Finance islamique : colère de deux députés socialistes

Par Al-Kanz

Finance islamique. Alors que les travaux pour installer la finance islamique en France sont menés depuis des mois, deux députés socialistes découvrent aujourd’hui que la France veut concurrencer Londres et attirer les capitaux du Moyen-Orient.

Finance islamique. La France rêve depuis des mois de rattraper son retard par rapport à Londres, place financière dynamique qui a fait de la finance islamique un enjeu capital. C’est pourquoi les plus hautes autorités de l’Etat travaillent à rendre le pays attrayant pour les capitaux islamiques. L’an dernier, une table ronde a été organisée au Sénat : il s’agissait pour la commission des finances, chapeautée par Jean Arthuis, de préparer le terrain pour permettre à la finance islamique de s’installer en France. Quelques mois plus tard, l’Etat français modifiait sa législation fiscale pour la rendre compatible avec la shari’a (loi islamique) (voir Finance islamique : murabaha et sukuk, des produits désormais français). Ces modifications levaient en partie les obstacles juridiques et fiscaux qui rendaient jusque-là impossibles des transactions shari’a-compatibles.

La finance islamique au secours des entreprises françaises

Par ailleurs, une députée UMP, Chantal Brunel, rédigeait une proposition de loi « tendant à favoriser l’accès au crédit des petites et moyennes entreprises » dans laquelle elle suggérait « l’adaptation […] du régime de la fiducie pour permettre à la place de Paris d’accueillir plus commodément des fonds en provenance notamment du Moyen-Orient susceptibles de s’investir selon les techniques de la finance islamique, et offrir ainsi la possibilité aux établissements financiers français de développer l’émission d’instruments financiers, tels que les sukuk « . En d’autres termes, adapter la législation fiscale française à la loi coranique, à l’islam, permettrait de relancer l’économie : le crédit serait facilité et les petites et moyennes entreprises trouveraient les sources de financements qui leur font aujourd’hui défaut. Sauf qu’en réalité ce sont les capitaux du Golfe qui sont visés et non les PME.

Une colère bien tardive

Mais voilà qu’aujourd’hui, alors que l’affaire était pliée et que le gouvernement Fillon, par la voix de Christine Lagarde, ministre de l’Economie et des Finances, communique sans fard, deux députés socialistes, Henri Emmanuelli et Jérôme Cahuzac découvrent que la finance islamique s’est installé en France. Pas contents, les deux compères ont piqué une colère lors de l’examen de la proposition de loi de Chantal Brunel, s’offusquant de ce qu’un amendement « d’introduire dans notre code civil certaines dispositions compatibles avec la charia ». Rappelons à toute fin utile que ce projet est prévu depuis plusieurs mois comme en témoignent les sites du Sénat et du ministère de l’Économie et des Finances, ainsi que toutes les interventions publiques de Mme Lagarde et du sénateur Marini. Même Fadela Amara s’est prononcée pour la shari’a, puisqu’il s’agit de finance islamique (plus de précisions dans un prochain billet).

Si on peut comprendre qu’introduire les termes « Coran », « shari’a », « islam » dans le Code civil français puisse gêner aux entournures, on s’étonnera du soudain réveil de ces deux députés socialistes. Reste que les carottes sont cuites et que la Realpolitik aura assurément le dernier mot. La France ne peut faire aujourd’hui sans la finance islamique, c’est-à-dire sans l’islam. Henri Emmanuelli et Jérôme Cahuzac devraient lire Beaufils : Crise financière et récession : « C’est plutôt le Coran qu’il faut relire ».



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (7 commentaires)

  1. Alinaute    

    Assalamou Alaikoum Wa Rahmatou Allah Wa Barakatouh,

    « …. Même Fadela Amara s’est prononcée pour la shari’a… »

    Puisque l’ex président de « Ni P ni S » est pour, alors on est ra-ssu-ré !

    A propos, moi aussi je ne suis ni PS ni UMP :-) mais plutôt pour celui qui m’offre plus de droits qui vont dans mon sens de la vie.

    Salem !

    1
  2. Dazahid    

    Assalâmu ‘alaykum

    C’est maintenant qu’ils se réveillent ces deux-là ?
    Mais qu’on-t-il fait et compris depuis les débats au Sénat sur le sujet, les tables-rondes, Europlace, etc. ils étaient en vacances depuis un an et demi ?
    Al hamduliLlâh, c’est déjà lancé et c’est le pragmatisme qui prendra le dessus.

    2
  3. ribh    

    Une indignation tissée de démagogie politicienne.

    Sur un registre similaire il y lieu de noter qu’en France les soins d’acupuncture sont remboursés par la sécurité sociale. Quand on sait que l’acupuncture est une médecine traditionnelle dérivée des enseignements du taoïsme chinois, ces deux députés devraient au minimum demander la rupture des relations diplomatiques avec l’Empire du Milieu.

    3
  4. MouslimX    

    Salam/Shalom/Ave ;)

    Intéressant comme info.
    Mais comme tu fais bien le préciser, la cible c’est la finance pas l’économie
    Néanmoins, là où on peut rejoindre ces deux députés mais pour d’autres raisons, c’est l’hypocrisie patente : on passe du voile islamique honni à la finance islamique sublimée… waw c’est le grand saut! Au moins les 2 députés sont cohérents, cons mais cohérents, sans hypocrisie.
    De plus, prendre conscience de ce rapport de forces permet aussi de rester modestes quant à notre place/intérêt : la France ou quiconque s’en fout de l’islam en tant que tel, par contre ce qui peut rapporter qq chose non. Et les relations ne marchent (malheureusement?) que comme ça. « La France ne peut faire aujourd’hui sans la finance islamique, c’est-à-dire sans l’islam. » est donc un peu rapide je trouve; mieux vaut d’abord être conscients des rapports de force, puis les accompagner de notre éthique le cas échéant lol
    Wassalam,
    Mouslim-X
    http://mouslim-x.blogspot.com/2008/07/le-f-islamique.html

    4
  5. hafida    

    salam oua’laykoum

    donc si j’ai bien compris les musulman smicard peuvent toujours attendre pour l’ouverture d’une banque islamique.

    le but de la France est d’avoir les milliards du proche orient.

    je ne comprends pas les banques offrent déjà ces services aux milliardaires arabes non!!!!

    De plus l’ouverture d’une banque islamique était bien prévu pour ce mois.

    wassalam

    5
  6. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    Hafida, si vous voulez que les choses changent, il faut vous bouger et faire bouger autour de vous. Adhérez à l’Aidimm http://www.aidimm.com/articles/adherent-bienfaiteur_43.html

    6
  7. Copé, comparse d’Hortefeux, au secours de l’arabe    

    […] Aussi étonnant que cela puisse paraître, c’est toujours Jean-François Copé qui propose de réhabiliter la langue arabe dans les écoles. Le propos pourrait surprendre tant il tranche avec la famille politique de l’intéressé et le peu de cas que l’on a toujours fait en France de certaines langues longtemps allogènes. Qui n’a pas entendu ces institutrices, en maternelle, pestaient contre ces parents turcs ou maghrébins qui, à la maison, n’avaient pas transmis le français à leurs enfants ? Si votre enfant parle turc, arabe ou soninké à la maternelle, c’est une tare. S’il parle anglais, c’est merveilleux. Mais voilà qu’aujourd’hui le mépris laisse la place à un certain pragmatisme. La vigueur économique s’est déplacée vers l’Est, vers cet Orient aujourd’hui désiré. Les milliards, il faut pouvoir aller les chercher. L’homme fait preuve de pragmatisme, à l’instar du gouvernement qui n’hésite pas à changer la loi française pour accueillir la finance islamique. […]

    7

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE