Témoignage d’entrepreneur : Mehdi Ouldsaad du studio Disruptive

Par Al-Kanz

Réalisateur et cofondateur du studio Distruptive, Mehdi Ouldsaad est connu à travers ses reportages pour ONG et entreprises.

Mehdi Ouldsaad

Après Lola R., fondatrice de Poupette and co et ses poupées artisanales, c’est au tour de Mehdi Ouldsaad, réalisateur et cofondateur du studio Distruptive, de répondre à nos questions. Interview.

Al-Kanz : Sur la photo ci-dessus publiée il y a quelques années sur votre compte Instagram, on découvre que vous êtes depuis tout-petit dans le monde de l’image, la vidéo plus précisément. Est-ce bien le cas ?
Mehdi Ouldsaad :
Absolument, c’était un rêve d’enfant. L’image, la vidéo est un domaine qui m’a toujours intéressé. J’ai commencé à bricoler de petits films dès que j’ai eu l’occasion d’utiliser une caméra. Ça m’a permis de me faire la main, d’apprendre sur le tas et de comprendre les principes de base de prise de vue et de montage à une époque où YouTube n’existait pas encore.

Al-Kanz : Avez-vous par ailleurs suivi une formation académique, un cursus universitaire dans le domaine ?
Mehdi Ouldsaad :
Les écoles de cinéma privées sont particulièrement chères et n’offrent pas toujours des titres reconnus par l’Etat. En réalité, leur principal avantage réside dans le réseautage, parfois au détriment de l’acquisition de compétences solides. Al-hamdu liLlah, j’ai eu l’opportunité de suivre l’un des rares cursus publics dans le domaine, en l’occurrence un BTS Audiovisuel. Là encore, les places sont chères, non pas à cause des frais de scolarité, mais parce qu’il y a beaucoup de demandes pour un nombre de place par spécialité limité. En ce qui me concerne, je me suis orienté plutôt vers le montage. Après ces deux années d’étude, on ressort avec un métier. Depuis, je continue de me former en ligne pour approfondir certains domaines ou acquérir de nouvelles techniques.

Mehdi Ouldsaad

Al-Kanz : Quel regard portez-vous sur le rapport de la communauté musulmane à l’image et à la façon dont elle s’approprie, ou non, ce média ?
Mehdi Ouldsaad :
Il faut se l’avouer : l’image, particulièrement la vidéo, est l’un des parents pauvres de notre communauté. On ne se l’approprie que très peu et nous nous donnons pas vraiment les moyens de développer quelque chose d’intéressant et de durable. Il y a bien entendu quelques initiatives ici et là, mais ce n’est pas suffisant pour changer la donne. Le contenu produit est souvent éphémère et fait avec les moyens du bord. Avec un risque : faute de pouvoir maîtriser correctement l’outil, il peut se retourner contre nous.
Pourtant, il y a du potentiel et nous avons des choses à dire… Nous attendons peut-être que l’on nous tende le micro pour nous exprimer ? Ça n’arrivera pas. Il faut créer nous-mêmes des espaces d’expression dans le domaine et proposer notre propre contenu. Et faire tout notre possible pour viser l’excellence.

En Mode Avion le film

Al-Kanz : Vous êtes en pleine préparation du film documentaire En Mode Avion. Pourriez-vous nous dire ce que vous prévoyez ? Où pourra-t-on le voir ?
Mehdi Ouldsaad :
C’est notre gros projet du moment. Le premier défi était d’emmener le public avec nous à travers le financement participatif. On savait la générosité et la capacité de mobilisation des musulmans autour de projets caritatifs. Mais on ignorait totalement si ça accrocherait avec un projet culturel et commercial. Al-hamdu liLlah, au final l’objectif a été atteint et même dépassé. Nous avons récolté 109 % de la somme nécessaire. Actuellement en pleine post-production, nous nous donnons à fond pour proposer le meilleur film possible. Une fois le documentaire terminé, nous allons l’envoyer en festival et continuer nos recherches de diffuseurs pour espérer toucher le plus large public possible. Nous espérons à terme pouvoir intégrer le catalogue d’une grosse plateforme in sha’a-Llah… Affaire à suivre.

Mehdi Ouldsaad

Al-Kanz : Quels sont vos autres projets ? Ceux dont vous pouvez parler comme, si vous acceptez de nous en dire plus, ceux que vous préférez taire ?
Mehdi Ouldsaad :
À vrai dire nous sommes en pleine transition : nous espérons changer de modèle économique. Jusqu’à présent nous étions dans un fonctionnement de type prestation de services : nous proposions nos services de réalisation à des entreprises ou des associations qui avaient besoin de contenu vidéo pour promouvoir leurs services activités.
Ça a été toujours été un fonctionnement temporaire pour nous. Nous espérions tôt ou tard pouvoir produire du contenu original. Nous voulons nous spécialiser dans le documentaire et traiter de thématique inédites… ou de sujet connus, mais sous de nouveaux angles. On a plusieurs idées de documentaires historiques et traitant de sujets de société avec une vision moderne et à échelle humaine. Nous souhaitons aussi développer du contenu jeunesse, car il y a un vrai besoin. L’offre actuelle est en effet limitée.

Al-Kanz : Quel est l’avenir de l’entrepreneuriat musulman toujours dans le domaine de l’image selon vous ? Quel rôle votre société Disruptive compte jouer ?
Mehdi Ouldsaad :
Il y a de très beaux projets sur lesquels on a besoin de communiquer avec des codes, des valeurs et des histoires qui vont parler au public de la communauté. Les besoins en termes de production de contenus pour les marques sont donc de plus en plus importants. Mais il faut que tout le monde joue le jeu, car cela ne pourra se faire que si les marques décident de se donner les moyens et d’investir. L’argent est encore souvent un gros frein pour ces dernières, ce qui explique le bricolage auquel on assiste en la matière. Du coup, ceux qui comprendront le potentiel de cet investissement auront un vrai boulevard pour proposer des choses créatives, innovantes et audacieuses. Le consommateur a aussi son rôle à jouer en soutenant et en permettant aux marques de se développer.
En parallèle, je pense qu’il y a vraiment beaucoup à faire, dans la production de contenus originaux, notamment, comme dit plus haut, pour les enfants. La demande est très forte, l’offre loin de la satisfaire. C’est plutôt dans cette catégorie que nous espérons in sha’a-Llah nous inscrire et aussi inspirer des initiatives.

Visitez le site du studio Disruptive : Disruptive prod



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.