spot_img
- Publicité -spot_imgspot_img

Al-Kanz a seize ans (et même dix-huit)

Dans la même catégorie

Al-Kanz a seize ans. Et en réalité dix-huit ans, puisque c’est en octobre 2004 que le site a été mis en ligne pour la toute première fois. Depuis — ou plus justement depuis mi-juillet 2007, date à laquelle nous avons installé l’outil Google Analytics — , le nombre de visites s’élève à 90 683 439. C’est bien peu comparé aux mastodontes de l’information, mais beaucoup à notre modeste mesure. So, merci !

Initiatives associatives et entrepreneuriales

Al-Kanz a seize ans et plus de 8 000 articles au compteur. Contrairement à une idée reçue, moins de 10 % sont consacrés au halal food. Rien d’étonnant : à l’origine, le site a été lancé pour mettre en avant les initiatives dans les communautés musulmanes, initiatives associatives d’une part, entrepreneuriales d’autre part.

Il nous paraissait en effet important de donner à voir ce qui pouvait se faire ça et là en France, et à l’étranger, tant pour servir de caisse de résonance auxdites initiatives que pour permettre à nos lectrices et à nos lecteurs de les soutenir et de s’en inspirer.

Plutôt que de dresser un bilan, aussi rasoir à lire qu’à écrire, indiquons simplement que nous allons poursuivre in sha’a-Llah le retour à nos premières amours, opéré il y a quelques années, et continuer à mettre en avant des entrepreneurs, comme avec la série d’interviews « Témoignage d’entrepreneur/e », des entreprises, comme avec la rubrique « La e-boutique du week-end » et des initiatives associatives. L’interview de Samra Abaida, sage-femme et fondatrice de l’association Un petit bagage d’amour, en est l’un des derniers exemples.

Et le halal, alors ?

Certains de nos plus fidèles lecteurs nous ont reproché de publier moins d’articles sur le halal alimentaire, comparativement aux nombreux papiers d’une période qui s’étend grosso modo de 2008 à 2012-2013. Période durant laquelle quelques-unes de nos enquêtes marquèrent l’actualité et alimentèrent, quand elles n’en étaient pas tout bonnement à l’origine, quelques reportages TV qui ne passèrent pas inaperçus.

Les plus anciens se souviendront du porc dans les knackis Herta halal, le porc présent dans l’atelier où McDonald’s faisait fabriquer les pains de ses filet-of-fish, la conversion au halal d’un certain nombre de restaurants Quick et les pressions du groupe contre Al-Kanz, le poulet abusivement présenté comme halal vendu chez KFC et son fournisseur Doux, pourvoyeur de volailles non halal dans les pays musulmans, jusque dans la ville sacrée de La Mecque.

Nous pouvons en outre citer McDonald’s Maroc qui chercha à nous faire taire et nous interdire de questionner le halal des viandes vendues dans ses restaurants ; ce que se garda bien de faire Socopa (groupe Bigard) après nos révélations, malgré le blacklistage de ses viandes par Casino. Citons enfin El Saada, qui n’existe plus aujourd’hui : la société Jouvin, qui exploitait la marque massivement présente dans la grande distribution et la restauration rapide, préféra mettre fin à son juteux business…

Avons-nous totalement mis de côté le sujet ? Assurément non. Il suffit de jeter un oeil à la rubrique « Halal & Halal » pour s’en convaincre.

Il est cependant vrai que nous traitons depuis quelques années beaucoup moins du sujet qu’il n’y a dix ans. Nous avons eu l’impression d’avoir d’une part fait le tour de la question, d’autre part apporté suffisamment de clarifications et d’outils aux consommateurs musulmans. Fallait-il continuer à traiter du halal au risque de tourner en rond ?

De nouveaux consommateurs

Si la question se posait alors, elle ne se pose plus aujourd’hui. Les consommateurs d’aujourd’hui étaient au collège, au lycée, voire à l’école primaire, entre 2008 et 2013. Fraudes au halal, industriels véreux, bouchers malhonnêtes, électronarcose, organismes de certification, tous ces sujets étaient loin de leurs préoccupations. Désormais adultes, voire jeunes parents, ils se sentent tout aussi concernés que leurs aînés hier.

C’est à tout le moins ce qui transparaît des nombreux messages que nous recevons par courriel et sur les réseaux sociaux (commentaires et messages privés). Les questions, les doutes, les inquiétudes sont les mêmes qu’il y a dix ans. On peut d’ailleurs déplorer que la situation n’a guère évolué. On peut aussi se dire que le halal, qui en islam est une éthique, un mode de vie, demeure toujours aussi important pour une majorité de musulmans.

C’est pourquoi nous avons décidé, là aussi, de consacrer de nouveaux articles à cette problématique. Mais, il est important que nous comprenions tous que ce travail doit être une œuvre collective. Des articles lus, mais peu ou pas partagés, ne peuvent avoir l’effet escompté. Si nous voulons ensemble changer et assainir le marché du halal, il faut que les lecteurs s’investissent aussi et participent à la diffusion de l’information.

De l’investissement de nos lecteurs

Tenir un site d’information indépendant demande du temps, beaucoup de temps, du travail, beaucoup de travail, des sacrifices, beaucoup de sacrifices. Publier des enquêtes qui dérangent vaut animosité, pressions, insultes, menaces – parfois de mort – et procès.

Or, cette œuvre qui devrait être collective n’est en réalité portée que par le site lui-même et de très rares internautes. Les lecteurs, aussi nombreux soient-ils, se contentent pour l’immense majorité de lire les articles, mais ne les partagent pas. C’est pourtant crucial, fonctionnement d’Internet oblige, pour le site tout comme pour les combats menés. Une enquête qui ne circule pas, qui n’est pas partagée sur Internet, aura des effets limités.

Ce n’est pas un hasard si le site d’informations Mediapart a un si grande influence en France. Au-delà de la qualité du travail abattu, l’investissement de ses journalistes sur les réseaux sociaux n’y est pas étranger. Le moindre article publié sur le site est massivement relayé d’abord par ces derniers.

Autre point d’importance : le financement du site. Sachez simplement pour l’heure que nous comptons prochainement accéder à la requête de celles et de ceux qui depuis des années nous proposent de soutenir financièrement Al-Kanz. Nous avons toujours, non sans gratitude, poliment refusé ces aimables propositions. Il en va aujourd’hui de la survie du site. Nous vous en reparlerons tantôt.

D’ici là, permettez-nous d’abord de vous remercier pour votre fidélité et l’intérêt, toujours soutenu, porté à notre travail, ensuite de vous inviter précisément désormais à partager sur les réseaux sociaux les articles que vous jugez intéressants et utiles.

- Publicité -spot_img

Plus d'articles

2 Commentaires

  1. Assalam Aleykoum. Je suis un lecteur de la première heure. Je n ai pas toujours été d’accord avec vous mais il faut vous reconnaître une abnégation, une opiniâtreté et un engagement qui a fait bouger les lignes sur beaucoup de sujet dans la communauté musulmane. Merci.

    NB: les tags de l’article sont étranges (mamary Traoré, kursy majliss)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité -spot_img

Derniers articles