spot_img
- Publicité -spot_imgspot_img

Alfortville : la centaine de policiers déployée aux abords de la mosquée choque musulmans et élus

Dans la même catégorie

mosquee alfortville
© Mosquée d’Alfortville

C’est une intervention massive de policiers que ni les musulmans d’Alfortville (Val-de-Marne), ni le maire socialiste Michel Gerchinovitz ni le député et ancien maire Luc Carvounas ne comprennent.

Une centaine de policiers pour un bout de trottoir

Vendredi 9 mars, à l’occasion de la prière collective, « un déploiement démesuré des forces de l’ordre à proximité de la mosquée », selon les termes d’un communiqué des responsables du lieu de culte publié sur Facebook, a surpris.

La mosquée, modeste, ne pouvant accueillir plus de 500 fidèles, voit « certains vendredis » seulement quelques dizaines de musulmans prier « malheureusement sur le trottoir », précise le communiqué. « C’est juste un débordement de 30, 40 personnes certains jours, mais on ne gêne pas », a indiqué au Parisien Yakoub Sakhri, président de l’association gérant le lieu de culte.

L’opération policière, qui « s’est déroulée sans heurts, ni interpellation », visait à empêcher qu’un bout de trottoir ne soit occupé le temps de l’office.

Incompréhension des élus face au choix de la préfecture de police de Paris

Dans un communiqué de presse commun, Michel Gerninovitz et Luc Carvounas indiquent que « face à ces difficultés de stationnement et de sécurité, la municipalité a engagé avec l’association musulmane d’Alfortville et les autorités de l’Etat un travail partenarial pour trouver les solutions qui permettront de mettre un terme à toute occupation même restreinte de l’espace public, avant l’été« .

Et tous deux de s’étonner de « la décision non concertée de la préfecture de police de Paris d’un déploiement disproportionné […] aux abords immédiats de la mosquée ».

Déplorant ce « type d’intervention » ni justifié ni compréhensible et qui « dégrade le dialogue entre la ville, l’association et les autorités […] en provoquant des tensions inutiles », les édiles demandent à rencontrer le préfet de police de Paris pour connaître ses motivations.

L’actuel préfet de police de Paris et de la région d’Île-de-France, n’est, depuis février 2017, autre que Michel Delpuech qui à peine nommé s’est illustré publiquement en accusant le collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) d’alimenter les rangs des terroristes de Daesh.


Le CCIF porta alors aussitôt plainte contre le préfet Michel Delpuech.

Lire – Le CCIF porte plainte contre le nouveau préfet d’Ile-de-France

Voici pour information l’intégralité du communiqué de presse commun de Michel Gerchinovitz et de Luc Carvounas (cliquez sur l’image pour l’agrandir).

communique alfortville mosquee

- Publicité -spot_img

Plus d'articles

3 Commentaires

  1. Salamou’aleykoum,

    Juste pour compléter votre article, cette « démonstration de force » a eu lieu 2 vendredi de suite. La 1ère semaine, les policiers sont venus avec des camions pour ramasser les voitures mal garées.
    La 2ème semaine, il semblerait que ça n’aie été que pour l’histoire de l’occupation du trottoir.
    L’effectif déployé était clairement disproportionné au vu des buts visés.
    Si ils veulent que les gens ne se garent pas mal, il suffisait d’envoyer des pervenches mettre des amende une ou deux semaines de suite.
    Si ils veulent simplement qu’il n’y aie personne qui prie sur le trottoir, une simple discussion avec les responsables de l’association ou une petite équipe de 2-3 policiers aurait suffit.
    Mais bon, outre la surprise, à titre perso, ça ne m’a pas dérangé plus que ça.

  2. Salam aalikoum wa rahmatollah,

    Franchement, la règle (loi) est claire: pas de prière sur un lieu public, pas de stationnement sauvage.
    Je trouve déploiement disproportionné voire intimidant.
    Mais en toute sincérité, nous avons ce que nous méritons.
    Les rappels pendant joumouaa pour les stationnements gênants ne changent rien….
    la prévention ne fonctionne pas il faut verbaliser. Quand ça touche le portefeuille c’est plus efficace.

    Concernant les prières sur le trottoir, malheureusement il n’existe pas 36 solutions.

    Un exemple: Faire 2 joumouaa avec un décalage d’1h. Cela permet de fluidifier et de désengorger la salle

    oua Allah ouaalem

    ps: si cela ne tenait qu’à moi je demanderai à la municipalité d’installer des caméras (ne filmant que la rue) pour verbaliser les personnes qui se garent mal.

    Allah yhdina

  3. Il faut sanctionner sans faiblesse les musulmans qui ne font pas preuve de discipline:
    mauvais stationnements et prières dans les rues.Les détracteurs des musulmans n’attendent que ce genres de facilités pour nous tomber dessus.
    Ou bien la communauté se discipline et met en place des règles claires qui remettent de l’ordre dans les rangs et permettent de taire le bec des oiseaux de mauvaises augures ou bien la communauté se montre toujours aussi incapable et alors les battons continueront de nous frapper!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité -spot_img

Derniers articles