choc ! C’est d’ailleurs un peu comme à l’accouchement, ce minuscule être que l’on vous met dans les bras, c’est assez impressionnant subHana-Llah. La rencontre tant attendue est arrivée et finalement je n’ai rien vécu de si surprenant, je n’ai pas ressenti grand-chose bizarrement.

Quand j’ai rencontrée mon fils, j’étais avec une de mes tantes du Maroc, mon mari ne pouvant pas se déplacer à cause de son travail. Ma tante expliqua à la responsable de la crèche que je comptais allaiter mon fils. Celle-ci était assez surprise que ce soit possible alors que je n’avais pas eu de bébé. Et là, elle me dit de monter dans une pièce tranquille pour allaiter mon fils. J’étais prise de court. Je suis donc montée avec mon fils et je lui ai donné sa première tétée au sein. SubHana-Llah, il a pris le sein comme s’il l’avait toujours fait. C’était magique. A ce moment précis, je me suis dis : « C’est mon fils ce petit bout ». J’ai ressenti une foule d’émotions, c’est indescriptible. J’étais bien, mon fils collé à moi, serein. Cela me procurait une immense sensation de bien-être. Les jours suivants, je venais le voir avec un biberon plein de lait maternelle à chaque fois. S’agissant des difficultés, je n’en ai pas rencontré particulièrement durant l’allaitement, le seul regret étant peut-être de ne pas pouvoir allaiter mon fils à uniquement au sein mais c’est déjà bien subHana-Llah.

Jusqu’à aujourd’hui, je n’ai pas encore récupéré mon fils à cause des grèves dans les tribunaux du Maroc qui ont longuement retardé le début de la procédure de kafala, mais al-Hamdu-liLlah normalement il devrait me rejoindre en juillet in cha’a-Llah. En attendant, je continue à lui rendre visite. Je suis allée le voir fin février, il à bien grandi ma cha’a-Llah. Il a eu sept mois aujourd’hui et il vient de commencer la diversification alimentaire. Je lui ai encore donné mon lait, mais au bout de trois biberons il n’en voulait plus. J’ai tout essayé mais même lorsque le lait était mélangé au cérélac, il le reconnaissait et le recrachait. Je pense qu’il s’est habitué au lait de l’orphelinat. J’étais assez déçue. J’ai tout de même fait des réserves dans le congélateur, j’essaierai de le convaincre une fois qu’il sera à la maison in cha’a-Llah. En attendant je vais prendre mon mal en patience.

Comme la procédure de kafala à pris beaucoup de retard, je ne sais pas si je vais réussir à tenir le coup et de continuer à stimuler ma lactation durant encore cinq mois. Cela dit, le plus important c’est qu’il ait eu ses cinq tétées al-Hamdu-liLlah et que, grâce à ces quelques tétées, un lien particulier s’est créé entre mon fils et moi, un lien ineffaçable. Je suis à présent sa mère de lait et personne ne pourra jamais le nier. Allah fait bien les choses. Je pense aussi que le fait d’avoir allaité notre enfant adopté facilitera la communication plus tard, surtout lorsqu’il s’agira de lui raconter son histoire et de pouvoir le rassurer.

Emilie-Nourra : Que conseilleriez-vous aux femmes qui souhaiteraient se lancer dans cette belle aventure?
Nadia :
Je conseille fortement à toutes les soeurs qui décident d’adopter de ne pas hésiter à faire profiter leur futur enfant de tous les bienfaits qu’offre le lait maternel, aussi bien physiologiques que psychologiques. Il est nécessaire qu’elles fassent preuve d’une grande motivation, qu’elles s’entourent des bonnes personnes : celles qui les encourageront durant leur parcours, qui s’avère parfois difficile moralement mais qui n’est rien comparé au bonheur que cela procure. Le plus important : invoquer Allah pour qu’il mette Sa Baraka dans l’allaitement et que ce lait maternel devienne abondant.

****

Merci infiniment à Oum Marwan pour cet entretien, pour l’espoir qu’il fera naitre j’en suis sûre dans le cœur de ces femmes qui ne peuvent mettre au monde leur enfant, pour prouver aussi qu’on peut allaiter un orphelin même si cela semble impossible. Rien ne l’est si ce n’est par la volonté d’Allah.

Lectures conseillées :
La kafala
AA 21 : Le sein, c’est aussi bon pour les bébés adoptés !
Allaiter un orphelin

Crédit photo Une : Paparutzi



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (29 commentaires)

  1. abu luqman    

    salaam alikoum

    ma shaa Allah, ahsana Allahou ilaykoum wa a’aanakoum Allah

    “c’est-à-dire en septembre 2010” bah oui, fallait bien attendre 9mois hihi

    vraiment tres heureux pour vous, ahsana Allahou ilaykoum

    1
  2. Justine    

    Assalâmou alaykoum wa rahmatoullâhi ta’alâ wa barakâtouhou,

    J’ai été très émue par ce témoignage très édifiant et plein d’espoir pour les mères adoptives.
    Je transmettrai à mes contacts personnels cette histoire afin de les sensibiliser à la kafala.
    La communauté musulmane a besoin de retrouver cette racine qui fait partie intégrante de l’islam qui prône la création des liens fraternels et affectifs entre les hommes. Je dis cela, car un jour, une soeur a rencontré un problème d’allaitement : elle ne pouvait tout simplement pas nourrir au sein son enfant, faute de montée de lait. Pour le bien (ne serait-ce qu’immunitaire) de son nourrisson et parce que je me réjouissais aussi que son nourrisson pouvait devenir frère de lait de ma progéniture, je lui avais alors proposé de le faire pour elle (j’allaitais encore mon deuxième enfant à l’époque). Elle a refusé… et a préféré donner du lait maternisé à son bébé. Dommage, mais j’ai senti surtout que la soeur n’était pas sensibilisée à cette pratique ancestrale.

    Wa salâm

    2
  3. niyyat    

    assalamou’alaykoum

    Beau témoignage dans lequel je viens d’apprendre qu’on pouvait allaiter sans avoir d’enfant.

    Barakallahou fikoum pour le partage

    3
  4. Jasmine    

    Salam oualeykoum, je suis très émue par ce témoignage : la persévérance de la maman, la première tétée, etc. Qu’Allah vous facilite. Je vous souhaite inchaAllah que votre bébé soit rapidement auprès de vous.

    4
  5. Nadia    

    Salem aleikoum,

    Ce témoignage est vraiment exceptionnel machallah.Merci pour ce récit poignant au sujet de l’allaitement d’une mère adoptive.Il répond à des questions concrètes sur la prise en charge d’un enfant .

    5
  6. oumzoom    

    As salam alaykum

    Quelle agréable lecture, qu’Allâh Taala te récompense Nadia pour ce témoignage fort en rappel et émotion. Concernant l’allaitement sans accouchement, je savais que cela était possible et nous avons au sein de notre ummah, une soeur très informée dans le domaine et qui d’ailleurs en fait sa profession aujourd’hui : Zoubida http://maternagealgerie.over-blog.com/ Vous pouvez lui poser toutes les questions possibles et inimaginables, elle est aussi joignable sur FB : http://www.facebook.com/editprofile.php?sk=entertainment&success=1#!/zoubida.touimer

    6
  7. sianat    

    As-salamû’ alaykum,

    Baraka Llâhufikum pour ce magnifique témoignage.
    Alhamduli Llâh, ton fils à pu bénéficier de ton lait grâce à ta motivation, ton courage et ta persévérance.
    Qu’Allah vous protège.

    7
  8. julie    

    Soubhan Allah. Cette histoire est touchante et le fait de savoir qu’on peux allaiter sans attendre une grossesse me subjugue.

    8
  9. oum-manel    

    Salamoua’laykoum

    Emouvant. Magnifique.

    9
  10. tiza    

    salam aleikoum

    machaallah cette histoire est magnifique et pleine d’espoir pour tous les couples qui ne peuvent avoir d’enfant.

    wassalam

    10
  11. Oummoulkheir    

    Salam aleykoum,

    Je trouve cela extrêmement touchant, et la soeur est très courageuse macha Allah

    11
  12. sajida    

    assalam ‘alaykum
    Emouvant .Je ne savais pas pour le lait , j’ai appris quelque chose .

    12
  13. Mourad    

    Je savais qu’une femme pouvais produire du lait maternel sans avoir été enceinte. Suite à un dérèglement hormonal par exemple, une femme peut produire du lait à cause d’un taux de prolatine trop élevé.

    Mais ce que la soeur ne dit pas dans cet article (car peut-être, elle ne le sait pas), c’est que durant toute la période ou une femme tire son lait (alors qu’elle n’a pas été enceinte), elle ne peut pas tomber enceinte si elle n’arrête pas cette pratique.

    13
  14. Oummsheyma    

    As salam ‘aleykoum,

    @ Mourad: apparament ce couple a choisi la kafala à cause de problème de stérilité. Donc, je ne pense pas que le fait de tirer son lait leur a amené ce genre de question.
    Aussi, le fait d’allaiter ou de tirer son lait n’empêche absolument pas de tomber enceinte (pour certaine femmes oui, mais pas pour toutes). D’ailleurs, combien de femmes allaitent tout en étant enceinte?

    14
  15. Oummoulkheir    

    Salam aleykoum

    Mourad, on peut tomber enceinte en allaitant et en tirant son lait, j’en suis la preuve vivante ^_^

    15
  16. oum Marwan    

    Salam aleikoum
    brakallah oufikoum pour vos encouragements et amine pour vos dou’aa, cela me touche beaucoup, soubhanallah il est vrai qu’Allah ne ferme pas une porte à ses adorateurs sans qu’Il ne leur en ouvre plusieurs autres.

    16
  17. Um Mus'ab    

    As salamu alaykum

    MashaAllah magnifique témoignage plein de bonheur, d’espoir et de perséverence.
    qu’Allah réunisse dans les meilleurs conditions cette petite famille et qu’Il mette la mahaba et la rahma entre le petit et ses parents.

    17
  18. Sumayya    

    Assalamu ‘alaykum

    Macha Allah ce témoignage m’émeut tellement soubhanAllah et me donne espoir.

    Le lien vers l’article pris en référence dans l’article n’est plus à jour, je vous en donne un autre : http://www.isesco.org.ma/francais/publications/islamtoday/26/p5.php

    18
  19. assia    

    salam alaikoum , j’en ai les larmes aux yeux très belle histoire que Dieu les protège !

    19
  20. Malika    

    Salamù 3alaikoum

    C’est vrai que la kafala est une grande chose, et celui qui le fait et avec le prophète sala ALLAH 3alaihi wa salam au paradis comme deux doigts de la mains, mais je reviens sur une question, j’ai lu le texte en entier, est ce que cette soeur a eu recours à nos ma shaykh en ce qui concerne cette provoction de lactation pour allaitement et en faire son vrai enfant, sans qu’elle ait recours comme elle le dit plus tard à mettre le voile à la puberté de l’enfant, car la soeur dit qu’elle s’est renseigné sur internet. C’est une question importante qu’elle relève. Je lui souhaite tout le bonheur du monde et qu’ALLAH soubhanahou wa ta3ala la récompense.

    20
  21. amina    

    assalamoualiakum mashallah tres belle histoire et qu’Allah vous reunisse avant juillet ameen

    21
  22. Quelqu'un    

    Salam alikoum wa rahmatoullah wa barrakatou,

    Ma cousine a été pris en charge sous la kafala à l’age de 6 ans, on a vecu ensemble quasiment 20 ans (elle est maintenant marié et mere alhamdoulilah)

    Il est vrai que si ma mere (qui est sa tante maternelle) l’avait allaité cela aurait facilité la vie de tous les jours. En effet, ma mere nous laissait difficilement seul tous les deux (un garçon que j’etais et une fille qu’elle etait), car sa responsabilitié aurait été engagé en cas de flirt ou pire de “fornication” entre nous.
    Elle n’en demeure pas pour autant ma “soeur de coeur” (et fille de ma tante) car n’ayant pas le statut juridique (religieux) de soeur à proprement parlé.

    En conclusion, la kafala est une bonne chose mais un peu compliqué (sans etre insurmontable) quand on a ou va avoir des enfants du sexe opposé.

    22
  23. 23
  24. Oum Marwan    

    Salam,
    voici mon blog pour celles qui souhaitent s’engager dans le magnifique parcours de la kafala et de l’allaitement.
    http://kafalamaroc-blogdunemamandecoeur.blogspot.com

    24
  25. kawtar oum yaquine    

    Macha’Allah! Magnifique article et un grand respect et admiration pour cette magnifique soeur , que Allah vous accorde une vie paisible et plaine de bonheur inch’Allah. ameen

    25
  26. Nadia    

    Salem Aleikoum,

    Jazak Allahou khayran pour ce témoignage poignant.Cela donne vraiment envie de se lancer dans la prise en charge.
    J’ignorais que l’on pouvait allaiter un enfant adopté sans être enceinte.
    Merci en tout cas pour ces informations précieuses.

    La Leche League sur la lactation induite :
    http://www.lllfrance.org/Circonstances-particulieres/Relactation-et-lactation-induite.html

    26
  27. benrabah ouahiba    

    je suis trés contente de savoir que d’autres femmes ont reussi à allaiter leur enfant adoptif comme moi,moi aussi j’ai utiliséle meme protocole et j’ai reussi à allaiter ma petite pendant 3mois bien en plus du lait artificiel(comme beaucoup de femme ayant accouché) el hamdou lilah elle ma fille de lait et fille de mon coeur

    27
  28. Najoua    

    Salam aleykoum ma soeur,

    Je suis très touché … j’ai meme pleurer … al hamdoulilah qui as des personne comme toi ! pour nous encourager, Qu’Allah te récompense et fasse bcp de baraka dans votre magnifique famille !

    Je suis actuellement en cours d’agrément … bcp de stresse de joie ! un melange de tout pas toujours évident car on s’est pas comment ça va se passer !! et je voudrai également allaiter mon bébé mais je sais absolument pas a qu’elle moment commencer le traitement ! mais In Sha Allah ça va bien se passer Alla est grand !!!

    contacte moi stp j’ai besoin de tes conseil ma soeur! Baraka Allahou fiki <3

    28
  29. Assya    

    Salam

    Témoignage très émouvant .
    Mach Allah

    29

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.