« Cellules de lutte contre l’islam » : quand Le Figaro dit clairement les intentions du gouvernement

Par Al-Kanz

Quand l’Etat s’en prend aux musulmans, au Figaro on peine à se retenir.

Cellules contre l'islam

L’extrait ci-dessus est tiré d’un papier de Christophe Cornevin, journaliste au Figaro, publié dans l’édition du 9 septembre 2020. De prime abord, il s’agit d’une coquille, c’est-à-dire d’une erreur. Nous aurions dû lire : « cellules de lutte contre l’islamisme » et non « cellules de lutte contre l’islam ».

En réalité, c’est très précisément un impensé que le journaliste n’a pas réussi à refouler, pas plus que la personne chargée de la correction à repérer. Ce lapsus est éminemment révélateur. Il est même dans la droite ligne du Figaro, quotidien fer de lance avec d’autres médias de l’islamophobie en France.

Lire – Pourquoi le Figaro est en guerre contre les musulmans

A sa décharge, Christophe Cornevin n’a pas été aidé par le gouvernement, Gérald Darmanin et surtout Marlène Schiappa en tête. Si le ministre de l’Intérieur, plus rompu à la langue de bois que sa cadette, ne manque pas de préciser qu’il souhaite s’attaquer à tous les « séparatismes religieux », l’ancienne ministre des Droits aux femmes surprend de jour en jour par son incapacité à maquiller la propagande islamophobe en cours du gouvernement.

Toujours dans Le Figaro, pour illustrer « la lutte contre l’islamisme et contre l’islam politique », cette dernière « cite les récents événements de Dijon (Côte d’Or) où les affrontements entre communautés tchétchène et maghrébine ont “particulièrement marqué” l’opinion publique ». Le rapport retors entre une telle bagarre et « l’islamisme et l’islam politique » réside en ce que la mosquée a participé à ramener la paix dans le quartier. On marche sur la tête ! Même quand les musulmans agissent contre violence et délinquance, ils sont accusés de « séparatisme ».

Cet amalgame volontaire entre les affrontements de Dijon et l’islam illustre parfaitement la politique d’extrême voulue par Emmanuel Macron et exécutée par ses obligés. Nous pourrions citer encore les 130 bars et débits de boisson fermés, toujours au nom de cette lutte contre le « séparatisme islamiste » et les certificats de virginité, mais ce seul exemple suffit à dire tout à la fois la médiocrité sans nom et l’infâmie de la machination islamophobe et complotiste du gouvernement contre les musulmans.

Lire chez Médiapart – Camille Polloni : Avec le « séparatisme », le gouvernement cible les musulmans



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.