spot_img
- Publicité -spot_imgspot_img

Aïd al-adha : rififi autour d’un abattoir

Dans la même catégorie

Aïd al-adha. Au-delà du problème réel et récurrent que rencontrent les musulmans à l’occasion de l’Aïd al-Adha se dessine en toile de fond la façon dont sont appréhendés ces derniers par les autorités locales (préfets, maires, responsables locaux). Cet été, une polémique a vu des politiciens se déchirer autour d’un projet d’abattoir mobile.

Nous ne reviendrons pas sur la querelle de clocher qui a opposé ces élus de droite. Elle n’a aucun intérêt. En revanche, il nous paraît important de relever comment le bon sens civique à la française et le souci du vivre-ensemble, lorsqu’il s’agit d’une question touchant les musulmans, ne peuvent souvent aller sans la stigmatisation et l’insulte.

Voici deux courts – et suffisants – extraits tirés du blog d’un des élus pourtant favorable à la construction d’un abattoir :

En émettant un avis favorable à l’achat du terrain destiné à l’implantation d’un abattoir rituel, nous avons souhaité mettre fin à des pratiques barbares et cruelles, d’un autre âge

Jean-Pierre Brenas

Bougainville habite Clermont-Ferrand et semble tout ignorer et des conditions d’abattage rituel – quand évidemment il est correctement réalisé, même clandestinement, et des conditions d’abattage conventionnel (voir Les abattoirs de la honte).

Malheureusement à Clermont, la ville ne possède plus d’abattoir et les abattages se font bien souvent dans les baignoires !

Perdu. Il faudrait que ce monsieur se renseigne. Les baignoires, ça eût payé. Depuis des années, ce sont de braves agriculteurs, bien français, pas musulmans pour un sou, étouffés par la crise économique qui font valoir leurs atouts auprès des musulmans, afin que ces derniers viennent se fournir chez eux ; ce qui est interdit par la loi. Mais ventre affamé n’a point d’oreilles.

Les autorités ont pour l’heure choisit la répression, plutôt que la concertation. Mais on peut penser que dans un avenir proche, à la faveur d’un renouvellement de génération, il sera possible d’envisager un modus vivendi permettant de perpétuer une tradition très chère aux musulmans dans un cadre légal et serein.

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur la polémique citée dans cet article :
Achat d’un terrain pour un abattoir rituel
A propos de l’abattoir rituel
Droite clermontoise: l’abattoir de la discorde

Crédit photo – Une : Amruf – Flickr

- Publicité -spot_img

Plus d'articles

2 Commentaires

  1. Ben… le fait que des musulmans viennent se fournir en mouton chez des agriculteurs, en quoi cela les empêche-t-il d’égorger ensuite le mouton dans leur baignoire ? Après, j’aurai tendance à dire que ça ne regarde que les concernés s’ils ne dérangent pas le voisinage, bien que la quantité de sang versée dans les canalisations ne soit pas du meilleur effet 🙂

    Pour avoir vécu en zone pavillonnaire, en ville, je peux vous dire que ce n’est pas si peu courant d’y entendre des moutons à l’approche de l’Aïd. Sont-ils tous égorgés en abattoir légal ?

    Sinon, oui M. Brenas parle de barbarie à propos des abattoirs clandestins… Mais que cela concerne les musulmans ou des chrétiens, la tenue d’un abattoir clandestin n’est que rarement belle à voir (récemment, un abattoir clandestin a été découvert à Argenteuil je crois, franchement moche). Il ne me semble pas qu’il ait qualifié de barbare la tenue d’un abattoir rituel conforme aux lois : il insiste justement que le fait qu’en suivant la règlementation, on sort des pratiques d’un autre âge.

    Pour finir : « Depuis des années, ce sont de braves agriculteurs, bien français, pas musulmans pour un sou » -> il y a donc des Français plus Français que d’autres ? Je taquine bien sûr 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité -spot_img

Derniers articles