#SignaleUnMusulman dénonce la traque annoncée des musulmans pratiquants

Par Al-Kanz

Le ministre de l’Intérieur prévoit de s’en prendre aux musulmans plutôt qu’aux terroristes.

Après les attentats du 13 novembre 2015, à défaut de défendre les Français contre les terroristes, Manuel Valls décida de punir les musulmans en déclenchant plus de 4 000 perquisitions, qui firent in fine chou blanc.

Lire – Perquisitions : Valls a ciblé volontairement les musulmans pratiquants, pas les terroristes

Des millions d’euros ont été dilapidés, des milliers de familles traumatisées pour un bilan sécuritaire nul. Contre toute attente, le gouvernement actuel n’a rien appris de ce fiasco. Ou ne veut rien entendre.

Quand Castaner menace, les USA sanctionnent

Mardi 8 octobre, le ministre de l’Intérieur auditionné devant la commission des lois de l’Assemblée nationale a promis aux musulmans un funeste remake : listant les signes permettant de déceler une “radicalisation islamiste”, il a égrené les critères qui doivent permettre de repérer les terroristes en puissance.

Le port de la barbe, la pratique religieuse “particulièrement exacerbée” pendant le mois de ramadan, la “présence d’une hyper kératose au milieu du front” – autrement dit la callosité qui apparaît chez certains fidèles du fait de la prosternation –, ou encore “la pratique régulière et ostentatoire de la prière”.

Bref, Christophe Castaner promet de traquer les musulmans pratiquants, avec un sens du timing pour le moins discutable, puisque son appel à dénoncer les musulmans – et non les terroristes – est survenu le même jour que la décision des Etats-Unis de sanctionner la Chine accusée nommément par le secrétaire d’Etat Pompeo de vouloir “supprimer l’islam” chez les Uyghurs, les Kazakhs et autres minorités musulmanes et chinoises.

Le projet liberticide et discriminatoire du gouvernement Macron coïncide ainsi avec l’annonce de la restriction de visas contre des membres du gouvernement chinois et du Parti communiste « soupçonnés d’être responsables ou complices de la détention ou de la maltraitance de Uyghurs, de Kazakhs ou d’autres membres de groupes de minorités musulmanes dans le Xinjiang [Turkestan oriental, ndlr], en Chine ».

Tollé sur les réseaux sociaux

Les propos très inquiétants de Christophe Castaner n’ont pas échappé aux internautes. Lancé dans la matinée par Marwan Muhammad, statisticien et ancien diplomate pour l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), le hashtag #SignaleUnMusulman comptait, après 20h00, plus de 33 000 tweets et une présence dans les tendances Twitter sans discontinuer.

Sur Twitter, les propos de Christophe Castaner ont provoqué un tollé ; tant et si bien que ce soir à 19h on comptait près de 30 000 tweets avec le hashtag sarcastique #SignaleUnMusulman. En voici quelques-uns.

#signaleunmusulman

et le tweet d’un moine dominicain, donc catholique, qui ne manque pas de sel.

Pour finir, les propos de Christophe Castaner ont suscité l’interrogation du député M’jid El Guerrab qui a mis en garde contre ces dérives et a interrogé le ministre : “un signalement, d’une faible ou d’intensité, c’est quoi ? Qui évalue le signalement ?”



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.