Québec : l’auteur de l’attentat, un « jeune troll » pour Le Monde

Par Al-Kanz

Pour le quotidien de référence en France, Alexandre Bissonnette est un « jeune troll ».

Dimanche 29 janvier, un Québecois de 27 ans, Alexandre Bissonnette, ouvrait le feu dans une mosquée de Québec tuant six fidèles, en blessant plusieurs autres. Au Québec, les autorités comme les médias ont très rapidement qualifier la tuerie d’ « attentat ».

Samedi, hier, Le Monde, quotidien de référence en France, consacrait un nouvel article à Alexandre Bissonnette. Magie du journalisme français, l’auteur du sextuple assassinat n’était plus qu’un « troll ».

attentat quebec

Après une bronca sur Twitter – de très nombreux internautes furent outrés par ce choix –, « troll » disparut, remplacé par « l’auteur ».

attentat quebec

Au Monde, on n’a fait que suivre les bonnes pratiques d’un certain journalisme qui veut que lorsque l’auteur d’un attentat n’est pas musulman il est « loup solitaire », « tueur », « tireur fou », comme l’a bien résumé dans cette infographie le site satirique El Manchar.

guide attentat elmanchar



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (1 commentaires)

  1. Poupougne    

    Je me souviens avoir lu chez madame Fourest que c’était une tuerie qui répondait à des attaques islamistes.
    Elle redoutait que ça se produise. Dans la meme veine pour l’attaque de la mosquée de Londres, il y a eu un peu le meme type de narration chez certains. Ce serait la faute à la mosquée. Les mosquées seraient des cibles qui se justifieraient en quelque sorte, et par extension les victimes avec donc. C’est un peu ça le récit qui nous est fait. Je me trompe peut etre mais c’est ce que je comprends. Dans le jargon judiciaire on appelle ça des circonstances atténuantes. Le journalisme c’est relater l’histoire des évènements, le déroulé, les protagonistes…etc. Mais il semble qu’il soit devenu non pas raconter l’histoire, les faits, mais plutôt raconter une histoire. Sont greffés sur les événements des récits. Le lecteur est invité non pas à porter un regard critique sur la société, sur les événements, on le fait pour lui. Il est invité à consommer, à ingurgiter le prêt à penser.

    1

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE