PSA en Algérie : Peugeot et les versets coraniques

Par Al-Kanz

En Algérie, certaines voitures Peugeot ont des plaques d’immatriculation contenant des versets coraniques.

L’affaire est aussi improbable que potentiellement gênante pour Peugeot en Algérie. Selon un témoignage diffusé sur la chaîne satellitaire Annahar, pour fabriquer ses plaques d’immatriculation, un concessionnaire de la marque française, ferait usage de matériaux, en l’espèce de la tôle, sur lesquels sont gravés des versets coraniques.

Selon un internaute, l’hypothèse la plus probable serait que le concessionnaire, ou tout du moins le fabricant des plaques d’immatriculation, recyclerait des plaques de tôle utilisées initialement dans l’imprimerie offset. Hier, ces plaques servaient à imprimer des textes islamiques, aujourd’hui elles finissent sur des voitures de la marque Peugeot.

L’affaire est beaucoup plus sensible qu’il n’y paraît. De deux choses l’une : soit tout se calme très rapidement et Peugeot n’aura pas de souci à se faire, soit le buzz prend au-delà des frontières algériennes et c’est le Peugeotgate assuré pour PSA qui n’a vraiment pas besoin de cela.

(merci Mourad)



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (2 commentaires)

  1. Hajj    

    Salam 3alaykoum wr wb,

    Un concessionnaire utilise des morceaux de tôle avec des versets du Coran pour faire des plaques d’immatriculation.

    Visiblement, ces plaques temporaires sont issues du recyclage de plaques d’imprimerie de Coran. Ces plaques d’immatriculations sont algériennes. La question serait donc de savoir où elles sont produites exactement? Cela ressemble bien à un problème de recyclage local. Un effet de bord de plus à la consommation de masse.

    Ce n’est pas pour chercher des excuses à Peugeot mais ce milieu est bourré d’intermédiaires et de fournisseurs. Si le concessionnaire reçoit les plaques toutes faites, comment peut-il s’apercevoir du problème.

    Honnêtement, j’incriminerais d’abord l’imprimeur de Coran qui n’a peut-être pas vérifié où allaient les plaques de métal usées. Le cours du métal y est peut-être pour quelque chose.

    Appât du gain, quand tu nous tiens !

    1

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE