Hajj : “quelques espoirs et beaucoup d’interrogations”, selon les opérateurs français

Par Al-Kanz

Les agences de voyage françaises veulent croire à la tenue, sous conditions, du hajj cette année.

hajj Indonesie
Turki Al-Fassam

“Le retour à la vie normale qui se met en place progressivement nourrit à la fois quelques espoirs et beaucoup d’interrogations concernant le pèlerinage à La Mecque […]. Son déroulement dépendra de la reprise progressive du trafic aérien en dehors des frontières européennes et des dispositions qui seront prises par les autorités saoudiennes.”

C’est par ces termes que la coordination des organisateurs du hajj (CHF), organisme réunissant plusieurs agences de voyages et opérateurs du hajj en France, ouvre son communiqué de presse publié cette semaine.

A rebours des choix de la Malaisie, de l’Indonésie ou de ses homologues sud-africains, la CHF estime encore possible d’organiser, à moins de cinquante jours de l’échéance, le pèlerinage à La Mecque.

Lire
Pas de hajj non plus pour les Malaisiens et les Sud-Africains

L’Indonésie annonce l’annulation du hajj 2020 pour ses ressortissants

“[Réaffirmant] son engagement pour le respect des conditions de rigueur sanitaire et des dispositions qui seraient prises par les autorités publiques en France et en Arabie saoudite, dans le cas de la tenue du hajj”, la CHF estime pouvoir trancher de façon définitive après que “le gouvernement français se [prononce] le 15 juin sur la reprise des vols en dehors des frontières européennes”.

Les annonces du gouvernement saoudien seront toutes aussi déterminantes, précise le communiqué.

Jeudi, le Conseil français du culte musulman (CFCM) s’est quant à lui prononcé pour un report du hajj.

Lire – Hajj : le CFCM appelle les musulmans de France à le “différer” à 2021

Evoquant “la responsabilité morale et juridique […] immense” des opérateurs du hajj, le Conseil les appelle à “renoncer cette année à l’organisation du pèlerinage afin de préserver la vie de leurs candidats qui sont souvent d’un âge avancé et donc davantage vulnérables au COVID-19”.

La position du CHF rejoint celle du comité du hajj en Inde. Interrogé par le site spécialisé Salaam Gateway, Maqsood Ahmed Khan, son président, considère qu’il “ne sera pas difficile d’envoyer les pèlerins”, même si les autorités saoudiennes et indiennes annoncent leurs décisions finales “avant le 15 ou le 20 ou même fin juin”.

175 000 pèlerins indiens espèrent se rendre cette année à La Mecque, 50 000 pris en charge par des opérateurs privés, les 125 000 autres par le comité du hajj. Tous s’attendent à une réduction drastique de ce quota.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.