Une avocate en hijab à la Cour pénale internationale

Par Al-Kanz

Un avocate portant un voile pour des raisons religieuses, une avocate musulmane : impensable en France.

Une avocate qui porte un voile islamique, en France, c’est comme une fourmi de dix-huit mètres avec un chapeau sur la tête, ça n’existe pas, ça n’existe pas. En revanche, une avocate avec un voile islamique sur la tête, ça existe bien à la Cour pénale internationale, sans que cela ne suscite une levée de boucliers.

Cette avocate officie dans le procès contre Jean-Pierre Bemba Gombo, accusé de crime de guerre et de crimes contre l’humanité (meurtre et viol) et de crimes de guerre en République centrafricaine.

Copé nous expliquera sûrement qu’il s’agit d’une insupportable provocation d’islamistes qui veulent tester la République mondiale.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (8 commentaires)

  1. ibn Omar    

    Salam alaykoum

    “Une avocate..” ptite faute d’orthographe en début de texte : )

    Jazak Allah

    1
  2. Ihcene    

    masha ALLAH la qouwata ila bi LAH!
    qu’ALLAH 3AZA WA JAL nous facilite

    2
  3. Justine    

    Assalâmou alaykoum wa rahmatoullâhi ta’alâ wa barakâtouhou,

    Un courrier que l’on m’a transmis par mail :

    Chatel interdit aux mères voilées toute participation aux sorties scolaires

    Dans une lettre adressée aux parents FCPE d’une école de Pantin (93), Luc CHatel développe l’idée que les mères de famille participant aux sorties scolaires ne doivent pas être voilées.

    “Il me semble nécessaire de rappeler que les parents qui accompagnent des élèves, inscrits dans une école ou un établissement scolaire publics, au cours d’activités ou de sorties scolaires, participent ce faisant à l’action éducative et plus généralement au service public de l’éducation”, écrit le ministre. “En faisant acte de candidature, ils sont amenés à participer directement au service public de l’éducation en se plaçant dans une situation comparable à celle des agents publics vis-à-vis des enfants qu’ils encadrent et acceptent donc de se soumettre aux principes fondamentaux de ce service public”. En conclusion le ministre donne raison à la directrice de l’école qui avait écarté d’office une mère musulmane.

    Sur RTL c’est Jeannette Bougrab, secrétaire d’Etat auprès de Luc Chatel, qui a été chargée de défendre cette position. Elle a déclaré : “les parents qui accompagnent les sorties scolaires ont les mêmes obligations que les fonctionnaires notamment celle de neutralité”.

    L’Ecole peut-elle participer à la campagne anti-musulmane du président ?

    Luc Chatel avait su épargner à l’Ecole toute participation à la campagne anti-Roms. Le voilà qui l’engage dans l’offensive lancée par Nicolas Sarkozy sur “l’identité chrétienne” de la France. Au risque d’exclure davantage de l’Ecole une population déjà en difficulté avec elle.

    La position de Luc Chatel est-elle légale ? A peine la circulaire d’application de la loi sur la dissimulation du visage est-elle publiée, le 3 mars, au Journal officiel, que Luc Chatel pousse plus loin en interdisant le port du voile aux parents qui encadrent les sorties scolaires. Car il ne s’agit pas dans cette affaire du niqab, déjà interdit dans l’espace public par la loi, mais d’empêcher des mères portant un fichu islamique d’accompagner les enfants lors des sorties scolaires. Pour Luc Chatel ces mères sont assimilées à des fonctionnaires astreints à ne porter aucun signe religieux. Cette interprétation crée de fait une nouvelle discrimination, d’autant que, dans le cas évoqué, il s’agit d’un tri a priori des parents. Il n’est pas certain qu’elle soit conforme à la loi française. Il est encore moins sûr qu’elle respecte la convention européenne des droits de l’homme. Sur ce terrain là, la France s’écarte des usages qui ont lieu chez nos voisins qui considèrent généralement la pratique religieuse comme un élément d’intégration dans la société et non comme un obstacle à celle-ci.

    Une campagne politique. Le 3 mars, au Puy-en-Velay , le président de la République a évoqué la chrétienté “un magnifique héritage de civilisation” en insistant sur le fait que la laïcité ne lui interdisait pas de dire cela. “L’identité n’est pas une pathologie” a-t-il ajouté. De son côté le président de l’UMP, JF Copé, a lancé une campagne sur l’identité nationale, la laïcité et l’islam. Il annonce pour le 5 avril, au terme d’un débat sur l’islam en France, des propositions de campagne citant en exemple l’interdiction des prêches en arabe dans les mosquées. C’est dans ce contexte que Luc Chatel a pris position. Bon élève de Sarkozy, Luc Chatel par ce courrier ouvre un nouveau front pour cette campagne, dont le caractère anti-musulman est patent, en l’introduisant à l’Ecole.

    La mallette des parents est-elle une valise ? “L’implication des parents, premiers éducateurs de leurs enfants, est un facteur essentiel de réussite scolaire et doit, par conséquent, constituer un objectif prioritaire du système scolaire”, professe une circulaire signée par Luc Chatel en juillet 2010. Elle étendait la « Mallette des parents » à de nouveaux collèges estimant que ce dispositif “constitue un levier permettant d’accompagner les parents dans leur rôle et de soutenir leur implication, en rendant plus compréhensibles le sens et les enjeux de la scolarité, le fonctionnement de l’institution scolaire et ses attentes vis-à-vis des parents, membres de la communauté éducative”. C’est reconnaître l’importance de l’intégration des parents dans l’Ecole pour la réussite scolaire des enfants. La lettre de Luc Chatel, qui n’est pas une circulaire et encore moins un arrêté, remet en question cette politique en incitant les enseignants à faire le tri entre les parents et à mettre à l’écart les mères de famille portant le voile. L’exclusion était le thème central de la politique scolaire prônée par l’UMP lors de son “rendez-vous pour la France” de novembre dernier. Le voilà amené à l’Ecole et c’est évidemment en totale contradiction avec une politique scolaire responsable.

    Les bons français et les autres… A un an des élections présidentielles, le gouvernement a décidé de faire campagne sur la division et l’exclusion. Quand il était porte-parole du gouvernement, Luc Chatel avait su s’effacer au moment où N Sarkozy jetait les Roms en pâture à l’opinion publique. Il est affligeant pour lui de constater qu’il a pris une nouvelle position. Il est gravissime pour l’Ecole de devenir un relais d’une campagne nauséabonde qui prétend distinguer les bons parents des mauvais et les vrais Français des faux. En ce sens, la décision qu’a prise le même jour Luc Chatel, d’envoyer dans les écoles un exemplaire de la Déclaration des droits de l’Homme, ressemble à un pied de nez.

    Les propos ministériels tranchent avec les pratiques et la jurisprudence qui jusque là considèrent que les parents accompagnateurs restent des personnes privées non astreintes aux obligations des fonctionnaires. Du côté de la Fcpe on remarquait qu’il est “humiliant et discriminatoire de signifier à certains parents qu’ils ne sont pas éligibles à être de bons parents”. Pour M Pryszlak, élu FCPE de l’école, “le ministre ne répond pas directement à la problématique soulevée initialement qui était que la directrice avait choisi d’exclure à priori des parents d’élèves pour leur appartenance religieuse”.

    Wa salâm

    3
  4. Ahmad    

    Masha Allah; ça fait plaisir. Qu’Allah assiste nos soeurs en toutes circonstances.

    4
  5. Najet    

    je sens que le CCIF va de nouveau être surchargé cette année…

    5
  6. Najet    

    pour mémoire également, on a pu voir lors des précédents JO, une femme voilée remettre leur médaille aux nageurs français, mais ça bien sûr, les journaux français ont fait mine de pas le voir (voire de couper au maximum l’image au montage). le monde se divise en deux catégories…

    6
  7. rim-k    

    en tout cas bravo pour cette article

    7
  8. FM    

    Salam,

    La France n’a vraiment rien compris, sa diversité et la richesse que nous pouvons lui apporter si elle n’en veut pas, cela se retournera contre elle. Ce n’est pas nous les musulmans qui le souhaitons ou qui ferons quelque chose c’est juste ce qui arrivera à force d’avoir une mauvaise image dans le reste du monde , ça aura des effets sur pas mal de choses dans ses relations avec les pays musulmans ou “normaux” qui respectent les libertés individuelles.

    FM

    8

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.