Achoura : se meurtrir le corps jusqu’au sang n’a rien d’islamique

Par Al-Kanz

Dans quelques jours des individus vont se flageller jusqu’au sang à l’occasion du jour de achoura. Il s’agit d’une pratique chiite.

Dans quelques jours, nous serons le 10 muharram 1437, jour de achoura, au cours duquel les musulmans ont pour tradition de jeûner.

Jeûner le 10e jour du mois de muharram

Ce jeûne n’est pas obligatoire comme peut l’être le jeûne du mois de ramadan. Malgré tout, s’il est facultatif, le jeûne de achoura n’en est pas moins très recommandé : il efface les péchés de l’année qui précède.

Ce jour de jeûne s’accompagne généralement d’un second jour de jeûne, le 9 muharram, du fait d’un engagement pris par le Prophète (paix et bénédiction sur lui) qui indiqua, comme le rapporte un hadith selon le savant Mouslim, qu’il jeûnerait aussi le 9 muharram, s’il était encore en vie l’année suivante. Mais Allah le rappela avant. C’est ce qui explique que nombreux seront les musulmans qui jeûneront soit le 9 et le 10 muharram.

Mutilation et autoflagellation sans rapport avec l’islam

Venons-en à l’objet de notre article. Lors du jour de ‘achoura, dans certaines contrées, notamment en Iran, en Iraq, au Liban et dans des pays qui comptent une forte communauté chiite, des processions d’un genre très particulier vont avoir lieu.

Si pour les musulmans (ahl as-sunna wa jama’a) achoura est marquée par le jeûne, pour les chiites c’est un jour de deuil en mémoire de l’imam Hussayn (qu’Allah soit satisfait de lui), le petit-fils du Prophète (paix et bénédiction sur lui). A cette occasion, certains chiites se frappent la poitrine, s’autoflagellent, se plantent des couteaux dans la tête, se saignent au sens premier du terme, qui pour expier, dit-on, les manquements de leurs aïeux, qui pour revivre le martyr du petit-fils du Prophète (paix et bénédiction sur lui).

Lire – Précisions concernant le martyr de l’Imâm Houssein (radhia Allâhou anhou)

Ces scènes sanguinaires sont choquantes à plus d’un titre. De fait, si les musulmans se désavouent de ce genre de pratiques, il peut être nécessaire d’exliquer aux non-musulmans qu’il ne s’agit pas d’une pratique qui relève de l’islam, mais bien d’une tradition chiite : chaque année, les médias font l’amalgame, avec force images… saignantes.

La pratique en question, là voici en vidéo. Âmes sensibles s’abstenir.

Sans transition, ajoutons que c’est dans l’édition 2009 du dictionnaire Le Petit Robert que le mot « achoura » a fait officiellement son entrée. C’est donc aussi un mot français.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE