Banque islamique en 2010, les particuliers pas oubliés

Finance islamique. La conférence Euromoney, qui réunit aujourd’hui et demain différents acteurs de la finance, s’annonce comme un tournant tant pour la France que pour les musulmans vivant en France.

Finance islamique. Aujourd’hui a débuté la conférence Euromoney sur la finance islamique, à laquelle participent notamment Zakaria Seddiki et Mouhammad Patel, tous deux membres du premier comité francophone de recherche en finance islamique, ACERFI. Nizam Yaquby, savant mondialement reconnu et référence en matière de finance islamique, doit par ailleurs intervenir lors de cette conférence. Sont par ailleurs présents Christine Lagarde, ministre de l’Economie et des Finances, et Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France.

Les principales informations à retenir de cette première journée sont les suivantes :

- Banque islamique : si on l’annonce depuis des mois pour 2009, la première banque islamique en France n’a pas encore vu le jour. Beaucoup s’impatientent, certains n’y croient plus. A tort. Ce matin, le porte-parole de Christine Lagarde, ainsi que Christian Noyer, ont confirmé que les avancées étaient encourageantes et que l’arrivée effective de la finance islamique en France était imminente.

- Deux nouveaux produits islamiques : on a par ailleurs appris ce matin que l’administration fiscale française oeuvrait pour permettre la mise en place de deux produits conformes au droit islamique et inédits en France : l’ijara et l’istisna’. L’ijara est « un contrat de location pure dans lequel une institution financière achète un équipement ou une propriété et le loue à un particulier ou une entreprise qui effectuera des paiements périodiques tout au long du contrat » (source Aidimm). Quant à l’istisna’, c’est un « contrat d’entreprise en vertu duquel une partie (Moustasni’i) demande à une autre (Sani’i) de lui fabriquer ou construire un ouvrage moyennant une rémunération payable d’avance, de manière fractionnée ou à terme » (source Aidimm).

- Les particuliers concernés : les deux précédents points étaient plus ou moins connus depuis quelque temps. En revanche, la vraie nouveauté est venue du gouverneur de la Banque de France. Alors que jusque-là tous les regards étaient tournés vers les monarchies du Golfe et leurs pétrodollars, Christian Noyer a insisté sur le potentiel que représente la population musulmane en France et sur le rôle majeur que peut jouer une banque de détail tournée vers les musulmans. Il a tenu à rappeler que le modèle sur lequel se fonde la finance islamique a montré sa robustesse dans un marché en pleine crise. Citant le sondage commandé par l’Aidimm et la société IFAAS, il a rappelé qu’en France plus de 50 % des musulmans adhèrent fortement aux principes de la banque islamique ; et attendent impatiemment que des produits shariah-compliant leur soient proposés. Si pour les particuliers la partie n’est pas gagnée, on ne peut que se satisfaire des propos de Christian Noyer qui ouvrent la voie au développement d’une offre de produits innovante pour la clientèle musulmane dont l’attente en matière de produits financiers adaptés est très forte.

Pour finir, notons que dans son intervention, après avoir clairement défini et expliquer ce que sont les sukuk, Mouhammad Patel a rappelé l’importance de la collaboration mutuelle entre les praticiens du droit français et du droit musulman pour permettre la réussite des projets en cours.

Crédit photo



N'attendez-plus. Rejoignez-nous sur Twitter en cliquant sur le bouton suivant :

Téléchargez l'application Al-Kanz sur votre smartphone et votre tablette !

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (14 commentaires)

  1. halalovore    

    Ici C. Noyer n’est pas aussi optimiste?

    http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/hors-cote/200909/29/01-906712-finance-islamique-101.php

    :) « l’arrivée effective de la finance islamique en France était imminente » J’ai tellement cru… mais c’est resté imminent.

    1
  2. benelhaj    

    salam alicom je serais ravie moi et beaucoup des musulmans si la banque islamique existe vraiment
    ce que j’ai compris de cette banque que par exp: si moi je veux acheter une maison la banque me l’achete à
    exp:200.000 € et me la vend à exp: 300.000€ même moins à un prix raisonnable (les règles des ventes en islam) et je paye par exp:100€ par mois ss intêtret ni rajout . est-ce-que j’ai comprisl e principe ou non svp expliquez à tous les musulmans les principes de cette banque .
    mr C Noyer a parlé des musulmans de la france mais il a oublié les français eux même seront intéressés par cette banque après les agissements ss scrupules des autres banques.
    maintenant le cartel des banquiers accepteront la banque islamique? je ne pense pas .

    2
  3. Samir    

    Salam walikoum

    Mais concernant le particulier qui souhaite acheter un bien ( maison ou appartement) je ne vois pas d’options le concernant afin qu’il ne tombe pas dans la RIBA !!!

    3
  4. Al dabaran    

    Assalamou 3aleykom,

    Perso’ je ne vois pas l’intérêt de proposer des produits chari3a compatible dans des banques ordinaires… S’il y a de réelles banques islamiques, qui ne proposent que des produits « chari3a compatible », c’est à ce moment là où cela deviendra vraiment intéressant.

    Je trouve aussi hypocrite que la France soit le seul pays dit « démocratique » qui ait voté une loi contre le 7ijab mais qui intègre dans sa législation des termes issues de la finance islamique et souhaite recueillir les fonds des musulmans des pays du Golfe…

    4
  5. zahara    

    Salem alykoum , apparement d après ce que j ai appris les emprunts sont autorisés sans intérets a des conditions , et le crédit n’est pas conseillé sauf exemple: cas exceptionnel famille vivant dans une pièce (enfin j ‘ai pas bien étudier le sujet pour develloper ) mais je serais la première a ouvrir un compte dans une banque islamique !!!!

    5
  6. zahara    

    les européens utiliserons certaines methodes de la loi des finances islamiques uniquement pour l aspect économique

    6
  7. fofoz    

    salam3alaykom
    inchaalh que ce progé ce réalise

    7
  8. Abu_Hamza    

    Salam wa alikoum,

    le problème est qu’on parle beaucoup de finance islamique car c’est un peu le sujet à la mode, mais pas grand chose de concret se passe, depuis des années, le fameux lancement est chaque fois reporté, je ne comprends pas comment dans un tel contexte de crise, ce serait une aubaine pour le marché immobilier français que de lancer un financement selon les principes de la shari3a (qui ne sont qu’éthiques concrètement, et leur efficacité a été prouvée à l’instar de la crise des subprimes justement). Ceci aurait pour effet un TEL BOOM sur le marché immobilier car le nombre de musulmans en France qui n’attendent que ce feu vert pour acquérir un bien est énorme !!! Quand vont-ils se réveiller ? c’est bien beau de se plaindre à longueur de journée, qu’il faut relancer l’économie etc etc mais réveillez vous chers politiciens !!! un marché est là devant vous !!!

    8
  9. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    Si des choses très concrètes se passent et se sont passées. C’est compliqué à mettre en place, ça prend naturellement du temps.
    Sinon, ce sont les musulmans qui doivent se réveiller et cesser d’attendre que tout leur tombe du ciel.

    9
  10. zahara    

    Salem alykoum , il parait d ici l année prochaine une banque islamique ouvrira en ile de france mais que faire pour réagir? il est vrai que nous sommes observateurs et non des agisseurs _ _

    10
  11. sarrr    

    ce qu’on entend par banque islamque, ce sont des banque d’investissement, comme en Suisse ou en UK
    pour les pret a taux 0% c’est pas encore.

    11
  12. lazer    

    Pour ce qui concerne un crédit voila comment cela se passera.

    Admettons que je veut acheter une maison qui coute 170.000 euros, je fait appel à la banque islamique qui elle achète celle ci au prix quelle coute (170.000) ensuite la banque me la vent à 190.000 ou 200.000. je payerai une mensualité fixe disons de 800 euros par mois pendant 20 ans.

    en bref cela n’ai plus considérer comme un crédit.

    12
  13. Oummsheyma    

    As salam ‘aleykoum,

    lazer:
    « Pour ce qui concerne un crédit voila comment cela se passera.
    …en bref cela n’ai plus considérer comme un crédit. ».

    Il y a une différence entre crédit et intérêt. Un crédit signifie un prêt, ce qui est permis. L’intérêt, non.

    13
  14. zahara    

    le crédit est permis alors? mais a certaines conditions non?les intérets certe n’est pas autorisé

    14

Écrivez votre commentaire

Sites Partenaires : Fisabilik | ADABéo | Oumzaza | Aïd moubarak | Ramadan