ADABéo – 8 : le dîner est servi

Par Al-Kanz

L’heure de la prière arrive alors que l’on vient de servir le repas. Que faire ?

Après celui d’hier :

ADABéo

Celui d’aujourd’hui :

ADABéo

Outre ce que nous apprend le hadith cité en réponse, le dessin numéro 4 doit rappeler à chaque époux que son épouse n’est pas une bonne à tout faire. Au risque de froisser les hommes qui nous lisent, voici ce que nous écrivions il y a quelques mois.

D’un point vue islamique, selon l’avis majoritaire, la femme n’a aucune obligation de préparer à manger, ni de faire le ménage, ni de laver le linge, etc. L’épouse n’est en effet pas par devoir, et encore moins obligation religieuse, ministre de l’intérieur. Elle peut l’être si elle décide de l’être. D’autres savants ne sont pas de cet avis. Toujours est-il que le schéma classique du mari macho – en général depuis longtemps fils et frère macho – qui arrive dans la cuisine, se pose et attend que le plat vienne à lui sans trop d’égards envers son épouse ne relève pas a minima du bon comportement. L’islam n’a pas fait de l’épouse une bonne à tout faire et de l’époux un maître à servir. L’épouse est même juridiquement parlant, selon certains savants, en droit d’exiger de son époux, si tant est qu’il en ait les moyens, d’employer une personne qui se chargera de faire le ménage, de faire à manger, etc.

Évidemment, prendre soin de la maison relève du khuluq al-hassan, que l’on pourrait traduire par « bienséance » ou « comportement noble », lorsque le mari, lui, trime à l’extérieur pour subvenir aux besoins de la famille. Ajoutons que si Madame travaille, évidemment Monsieur n’est pas dispensé non plus des tâches ménagères. Il va de soi que la répartition doit être la plus équitable possible. Idem pour les enfants : rien ne justifie que la petite Leïla soit préposée au ménage et que son frère Rachid ne le soit pas. La vaisselle pour tous ! Et puisque nous parlons d’éducation des enfants, que chacun garde bien tête que l’éducation des enfants prime sur l’entretien de la maisonnée. Ce doit être en effet le souci primordial et non le repas prêt en temps et en heure.

Pour en savoir plus sur la question, cliquez sur le lien suivant Maison-islam.com.

Demain in châ’a-Llâh…

ADABéo

Faites-vous plaisir, offrez-vous le DVD ADABéo spécial mosquée. Cliquez sur l’image suivante pour l’acheter en ligne.

ADABéo



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (29 commentaires)

  1. Oummoulkheir    

    Salam aleykoum,

    Ma fille d’un an et demi fais le choix n°3 lol, elle a prié le maghreb avec moi et une crevette à la main…

    1
  2. razaga    

    Salam alayoum
    j’aime beaucoup cet article! lol et jai invité mon mari a le lire aussitôt.
    Même si je dois reconnaître qu’il m’aide beaucoup. Le problème c’est qu’il pense qu’il me rend service en faisant ca et que ce serai bien que les hommes intégre le fait que c’est « normal ». Encore + lorsque la femme travail.
    Saha ftorom au passage..

    2
  3. alia78    

    Salam aleykoum,

    @ Oummoulkheir: Mach’Allah trop mimi :-) Qu’Allah préserve nos enfants, amine.

    Barakallahoufik Al-Kanz pour le rappel sur le partage des tâches (d’autant plus quand Madame travaille) :-)

    3
  4. Oummoulkheir    

    Salam aleykoum

    Serviteurdudonateur, je ne vois pas où il y a débat, les savants se sont déjà prononcé la dessus, ne venons pas interdire ce qui est licite.
    De plus certains emplois ne peuvent être fait que par des femmes. On se plaint qu’il n’y ai pas de soeurs gynécologues mais on critique la soeur qui sort de chez elle pour le devenir…

    4
  5. Oummsheyma    

    As salam ‘aleykoum,

    Pour le choix 3, c’est: je prie, je mange et je regarde la télé en même temps ! Pas mal !

    Tout à fait d’accord avec Oummoulkheir quant au travail de la femme musulmane. Ca me fait penser à certains frères qui refusent que leur femme travaille, mais qui dans le même temps sont bien contents de trouver des maîtresses pour leurs enfants dans les écoles musulmanes ! Ne doit-on pas aimer pour son frère ce que l’on aime pour soi-même ?

    5
  6. serviteurdudonateur    

    Les savants ont bons dos pour le coup.. je ne critique personne mais si l’intention est sincère , c’est à dire oeuvrer pour la communauté en devenant gynécologue ou maîtresse, soit. Entre nous je doute qu’il y ait de la place pour tout le monde et quand bien même je ne pense pas que ces choix professionnels soient les plus répandus. Pour moi c’est plus une source de discorde qu’autre chose ( dans un pays comme le notre je précise ). Enfin, c’est juste mon avis.. je ne suis pas savant!

    6
  7. mohamed91000    

    As-salam 3alaykoum,

    Je suis assez d’accord avec serviteurdudonateur (certain(e)s diront parce que je suis un homme). Le problème c’est que souvent la femme veut travailler pour avoir « une certaine indépendance » et notemment financieère. Je pense que dans les couples ils devraient y avoir une complémentarité et non une égalité. C’est vrai que les musulmans ont besoin de femmes professeurs et medecins , malheureusement ce que nous voyons ce sont majoritairement des femmes caissières, femmes de ménages, standardistes, secrétaire ; des métiers mal payés, dévalorisant, fatigant, et stressant; donc aucun interêt ni pour la communauté ni pour le couple.
    En France, il y a tellement de barrière (selection sociale, ethnique, religieuse) qu’il est difficile de lier pratique et longues études même si certains y parviennent tout de même.
    Par contre, l’homme est obligé de subvenir aux besoins de son épouse et de ses enfants, elle est là la différence ;

    Wa allahou a3lam

    Wa salam

    7
  8. Oummoulkheir    

    Salam aleykoum

    Serviteurdudonateur, je ne comprends pas votre phrase  » les savants ont bon dos pour le coup », pouvez vous expliciter car je crains ce que j’en ai compris. BarakaLlahoufik

    8
  9. Oummsheyma    

    As salam ‘aleykoum,

    @ serviteur du donateur: « je doute qu’il y ait de la place pour tout le monde », rassurez-moi, vous ne travaillez pas dans la statistique?
    Je ne vois pas en quoi le travail serait plus une source de discorde en France qu’ailleurs ?

    9
  10. serviteurdudonateur    

    Je visais simplement certains avis mis en exergue lorsqu’ils s’agit de soulager sa conscience . Un peu comme la fatwa du CEF sur les prêts destinés à acquérir sa maison. Certains avis plus ou moins fantasques sont plus relayés que d’autres… sinon, je ne suis pas statisticien. Le fait de ne pas pouvoir travailler couverte ou en contradiction avec les règles de notre religion est un des sujets de discorde pour moi. Pas pour vous apparemment. Hmd.

    10
  11. Oummsheyma    

    As salam ‘aleykoum,

    Où ai-je dit que le fait de ne pas pouvoir travailler couverte ou en contradiction (il aura fallu dire en accord!) avec les règles de notre religion n’est pas un sujet de discorde pour moi?

    Par contre, je le répète, je ne vois pas pourquoi le travail serait plus une source de discorde en France qu’ailleurs.

    Quant à citer des avis qui nous arangent à propos du travail de la femme, qu’en est-il de Khadijah (radiyaLlahou ‘anha). Je ne pense pas que vous allez oser être aussi présomptueux à son qu’égard qu’au mien.

    11
  12. Abou Ahmad    

    Salam a’lekoum

    Akhi Al Karim la fatwa que vous avez publiée est très controversée d’un point de vue purement religieux…

    Cela ne remet bien sur pas en cause l’océan de science que cheikh anas lala hafidahou Llâh met à notre disposition dans son site maison-islam.com.

    Mais sachez simplement que les avis des salafs et des khalafs sont pour la grande majorité bien différents. Cette fatwa remet en cause le fait que l’entretien du foyer soit Wajib (obligatoire) pour la femme. Et elle insinue même que cela est au contraire Wajib pour le mari…? Revenons au 4 écoles cela nous fera du bien. J’aurai bien aimé voir de quoi l’imam Ahmad ou l’imam Malik aurait qualifié ce texte…

    Je dispose des fatawas d’Ibn Al Qayyim et d’Ibn Taymiyya à ce sujet, je les publierai dès que je les retrouve, in cha Allah avant Al Jumu’a.

    De plus il faut remettre chaque chose dans son contexte et dans le contexte actuel (2011 en France oui c’est bien ça le contexte) cette fatwa a des conséquences complétement catastrophiques, désolé mais il n’y a pas d’autre mot.

    Nos soeurs ont déjà suffisament été contaminées par le féminisme de façon implicite à cause de l’école, des médias, des fréquentations et de la pression sociétale. Pourquoi en rajouter en sortant des arguments religieux tirés d’on ne sait où? Il n’y a pas de source citées en l’occurence donc j’en conclus que c’est un ijtihad du cheikh sur ce point.

    Il y a une différence entre aider son épouse par bon comportement, afin de la soulager et de lui montrer qu’on l’aide autant que l’on peut (aussi afin de ressembler le plus possible à notre Prophète sala Allahou a’layhi wa salam), et entre travailler toute la journée, rentrer et s’occuper d’activités pour la daawa, voir à peine sa femme et ses enfants par manque de temps et avoir sa femme qui vous dit à ce moment là : tiens voilà la moitié du repassage et du ménage à faire c’est obligatoire pour toi ! Et si t’es pas content il y a une fatwa !

    sic…

    Quand à la comparaison qu a été citée avec les épouses du Prophète sala Allahou ‘alayhi wa salam, il est vraiment mal choisi. Khadija radiya Allahou ‘anha était au service du Messager sala Allahou ‘alayhi wa salam dans sa maison. C’est la femme qui aura le second plus haut degré au Paradis, êtes-vous toutes capables de faire la distinction entre travail et tenue du foyer avec le même Fourqane qu’elle?

    Bien sur l’archétype du macho qui pose les pieds sous la table et ne lave même pas son verre est plus que comdanable et les mentalités doivent être changées à ce sujet. Les maris doivent aider leurs femmes comme le Prophète sala Allahou ‘alayhi wa salam le faisait, et les soulager du mieux qu’ils le peuvent. Mais la tâche de tenue du foyer reste à la femme. La femme a le droit de travailler sous certaines conditions mais cela n’enlève en rien le fait que l’entretien financier du foyer reste à l’homme ! Pourquoi cela changerait-il dans l’autre sens?

    Le problème c’est qu’aujourd’hui les soeurs veulent comme mari Tony Mitchelli Sunna…ce n’est pas possible !

    Wa Allahou A’lam

    Subhanaka Allahouma wa bihamdik ach’hadou an lâ ilâha illa anta, astaghfirouka wa atoubou ilayka.

    Salam a’lekoum.

    12
  13. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    Abou Ahmad,
    Vous devriez réécouter la conférence du frère Abou Anas, habibi, sur le comportement du Prophète (saws) dans laquelle il dit exactement la même chose que ce qui est dit ici (et donc il est en total accord avec le frère Anas Lala), sans compter qu’il tient lui-même cela de son cheikh, cheikh Ayyub. Je tiens la même chose de cheikhuna habibuna Cheikh Ayyub et de cheikhuna habibuna aydhan Mouhammad Patel.

    Parlez-en donc avec Abou Anas. Je ne suis pas certain qu’il soit de votre avis ;)

    Cela dit, rappelez que l’épouse n’est pas une bonne à tout faire ne signifie que l’homme doit l’être à son tour. Juste milieu, équilibre dans les droits et les devoirs de chacun, l’islam est juste.

    13
  14. serviteurdudonateur    

    Oulala .. l’artillerie lourde a été sortie à ce que je vois ! Je passe mon tour …

    14
  15. Abou Ahmad    

    waalekoum salam wa rahmatullah

    barakAllahou fikoum pour ces précisions. Je ne remet pas en cause l’avis de ces nobles chouyoukhs chez qui je prends moi même la science, simplement ils disposent d’une sagesse et d’une juste mesure dans l’application de cet avis dont ne disposent pas certaines de nos sœurs ( ce n’est pas de la misogynie, les frères ont beau avoir tous les torts du monde cela n’est pas le sujet de ce débat ! ).

    Par rapport à abou anas je ne connais pas son avis à l’heure actuelle, je peux simplement vous dire que depuis que nous avons entamé la série sur le mariage nous avons pu voir qu’il fallait faire très attention avec les fatwa à propos du mariage et de la vie de couple. En effet les retours que l’on reçoit par mail nous ont appris que pour une importante partie de nos auditeurs lorsque l’on dit : « si telle et telle conditions sont respectées alors il est autorisé de faire ceci mais uniquement dans le but de cela », cela devient « il est autorisé de faire ceci dans le but de cela », puis « il est autorisé de faire ceci! » et parfois même la phrase devient : « autorisé! autorisé! autorisé! autorisé! ». Et toute juste mesure est effacée. Voilà pourquoi je pense qu’une annonce choc telle que celle que vous avez faite peut être à double tranchant.

    ‘ala koulli hal nous sommes en désaccord sur ce point, mais cela n’empêche que je respecte grandement votre avis qui est celui de gens de science comme vous l’avez démontré.

    Je me permettrai seulement de poster l’avis de cheikh Al Islam Ibn Taymiya avant de quitter le débat :

    Le cheikh de l’Islam Ibn Taymiya rahimahou Llah dit : « Il y a divergence entre les savants : doit-elle le servir dans les tâches telles que le ménage, servir son repas, les boissons, le pain, moudre les céréales et préparer à manger à ses esclaves et à ses bêtes comme donner du fourrage à sa monture par exemple et autres ? Une partie d’entre eux dit : elle n’est pas obligée de le servir. Or, ce avis est aussi faible que celui qui considère que l’homme n’est pas obligé de cohabiter et d’avoir des rapports sexuels avec son épouse. Ce n’est donc pas un comportement convenable envers lui. Même le compagnon de voyage, qui est le semblable au compagnon dans le logement pour la personne qu’il accompagne, ne se sera pas comporté convenablement avec elle s’il ne l’aide pas à accomplir une tâche donnée.

    D’autres savants soutiennent –et c’est l’avis correct- qu’elle est obligée de le servir car le mari est son maître selon le Livre d’Allah. Puis, certains ulémas parmi ces derniers disent que l’obligation de le servir porte sur les tâches faciles. D’autres disent qu’il lui incombe de le servir selon la convenance. Voilà l’avis correct ! Il incombe donc à l’épouse de servir son époux comme il est d’usage pour un couple similaire. Ceci vaire d’une situation à une autre. Les tâches qu’accomplit la campagnarde ne sont pas comparables à celles dont s’occupe la citadine. Tout comme la femme forte n’assume pas les mêmes tâches que la femme faible. »

    Majmu’ Al Fatâwâ, T.34 p.90-91

    Enfin veuillez m’excuser si j’ai manqué de tact ou de politesse, l’être humain est faible et moi en particulier, barakAllahou fikoum pour m’avoir permis d’exprimer mon point de vue et pour votre tolérance,

    Assalamou ‘alaykoum wa rahmatullahi wa barakatuh!

    15
  16. smile    

    @ mohamed91000
    Et bien non mohamed les femmes musulmanes ne sont pas toute caissiere femmes de menage, métiers mal payés, dévalorisant, fatigant, et stressant; donc aucun interêt ni pour la communauté ni pour le couple.
    Ceci touche TOUTE les femmes c’est un fait, une femme est moins bien rémunérée qu’un homme à travail égal
    Et puis vu le niveau des salaires à l’heure actuelle il faut être à deux pour subvenir aux besoins de la famille
    L’assistanat ce n’est pas une solution

    Ma mère a travaillé et en la voyant se saigner pour nous aider a payer nos études je me suis dit jamais je ne subirais ce qu’elle a subit et ce n’est pas avec le maigre salaire de mon père sa santé fragile qu’on aurait pu vivre
    Alors au contraire ça nous a éduqué dans le sens de la valeur du travail et de la débrouille et pas de la oiasiveté ou l’assistanat
    Et el hamdoulah mes parents ne nous ont pas éduqués commes des musulmans préhistoriques mes frères sont autonomes et n’ont pas besoin d’une femme pour s’occupper de leur linge ou leur briquer leur assiettes

    16
  17. smile    

    ici ce n’est pas une question de savant
    c’est comme pour le halal
    c’est une question de mentalité
    là aussi y a du travail

    17
  18. Une soeur    

    Salam Alaikoum,

    Je tiens à remercier Al Kanz, la personne qui est à l’origine de ce site et les personnes qui y travaillent aussi sérieusement de nous faire bénéficier de toute cette mine d’infos. Je ne connaissais pas la série Adabéo et c’est avec un vrai plaisir que je découvre tous les jours un nouveau rappel. Qu’Allah vous facilite et vous récompense pour ce que vous faites pour notre communauté, et je n’hésite pas à faire tourner l’adresse du site à tous mes contacts !

    Ce rappel m’a particulièrement touché, étant une femme, j’apprécie qu’il soit rappelé que nous ne nous résumons pas à « être la servante » de notre mari. Il ne faut pas exagérer et penser que nous autres musulmanes pourrions être rattrapées par le courant féministe actuel c’est quelque part remettre en cause notre intégrité je trouve. Je n’agresse personne et n’ai pas mal pris le commentaire qui parle de cela, je tiens à le préciser. J’ai lu tous les commentaires avec intérêt et je crois qu’il est important de rappeler quelque chose d’assez simple :

    L’Islam est juste et est une religion pleine de bon sens, l’unique d’ailleurs. Un couple doit être basé sur le respect mutuel et non sur une relation de domestication. Être un femme, travailler et tenir son foyer, rien d’antinomique dans cela. Si l’homme le peut et accepte de donner un coup de main, il n’y a pas de raison qu’il y ait de débat sur la place de la femme, ni son rôle d’ailleurs. Et bien au contraire, quel bonheur que d’avoir un époux compréhensif et qui sache mettre la main à la pâte de temps en temps. Il ne s’agit absolument pas de le forcer à faire le repassage ni de lui dire de faire la vaisselle après une journée épuisante.
    Dans ces conditions c’est un véritable plaisir de cuisiner pour son mari, le servir devient un acte naturel, on a envie de lui faire plaisir, de tenir sa maison, de lui prouver qu’on est une femme avenante… sans jamais avoir la sensation d’être à son service. Et au final l’harmonie dans le couple est là et on a vraiment envie de préserver cela.

    Enfin c’est de cette façon que mes parents ont toujours fonctionné, c’est comme cela que je fonctionne, et Hamdoulilah tout va pour le mieux grâce à Allah. Ni friction, ni prise de tête mais une vraie complicité et un partage équitable qui favorise une bonne entente. Qu’Allah préserve tout cela inchaAllah.

    Bonne journée à tous iinchaAllah,
    Salam Alaikoum

    18
  19. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    Abou Ahmad,
    Baraka-Llahu fik akhi-l-karim pour la hikma dans l’échange ;).
    Une annonce choc ? Choc pourquoi ? parce que beaucoup de frères se comportent mal ? ou sous prétexte que des sœurs se comportent mal, il faille ne pas rappeler leurs droits ?
    En attendant, ne pas faire ce rappel, c’est ne pas permettre à des soeurs de ne pas être traitées en bonne à tout à faire et donc à ne pas avoir le temps de s’occuper d’elles-mêmes (apprentissage du din), de l’éducation de leurs enfants, etc.

    Avez-vous regardé l’avis des quatre imams, qu’Allah les honore ?

    19
  20. Oummsheyma    

    As salam ‘aleykoum,

    @ Abou Ahmad, aucune de nous n’a le même degré de fourqane que Khadija je suppose. Est-ce une raison pour nous enlever le droit de travailler ? Parce que sinon, dans le même ordre d’idée, étant donné que les hommes n’ont pas le même degré de justice que le Prophète (sallaLlahou ‘aleyhi wa sallam) et les compagnons, on n’a qu’a leur enlever le droit à la polygamie.

    Bien sûr il n’est pas question de laisser la moitié du ménage à son mari lorqu’il rentre du travail, c’est tout à fait caricatural et ce n’est pas ce qui est revendiqué ici. Mais dans notre société actuelle, la femme consacre beaucoup de son temps à l’éducation des enfants, parfois plus de temps que le travail du mari. Un petit coup de main est donc justifié, non?

    20
    • Quelqu'un    

      Salam alikoum,

      On apprend plus de choses (certaines m’ont fait sous rire tellement elle sont vrai) à lire les commentaires machAllah.

      Taqabal Allah syamakoum

      20.1
  21. Abou Ahmad    

    Assalamou ‘alaykoum

    @Al-Kanz : non je n’ai malheureusement pas encore regardé leur avis rahimahoumouLlah, mais je le ferai in cha Allah.

    @unesoeur : je suis totalement d’accord avec vous. C’est cela que j’essayai de dire. Lorsque la femme assume pleinement son rôle de maitresse de maison, et que son mari voit qu’elle fait des efforts au quotidien pour entretenir le foyer, faire la cuisine et éduquer les enfants, l’homme n’a plus qu’une seul envie c’est de l’aider au maximum !
    Et inversement pour la femme puisque votre commentaire confirme que si elle voit son mari faire son possible pour l’aider elle n’aura qu’une envie c’est de le servir encore mieux. Il n’y a pas de honte pour la femme musulmane à assumer la majorité des tâches du foyer tout comme il n’y a pas de honte pour l’homme musulman à aider sa femme dans les tâches ménagères, bien au contraire c’est un honneur pour tous les deux ! Ce qui me gêne c’est que j’ai l’impression que certaines sœurs voient cela comme un rapport de force et sautent sur le moindre avis juridique pour augmenter leur pression sur le « bras de fer conjugal » qu’elle exercent avec leur mari. Et c’est triste à dire mais cela engendre des divorces en pagaille. Cela ne veut pas dire que j’excuse les maris qui traitent leurs femmes comme des servantes, leur attitude n’est pas du tout islamique et c’est un vrai tue-l’amour.
    Donc un travail est à faire du côté des maris certes mais il est aussi à faire du côté des épouses, or ces derniers temps la critique unilatérale du mari est bien plus « à la mode » chez les musulman(e)s de france…

    Mais votre vision est très belle macha’Allah et celle vers celle-ci que j’aspire.

    Par contre quand au féminisme il existe malheureusement chez beaucoup de nos sœurs.

    Oummsheyma : je vous signale qu’aujourd’hui les femmes ont déjà enlevé le droit à la polygamie à leur maris…je pense qu’al kanz et tous les autres frères qui postent des commentaires ici peuvent confirmer… :) De plus j’ai dit que la femme pouvait travailler si elle respectait certaines conditions ( rester couverte, éviter la mixité, que cela ne l’empêche pas d’entretenir correctement son foyer et d’éduquer ses enfants).
    Et si vous relisez mon premier commentaire vous verrez que j’ai justifié bien plus qu’un « petit coup de main ».

    21
  22. Abou Ahmad    

    ‘Ala koulli hal qu’Allah nous guide à nous comporter de la meilleure et plus vertueuse des façons envers nos épouses et qu’IL ‘Aza wa Djal guide nos sœurs à en faire d’autant avec leur maris.

    Wa salam a’lekoum wa rahmatullahi wa barakatuh

    22
  23. Justine    

    Assalâmou alaykoum wa rahmatoul-Lâhi ta’alâ wa barakâtouhou,

    Abou Ahmad,

    « Oummsheyma : je vous signale qu’aujourd’hui les femmes ont déjà enlevé le droit à la polygamie à leur maris… »

    Je suis choquée par ce commentaire.
    Je ne crois pas une seconde que ce fut les femmes qui furent les initiatrices de cet état de fait, mais des mâles au service du Chaïtane qui aiment à voir des femmes sans protection, quitte justement à ce qu’elles se prostituent pour le système, au sens propre comme au sens figuré. Par la suite, oui, effectivement, soutenues dans ce délire, des femmes féministes outrancières ont emboîté le pas aux hommes !).

    Tout est à rejeter dans le féminisme ? Une femme, de surcroît musulmane, n’a pas le droit de revendiquer ses droits sans être taxée de féministe ? Pourquoi lorsqu’elle agit pour ses droits, l’homme doit-il se sentir agressé dans ses prérogatives ?
    Pour ma part, je pense bien que la résistance féminine à l’injustice (appelez cela féminisme si vous voulez) existe bel et bien dans les principes islamiques. J’en ai pour preuve, notamment, l’attitude de la plus parfaite des femmes, Maryam, mère de ‘Issâ (paix sur eux) : alors que sa société refusait la présence des femmes au temple et qui plus est au service de Dieu dans le temple, elle fut celle qui dérogea à la loi humaine… avec l’appui de Zakaria (paix sur lui), prophète vertueux parmi les vertueux.

    Ce qui fait la supériorité d’un être, ce n’est pas son genre, mais sa piété.
    Mon époux est-il mon maître ? Non, je suis une femme libre (sens à opposer à « esclave »). Dieu est mon Unique Maître.
    En revanche, mon époux est mon imam, mon compagnon de route, la moitié de ma foi… c’est déjà pas mal !

    Wa salâm

    23
  24. Justine    

    Assalâmou alaykoum,

    Abou Ahmad,

    J’ai oublié de vous fournir cette information extraite de « Les quatre califes » de cheikh Hassan Amdouni, p. 130, édition Al-Qalam, 1993 :

    « Un autre exemple de patience et de bonté envers sa famille a été rapporté par Dhahabî, dans son livre Al-Kabâ’îr : un aveugle se présenta auprès de ‘Omar Ibn Al-Khattâb (que Dieu soit satisfait de lui), pour se plaindre du mauvais caractère de son épouse. Devant la porte de celui-ci, il attendait qu’il sorte, lorsqu’il entendit la femme de ‘Omar crier après son mari, alors que ‘Omar se taisait et ne répondait pas : « Si telle est la vie de ‘Omar, lui qui est connu pour sa rudesse et sa sévérité et, en plus, est le Chef des croyants (amîr al mo’minîne), alors que dire de mon cas?! »
    A ce moment-là, ‘Omar est sorti et aperçut l’homme qui s’éloignait de sa porte. Il l’appela et lui demanda ce qu’il voulait. L’homme lui répondit: « J’étais venu me plaindre de mon épouse, mais je me suis retiré en disant : « Si c’est ainsi que le Chef des croyants vit avec son épouse, alors que dire de mon cas ?! » ‘Omar lui dit alors : « Mon frère, si je la supporte, c’est qu’elle a des droits sur moi : c’est elle qui prépare ma nourriture, qui fait mon pain, qui lave mes vêtements et qui allaite mes enfants… alors qu’elle n’est pas obligée de le faire ! Auprès d’elle, mon coeur s’apaise et s’abstient de la fornication : c’est pour toutes ces raisons que je la supporte ! » L’homme dit alors : « C’est vrai ! C’est la même chose pour ma femme ! »
    ‘Omar lui dit : « Alors supporte-la, mon frère ! Et ce n’est qu’un court moment (la vie) ! »

    Wa salâm

    24
    • Youss    

      Justement Justine, pourquoi Omar (rahimoulah) supporte sa femme?? parce qu’elle fait les taches menageres et cela apporte la paix sociale dans le couple, les femmes qui sautent sur leurs maris et les forcent a participer, n’ont pas l’amour qu’elles souhaitent avoir, tout simplement c’est un tue l’amour…alors ne prends pas ce qui te plait dans les citations mais lis entre les lignes…je pensais que cela t’étais naturelle, (lire entre les lignes) un truc de femme, a moins que tu ne veuilles voir seulement ce qui t’arranges…aprés on se demande pourquoi 1 mariage sur 2 finit en divorce…le feminisme a ravagé les cerveaux des soeurs…

      24.1
  25. so...    

    Désolé Youss mais je crois que c’est toi qui ne sais pas lire entre les ligne Omar ibn al-khattab a dit « alors qu’elle n’est pas obligée de le faire » !!!

    25
  26. 26
  27. mourad    

    Salam alaykoum

    Justine : L’histoire que vous avez cité de Omar Ibn Khatab (ra) n’est pas authentique ( vous pouvez vérifier)

    Concernant la polygamie, pour le frère qui en a les moyens. C’est devenu un tabou, un complexe voir une humiliation auprès de la majorité des soeurs que le sujet est pratiquement devenu inabordable dans le couple sans que cela finisse en conflit ouvert.

    27

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE