Les cryptomonnaies comme moyen de paiement sont haram, selon le Conseil des savants d’Indonésie

Par Al-Kanz

Non contraignant, l’avis du Conseil devrait dissuader plus d’un musulman.

Shutterstock.com

Depuis fin 2016 et l’augmentation constante du cours du bitcoin, cryptomonnaies des plus populaires, les actifs numériques virtuels ont le vent en poupe. Au 31 décembre 2016, un bitcoin valait 638 dollars américains contre 68 521 le 5 novembre dernier.

Statistic: Bitcoin price from October 2013 to November 12, 2021 (in U.S. dollars) | Statista© Statista

Cette envolée n’a pas échappé au grand public, musulmans compris. Sur Google, la requête « crypto halal » – que l’on traduirait par la question suivante : « les cryptomonnaies sont-elles licites (halal) ou illicites (haram) ? » — suit, quantitativement, peu ou prou l’évolution du cours du bitcoin de ces cinq dernières années, à tout le moins la médiatisation de ce cours.

D’après cheikh Taqi Usmani, l’un des plus grands, sinon le plus grand, spécialistes actuels en finance islamique, les cryptomonnaies ne sont pour l’heure pas licites. « Selon le droit musulman, il n’y a pas encore de fondement solide pour accorder leur autorisation », indiquait-il en mai dernier.

Et d’ajouter que « [la cryptomonnaie] est principalement utilisée à des fins spéculatives. Personnellement, je ne la recommanderais pas. […] Cependant, il pourrait arriver qu’à l’avenir son utilisation puisse s’étendre pour le commerce réel. Nous devrons alors peut-être revoir notre position actuelle. »

Lire – Cryptomonnaies : « selon le droit musulman, il n’y a pas encore de fondement solide pour les autoriser »

C’est à la même conclusion qu’est arrivé, jeudi à la suite d’une réunion, le Conseil des savants d’Indonésie (Majelis Ulama Indonesia, MUI), rapporte Reuters.

Interviewé par l’agence de presse, Asrorun Niam Sholeh, responsable des décrets religieux du MUI, précise que les cryptomonnaies sont interdites en tant que moyen de paiement « car elles comportent des éléments d’incertitude, de paris et de préjudice », tout comme est haram le commerce de ces cryptomonnaies en tant que marchandises car « il ne respecte pas les règles islamiques » (actifs non tangibles, valeur fortement fluctuante, etc.).

Cet avis, non contraignant, rejoint la position de cheikh Taqi Usmani, qui assimile les cryptomonnaies à une sorte de gambling (jeux de hasard et d’argent).



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.