spot_img
- Publicité -spot_imgspot_img

Gélatine, graisse animale, additifs dans l’alimentation transformée : avis des quatre écoles juridiques

Dans la même catégorie

Des pommes de terre dans de la viande, du porc dans un yaourt, du bœuf dans une soupe de légume, on trouve souvent dans les produits alimentaires issus de l’industrie agro-alimentaire des ingrédients dont on n’aurait pas imaginé une seule seconde qu’il puisse entrer dans leur composition.

D’où l’incompréhension parfois de consommateurs à qui l’on annonce que tel ou tel produit contient telle ou telle substance illicite (alcool, porc, viande non halal) : « on ne peut plus rien manger », « mais vous voyez du haram (illicite) partout ».

Après une première infographie sur la position des quatre principales écoles sunnites au sujet des espèces animales autorisées à la consommation, l’organisme de certification et de contrôle AVS publiait hier une nouvelle infographie cette fois sur les produits transformés et les différents avis juridiques sur leur composition.

Cette infographie est évidemment un support et ne suffit pas à elle-seule à comprendre tant les subtilités que les divergences au sein même des écoles sur certains points précis (le rappel est d’ailleurs fait en commentaire dans la colonne de droite).

N’hésitez pas à consulter vous-mêmes sources et savants.

Produits transformés : avis des quatre écoles juridiques

Ajoutons que les savants musulmans n’ont pas établi des règles uniformes en matière de pureté/d’impureté et en matière de licéité/illicéité des produits alimentaires. Ils ont notamment distingué :
1- le cas de l’istihalah : il s’ agit de la transformation complète (chimique ou organique, selon les avis) d’un produit. L’exemple le plus courant donné pour l’istihalah est celui de la transformation du vin en vinaigre.
2- le cas de l’istihlak : il s’agit de la dilution d’une petite quantité d’un produit donné dans une quantité importante d’un autre produit. Il peut y avoir istihlak par exemple lorsque quelques gouttes d’alcool tombent dans un récipient contenant une quantité certaine d’eau.
3- le cas du contact externe entre éléments jugés purs et éléments jugés impurs. C’est la cas par exemple lorsqu’on coupe de la viande halal avec un couteau qui a servi auparavant à trancher du porc et qui n’a pas été nettoyé.

Il est à noter que dans les cas cités, on compte différents avis, chaque opinion étant en principe soumise à des conditions particulières. De fait, il est deux écueils à éviter :
– mettre de côté toutes les subtilités juridiques énoncées et ignorer les divergences fondées qui ont existé et existent toujours entre les savants ;
– tout confondre pour appliquer, dans un cas donné, des règles qui ont été énoncées par les savants pour un autre cas.

Source : Position des quatre principales écoles sunnites au sujet des produits transformés

Article précédentAimons-nous Allah ?
Article suivantUne mosquée profanée au Mans
- Publicité -spot_img

Plus d'articles

9 Commentaires

  1. Mashaallah, un article on ne peut plus clair ! Djazzakallahu khayran 🙂

    @Badr : manifestement, selon certains commentateurs du site Oumma.com, l’information aurait été tronquée pour calomnier ce savant (cf. 3ème commentaire en partant de la fin, écrit par Abdalmajid du lien http://oumma.com/10575/la-biere-est-halal-selon-un-cheikh-dal-azhar).
    Si tu comprends l’arabe, il existe l’entretien complet du Cheikh : http://www.alqaheraalyoum.net/videos/playvideo.php?vid=408607643

  2. As Salam aleykum,

    Baarak Allahou fik Al Kanz pour cet article et pour le combat que vous menez au quotidien.
    Qu’Allah nous facilite dans l’application de ses lois.

  3. Salam alaikoum frères et soeurs,

    Une nuance que j’aimerais porter pour la gélatine de Porc : même si la divergence est là il faut ajouter un point important : la quantité de gélatine car, si j’ai bien compris, la plupart des savants s’étant prononcés favorablement à la gélatine de porc ont avancé comme argument l’istihlak(dilution car quantité infime).

    Cependant il faut préciser que la gélatine des bonbons n’est pas en petite quantité, mais à hauteur de 3 à 5 %, voire plus !!!!!

    Etant donné qu’il y aurait apparemment un consensus autour de la valeur de 0,5 % pour autoriser : il y a la beaucoup plus.

    Ces informations ne sortent pas de ma tête, vous pouvez vérifier sur les sites des professionneles de la gélatine comme gélatine.org etc etc.

    BREF, quand vous mangez des bonbons à la gélatine , il n’y a pas un peu de gélatine mais beaucoup de gélatine

    Assalam aleykoum

  4. Il me semble (après fort possible que je me trompe) que beaucoup de hanafites considèrent haram les gélatines provenant d’animaux illicites et les produits initialement illictes et transformés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité -spot_img

Derniers articles