Tuerie : si l’auteur n’est pas musulman, ne dites jamais « attentat »

Par Al-Kanz

Contrairement à ce que l’on peut penser, un attentat ne peut être qualifié tel quel que si le ou les auteurs sont musulmans.

latuff chapelhillshooting© Carlos Latuff

Voici ce que nous pouvons lire, depuis ce matin 1h15, sur le site du quotidien Le Monde à propos de faits qui ont eu lieu en Australie :

« Une machette, un couteau de chasse, une vidéo et un drapeau de l’organisation Etat islamique (EI), voilà les objets saisis auprès de deux suspects arrêtés en Australie qui ont permis à la police d’affirmer, mercredi 11 février, qu’elle était parvenue à déjouer un attentat à Sydney. »

Si les faits s’avèrent exacts, et ils peuvent tout à fait l’être, on se réjouira que ces deux suspects aient été arrêtés à temps.

Malgré tout, chacun est en droit de s’étonner de la propension des médias mainstream à qualifier tout acte délictueux et/ou violent commis par des musulmans d’acte « terroriste » ou « d’attentat ».

Attentat ?

Très souvent, trop souvent, l’attentat est étrangement moins déterminé par l’acte violent lui-même que par la religion de leurs auteurs présumés ou avérés. Dans le cas de Sydney, les suspects ont été arrêté avant d’agir avec une machette, un couteau, une vidéo et un drapeau. Evidemment le fait que ces deux derniers objets soient reliés à l’Etat islamique (EI) confèrent une coloration particulière à l’acte avorté.

attentat australie

Mais concédons que l’on puisse dans ce cas précis parler d’attentat. On s’appuiera dans ce cas-là non pas à la définition du terme « attentat », mais à son dérivé verbal « attenter à », selon le dictionnaire Larousse.

attenter

Qui n’est pas musulman n’attente pas

Problème : depuis des années, la qualification d’actes violents, commis ou déjoués, obéit à une règle journalistique et politique non écrite à géométrie variable. Souvenons-nous par exemple des deux affreux massacres commis respectivement par Mohamed Merah et Anders Breivik. Nous pourrions citer des dizaines de cas précis, mais les deux couvertures suivantes résument à elles seules parfaitement ce traitement médiatique pour le moins révélateur.

merah breivik

On remarquera comme nous l’écrivions alors en mars 2012 que Breivik, simple « monstre », pèse médiatiquement moins que la moustache de Nietzsche. Normal, il n’est pas musulman. Lui.

Lire – Tueries d’Oslo : selon que vous serez, ou non, « islamiste »…

Autre tragédie, autre exemple du traitement médiatique biaisé, tant en France qu’aux Etats-Unis. Hier, mardi 10 février, Deah Shaddy Barakat, 23 ans, son épouse Yusor Abu-Salha, 21 ans, et sa soeur Razan Abu-Salha, 19 ans, ont été froidement abattus par Craig Stephen Hicks dans la ville de Chapel Hill, en Caroline du Nord, au sud-est des Etats-Unis. Leur crime : être musulman.

Non seulement les médias américains et français ont tardé à en parler – rappelons que Le Monde a publié son article sur la tentative « d’attentat » à Sidney à 1h51 du matin –, mais encore les premiers articles parus après une forte mobilisation des internautes sur Twitter n’évoquent qu’une tuerie. Le « tueur » est blanc et athée, pas musulman pour un sou, tout au plus ex-chrétien.

La requête « trois étudiants » dans Google actualités donne les résultats suivants. On observe que les étudiants ont été « assassinés », « abattus » par « un homme ». Il est question de « crime ».

Chapel Hill musulmans attentat

Sur le site suisse 24heures, les trois étudiants musulmans ont été « tués » par « un forcené ». Déclaré comme Breivik non musulman. Outre-Atlantique, même traitement médiatique…

Et politique, puisque l’on vient d’apprendre que ce ne sont pas des musulmans qui étaient visés.

Traitement médiatique qui amena ce matin le dessinateur Carlos Latuff à publier ce dessin, avec un journaliste qui baille en s’exclamant : « Trois jeunes étudiants musulmans tués pas un tireur isolé ? Pas de breaking news dans ce cas ».

Faut-il malgré tout s’étonner de ce traitement médiatique particulièrement inquiétant ? Souvenons-nous. Pas plus tard que le mois dernier, un homme a lancé plusieurs grenades et a tiré contre une mosquée au Mans. Il ne s’agissait pas d’un « attentat », mais simplement de « tir et de jets de grenades ». Selon que vous serez…

attentat mosquee mans

Gare aux musulmans qui oseraient faire preuve de « victimisation ». Tout comme les Noirs aux Etats-Unis qui ont le mauvais goût de mourir un peu trop souvent sous les balles de policiers.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (4 commentaires)

  1. issou [iPhone]    

    Pas si facile de vivre dans un pays kafir

    1
  2. abdo    

    Baraka LAHO fik, pour toutes ces révélations.
    Qu’ ALLAH te préserve.

    2
  3. doudou24 [iPhone 4S]    

    Moi ce qui me choque le c’est lorsque l’europe dit à la Turquie de s’excuser pour son génocide arménien tandis que la Belgique a fait à la même époques 10 à 190 fois pire au Congo avec 10millions de morts

    3
  4. Crimes et chatoiement ou comment les médias excellent dans le journalimze    

    […] Tireur musulman : responsabilité collective Tireur noir : problème des banlieues Tireur en uniforme : bavure policière (dommage collatéral, manque d’effectif, stress au travail…) Tireur blanc : cas isolé (déséquilibré mental, déception sentimentale, problème de parking…) […]

    4

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE