Non-halal : Doux rencontre des acheteurs saoudiens

Par Al-Kanz

Bien que démasqué, Doux continue à commercialiser ses poulets non halal comme si de rien n’était. Début juin, des acheteurs saoudiens rencontraient l’entreprise qui déjà inonde le royaume saoudien de sa marchandise non halal.

Début juin, Ubifrance organisait une rencontre entre des acheteurs saoudiens et des entrepreneurs français. Doux était de la partie. Très implanté dans tout le Moyen-Orient, Doux commercialise ses poulets non halal en Arabie saoudite et se fiche des musulmans et de la polémique suscitée par le reportage censurée sur M6 révélant que les poulets Doux prétendument halal ne respectent en rien le rite d’abattage islamique (voir KFC non halal, Doux et M6 : retour sur l’affaire)

Capture d’écran du site Ubifrance.fr
Doux Ubifrance Arabie saoudite

Doux continue donc ses grosses petites affaires en Arabie saoudite, pays inondé par ses poulets non halal, où des millions de pèlerins souillent, à leur insu, leur ‘omra et leur hajj en consommant ces poulets non halal. C’est scandaleux, insupportable mais, semble-t-il, pas assez pour les musulmans, souvent prompts à se plaindre d’être floués, mais peu nombreux à se mobiliser lorsqu’il s’agit de se retrousser les manches. Dans une autre catégorie, on trouve aussi des musulmans, qui avancent des avis religieux sans chercher à comprendre si ces avis sont en accord avec la réalité.

Le mois dernier, suite à l’une de nos articles consacrés aux poulets non halal de Doux, Abou Abdillah, un lecteur d’Al-Kanz, nous expliquait que la France étant un pays chrétien (sic), la viande vendue dans l’Hexagone était de fait halal, en vertu du principe islamique qui autorise aux musulmans de consommer la viande des gens du Livre (juifs et chrétiens). S’il n’est évidemment pas question de remettre en cause ce principe – et comment le pourrait-on ? -, il convient en revanche de rappeler avec force que l’abattage tel qu’il est pratiqué par Doux n’est pas acceptable islamiquement parlant. Comme l’indique sur son site le conseil saoudien des savants de l’IFTA. Merci à M_P pour la traduction et le commentaire.

Pour les non-arabophones, je voulais juste évoquer les éléments mentionnés à la fin de l’étude à laquelle Abou Abdillah a fait référence dans ses derniers commentaires.

Juste avant la présentation des conclusions, voici ce qui est indiqué :

مما تقدم في بيان كيفية الذبح وديانة الذابحين يتبين أن ما ذكر في كتب ص 42-43 من الأعداد. وزارة التجارة والصناعة إلى الرئاسة لا يقوى على بعث الاطمئنان في النفس إلى أن الذبائح المستوردة يحل الأكل منها بل يبقى الشك على الأقل يساور النفوس في موافقة ذبحها للطريقة الإسلامية والأصل المنع ، وعلى هذا لا بد من البحث عن طريق لحل المشكلة .

« De tout ce qui précède au sujet de la méthode d’abattage et de la condition religieuse des sacrificateurs, il ressort clairement que ce qui a été mentionné dans les écrits du Ministère du Commerce et de l’Industrie (du Royaume d’Arabie Saoudite) (…) ne contribue pas à rassurer le cœur au sujet de caractère licite de la consommation des viandes importées ; au contraire, il reste quand même un doute concernant la conformité de ces abattages avec le rituel islamique. Et le principe, c’est l’interdiction. En conséquent, il est nécessaire de trouver une solution à ce problème. »

Et comme solution justement, voici ce qui est préconisé en substance (c’est une synthèse du propos) :

1- Augmenter l’élevage des animaux dans le Royaume et y importer des bêtes vivantes, en veillant à mettre en place les infrastructures adéquates pour l’élevage et l’abattage au sein même du Royaume. Assister les entreprises et les personnes qui s’engagent à cet effet afin de les encourager.

2- Créer des abattoirs spécifiques aux musulmans dans les pays d’où l’importation des viandes vers le Royaume est envisagée. Veiller à ce que la méthode d’abattage (qui y soit appliquée) soit conforme à la méthode légiférée dans la sharia.

3- Choisir des employés musulmans qui connaissent bien la méthode d’abattage conforme à la sharia afin qu’ils se chargent justement de l’abattage dans ces entreprises en fonction du volume de produit que le Royaume a l’intention d’importer.

4- Choisir un nombre suffisant d’experts parmi les musulmans afin que ceux-ci contrôlent l’abattage des animaux, la production de fromage, le conditionnement des viandes etc. dans les entreprises qui exportent ces produits vers le Royaume.

Source : Al-Ifta

Je pense que ces conclusions apportent un éclairage essentiel par rapport à la portée de l’étude, vu qu’elles sont énoncées après une analyse approfondie des avis juridiques émis sur la question de la licéité de la viande des Gens du Livre et, surtout, après avoir confronté ces éléments scientifiques avec des pratiques constatées dans les abattoirs non musulmans situés dans les pays occidentaux et qui exportent de la viande vers l’Arabie Saoudite.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (24 commentaires)

  1. sa3da    

    Assalamou alaykoum,

    Pourquoi les Saoudiens achètent-ils de la viande en provenance de l’autre bout du monde ? Ils n’ont pas assez d’éleveurs, pas assez de bouchers ? Quand le pétrole sera épuisé, ils vont pleurer de dépendre à ce point de l’étranger. Je salue les propositions faites dans le rectangle bleu. La solution, c’est évidemment de faire local. Les pays riches se mordront inchaAllah un jour les doigts de leur manque d’indépendance alimentaire.

    1
  2. Majarrah    

    Salam alaykum,

    Il me semble que la polémique suscitée par le reportage de M6 et les abattoirs Doux concerne la méthode d’abattage (en l’occurence, mécanique) et non pas la condition religieuse des sacrificateurs.

    La question centrale reste donc : des animaux égorgés à la chaîne par un instrument électrique actionné par un musulman ayant au préalable mentionné le nom d’Allah sont ils propres à la consommation ?

    Et là, force est de constater que des fatâwa tendent à répondre oui à cette question par l’affirmative, notamment de Shaykh Ibn Baz.

    2
  3. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    Majarrah,

    Non, on ne peut pas résumer la question de l’abattage rituel à la question de l’instrument électrique. Que faites-vous de ces millions de poulets qui meurent avant la saignée ? Prendre une fatwa sur un point précis sans considérer tout le problème n’est pas ce qu’il y a de plus pertinent.
    Encore une fois, il va falloir que nous prenions l’habitude de considérer un problème dans sa globalité en tenant compte des avis juridiques confrontés à la réalité.

    3
  4. Al_Majarrah    

    Salam alaykum,

    L’électronarcose est effectivement une seconde problématique, qui est selon moi à détacher de celle de l’abattage mécanique. Cette question a justement été exposée aux mêmes savants (Al Ifta, ainsi que Al Majma’ Al Fiqhi Al Islami Ad-Dawli), qui ont donné des recommandations précises à ce sujet (assez techniques, concernant notamment l’intensité du courant électrique “infligé” aux animaux en question), sans pour autant tendre à l’interdiction absolue de cette pratique.

    Je trouve au contraire ces avis juridiques on ne peut plus confrontés à la réalité.

    Je transmets le résultat de mes recherches dès que possible insha Allah.

    Peut-on au moins se mettre d’accord sur le fait que sans parler pour le moment d’électronarcose, plusieurs Savants (notamment d’Arabie, et ayant un rôle d’autorité religieuse là-bas), légitiment bel et bien l’abattage mécanique ?

    Salam alaykum

    4
  5. Al_Majarrah    

    Salam alaykum,

    Il est également à préciser que même lorsque des Savants prohibent la pratique de l’électronarcose, du fait de la souffrance infligée à l’animal, ils ne considèrent pas pour autant que celui-ci est impropre à la consommation, bien évidemment tant que celui-ci a été égorgé de son vivant.

    En d’autres termes et du point de vue du fiqh, agir avec bienveillance envers l’animal relève de l’OBLIGATION, et n’est pas une CONDITION pour que le sacrifice soit valable.

    D’où la licéité du foie gras, même si on connait les conditions déplorables qui permettent de l’obtenir.

    5
  6. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    Pouvez-vous publier ici les fatwas en question, afin qu’on soit certain que l’on parle de la même chose ?
    Sinon, encore fois, non il n’y a pas une première ensuite une seconde puis une troisième problématique. L’abattage rituel est un tout. En France, il a certaines caractéristiques qui ne sont pas prises en compte par ses fatwas.

    Le grand malheur dans tout cela, c’est que certains prennent un avis sur un point précis pour légitimer le tout, sans tenir compte de l’abattage dans sa totalité et surtout dans sa réalité.

    Vous ne pouvez pas réduire l’abattage rituel à la seule question de la méthode employée. Il faut sortir du tout théorique.

    6
  7. Al_Majarrah    

    Salam alaykum,

    Oui, c’est en cours insha Allah.

    Peux-tu préciser quelles sont selon toi les caractéristiques de l’abattage en France, qui ne sont pas prises en compte par ces fatawa ?

    7
  8. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    Pour ne pas partir dans tous les sens, je propose que l’on attende d’avoir tous ces fatwas sous les yeux. Cela nous permettra de parler de la même chose.

    8
  9. bidar    

    @Majarrah
    “actionné par un musulman ayant au préalable mentionné le nom d’Allah”je crois pas que cette condition est respectée, c’est pour cela qu’il ya polemique aujourd’hui nous avons acune information ou preuve que chez Doux cela se passe comme cela.
    D’apres le reportageet le service consommateur, la seule info c’est qu’il existe un musulman dans l’usine est il au service comptabilité? a la cantine? au nettoyage? on ne sait pas.
    Une fois que vous nous aurez demontré que cela se passe comme cela alors on passera a une deuxieme etape peut on considerer ce type d’abattage c a dire electronarcose + abattage mecanique+bismillah pour le premier animal comme halal?
    wa salam

    9
  10. Al_Majarrah    

    Salam alaykum

    @Al-Kanz

    C’est effectivement préférable, on en discutera après insha Allah.

    @Bidar

    Le problème est effectivement tout autre si Doux n’emploie pas de musulman (ou de juif, ou de chrétien reconnu comme tel) afin d’actionner cette machine.

    De toute façon, je ne cherche absolument pas à légitimer les pratiques de Doux, je n’ai aucun rapport de près ou de loin avec le monde de la viande halal. C’est surtout la question globale de l’électronarcose et de l’abattage mécanique qui m’intéresse, ce que vous appelez “2ème étape”.

    Tout le monde sera d’accord avec le fait que l’idéal serait que les musulmans eux-mêmes contrôlent leur production de viande du début à la fin, mais cela n’empêche pas de répondre aux interrogations suscitées par la situation actuelle.

    Salam alaykum

    10
  11. Al_Majarrah    

    Salam alaykum

    Fatwa n°1665, datée du 22/9/1397

    Louange à Allah, et que les Prières et les Salutations soient sur celui après qui il n’y pas point de Prophète, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

    Après cela :

    Le Comité Permanent pour les Recherche Scientifiques et la Délivrance des Fatwas a pris connaissance de la question posée à son Président par le Secrétaire Général de la Ligue Islamique Mondiale. Cette question est la suivante :

    « Le frère Sayyid Bacha, Secrétaire Général de L’Union des Associations Islamiques de Londres, m’a écrit afin de m’informer avoir reçu une lettre de la RSPCA (Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux) dans laquelle elle espère de lui qu’il pourra convaincre les associations islamiques établies à Londres d’accepter la consommation des animaux ayant été complètement étourdis avant d’être égorgés. Il indique également que la RSPCA précise dans son courrier que le Grand Juge de Tanzanie, à l’occasion d’un sermon, a déclaré qu’aucun texte du Qur’an ne vient interdire la consommation de bestiaux ou d’animaux ayant été complètement étourdis avant d’être sacrifiés.
    Le frère en question espérant obtenir une fatwa correcte à ce sujet, nous espérons ainsi de votre Eminence qu’elle pourra nous la délivrer, afin que nous puissons à notre tour lui transmettre.

    Le Comité a repondu comme suit :

    Premièrement : Si l’étourdissement se fait en frappant la tête de l’animal ou en l’électrocutant et que cela provoque sa mort avant qu’elle ait été sacrifiée, elle est considérée comme « mawqoudhah » (assommée) et ne peut être consommée, même si elle est égorgée après cela. Allah a effectivement interdit sa consommation dans Sa parole :

    « Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, la chair de porc, ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui d’Allah, la bête étouffée, la bête assommée (…) »
    (Sourate 5, Verset 3)

    Les Savants Musulmans reconnaissent unaniment que la consommation d’un tel animal n’est pas permise. Mais si la bête est encore vivante après l’étourdissement, puis sacrifiée et égorgée, elle peut être consommée, en vertu de la fin du verset en question, faisant allusion à la « mounkhaniqah » (la bête étouffée) :

    « (…), la bête étouffée, la bête assommée ou morte d’une chute ou morte d’un coup de corne, et celle qu’une bête féroce a dévorée – sauf celle que vous égorgez avant qu’elle ne soit morte -. »
    (Sourate 5, Verset 3)

    Allah a donc ici établi un cas particulier parmi tous ces interdits, du fait que la bête soit bel et bien égorgée, contrairement au cas ou elle meurt de l’étourdissement : dans ce cas, le fait de la sacrifier n’aura aucune influence sur le caractère licite de sa consommation.
    Cela nous permet de déduire que le Qur’an rend illicite la consommation de l’animal ayant été assommé, puis mort avant d’être sacrifié, puisqu’il est considéré comme « mawqoudhah » et qu’Allah nous a informés de son caractère impropre à la consommation dans le verset de la Sourate Al-Ma-idah, exception faite de la bête encore vivante avant d’être égorgée.

    Deuxièmement : Il n’est pas permis d’étourdir l’animal en le frappant, en l’électrocutant ou en ayant recours à d’autres pratiques de ce genre, du fait de la souffrance qui lui est infligée.

    Le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a en effet interdit de nuire et de faire souffrir autrui, et il a ordonné d’agir avec bienveillance d’une façon générale, et à l’égard des animaux en particulier :
    Mouslim rapporte d’après Ibn ‘Abbass (radi Allah ‘anhou) que le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : « Ne prenez pas un être vivant comme cible. »
    Et Mouslim rapporte de Jabir Ibn ‘Abdillah (radi Allah ‘anhou) : « Le Messager d’Allah (sallallahu ‘alayhi wa sallam) nous a interdit de tuer un animal sans raison. »
    Et Mouslim rapporte de Shidad Ibn Aws (radi Allah ‘anhou) que le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : « Allah a prescrit la bienveillance en toute chose. Si vous devez tuer un adversaire, tuez-le avec bienveillance ; si vous devez égorger un animal, faites le avec bienveillance : utilisez une lame bien aiguisée et agissez avec ménagement pour lui. »

    S’il n’est cependant possible de sacrifier l’animal qu’après l’avoir étourdi, et de sorte que cet étourdissement ne provoque pas sa mort, il est permis de l’assommer, puis de l’égorger, du fait du cas de nécessité ici présent.
    Quant au cas ou l’animal ne peut être égorgé qu’après sa mort, son statut est similaire à celui du gibier chassé : à partir du moment ou celui-ci est atteint par une flèche ou la balle d’une arme à feu (et non pas étouffé ou électrocuté) et qu’il est encore vivant, il doit être sacrifié ; dans le cas contraire, c’est le projectile qui l’a atteint qui fera office de sacrifice.

    (Viennent ensuite des ahadith sur la chasse ce n’est pas réellement le sujet qui nous intéresse ici)

    Les membres de la RSPCA se doivent donc d’ahir avec bienveillance envers les animaux, même ceux destinés à être sacrifiés : ils ne devront ni être frappés à la tête, ni électrocutés. Celui qui sacrifie une bête ne pourra agir de la sorte, sauf si le sacrifice ne peut être réalisé qu’après avoir été atteint par un projectile qui le transpercera. Il pourra pour cela s’aider d’une corde afin d’attacher l’animal. Et si tout cela n’est pas possible, il devra poignarder l’animal ou lui adresser un projectile qui le transpercera, et c’est cela qui fera office de sacrifice si la bête en meurt, en vertu des ahadith précédemment cités et de la parole d’Allah :

    « Craignez Allah, donc autant que vous pouvez. »
    (Sourate 64, Verset 16)

    Et que les Prières et les Salutations d’Allah soient sur notre Prophète Muhammad, sa famille et ses compagnons.

    Ce que j’ai modestement compris de cette fatwa :

    – L’électronarcose ou tout autre moyen d’étourdir un animal sont à la base des pratiques à proscrire, car elles entrent en contradiction avec l’obligation d’être bienveillant envers lui ;
    – On peut malgré tout y avoir recours en cas de nécessité ;
    – Même si le sacrificateur a commis un péché en électrocutant ou en assommant la bête, celle-ci peut quand même être consommée si elle a été égorgée de son vivant. C’est ce à quoi je faisais allusion plus haut, quand je disais que la bienveillance envers l’animal est une OBLIGATION et non pas une CONDITION.

    Je pense donc que les points à éclaircir sont à présent les suivants :

    – La mondialisation et le nombre important de « bouches à nourrir » doivent-ils être pris en considération afin de considérer que l’on se trouve bel et bien en cas de nécessité, ce qui nous permettrait d’avoir recours à l’électronarcose ?
    – Concernant les volailles et les lapins (car le problème ne semble pas se poser pour les ovins, les ovins et caprins), existe-t-il des techniques d’électronarcose reconnues comme fiables à 100% et nous assurant que la décharge ne tuera pas l’animal ? J’ai également des paroles de gens de science à ce sujet, j’essaierai de transmettre tout ça petit à petit insha Allah.

    Voilà pour l’électronarcose. Concernant l’abattage mécanique, je t’ai transmis le résultat de mes recherches par mail.

    Wa Allahou a’lam wa salam alaykum

    11
  12. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    A propos de l’électronarcose, j’ai à plusieurs reprises écrit qu’elle n’était “en théorie” pas interdite : https://www.al-kanz.org/2010/03/14/electronarcose. Pour répondre à vos questions, non il n’existe pas de techniques fiables à 100 % et un très grand nombre de volailles meurent avant d’avoir été abattues.

    Pour la fatwa sur l’abattage mécanique, vous n’avez pas plus précis et surtout plus pertinent (cad en adéquation avec la réalité) ?

    12
  13. Al_Majarrah    

    Salam alaykum

    En quoi la fatwa sur l’abattage n’est pas en adéquation avec la réalité ? Est-ce parce qu’elle ne fait pas allusion à l’électronarcose ?

    13
  14. alourtilani    

    Salam Al_Majarrah ,

    Très intéressé par ces débats, on aimerait aussi avoir le résultat de tes recherches sur l’abattage mécanique.

    Concernant ce point “La mondialisation et le nombre important de « bouches à nourrir »”, il est prouvé que le monde occidental consomme trop de viande! Donc on est pas dans le cas de force majeur, pour ce qui nous concerne en France, on mange même trop de viande, alors en abattre moins et avoir des prix plus élevé poussera les gens a consommé moins, donc a avoir une meilleur santé !

    Pour l’éléctronarcose, même si elle était fiable à 100%, en consommant une telle viande on se rendrait complice de mauvais traitement aux animaux avant leur mort. De plus les pro electronarcose, disent que c’est fait pour éviter les mauvais traitements, alors que rien ne le prouve, donc aucune raison de leur céder…!

    14
  15. Al_Majarrah    

    Salam alaykum

    alourtilani je suis d’accord en ce qui concerne l’électronarcose, loin de moi l’idée de légitimer cette pratique, mais il est malgré tout nécessaire de bien définir en fiqh ce qui relève de l’obligation et de la condition, afin de pouvoir tout simplement l’appliquer dans notre vie de tous les jours.

    Un cas tout bête : on te propose un plat contenant de la viande de boeuf tué par électronarcose, est-ce un péché de la consommer ? Au vu de ce qui a été cité, il apparaît que non.

    Concernant la mondialisation, penses tu que même en diminuant notre consommation de viande, il serait possible de subvenir aux besoins en viande de la oumma du monde entier (voyons un peu plus loin que la France) en se contentant d’abattre manuellement les bêtes ? Je n’ai moi-même pas la réponse à cette question.

    15
  16. alourtilani    

    Al_Majarrah,

    Merci pour tes reponses. Pour ce qui concerne la consommation de viande, c’est à des spécialistes de répondre à cette question, et encore, je ne suis pas sur que les spécialistes soient tous d’accord sur cette question.

    Par contre j’aimerai, pour info, que tu nous poste ce que tu as trouvé sur l’abbatage mécanique.

    Barak Allahou fik.

    16
  17. Al_Majarrah    

    Salam alaykum

    Voici celle que j’avais transmise à Al-Kanz (d’ailleurs, peux-tu me dire ce qui ne te “convient” pas dans cette fatwa, et en quoi elle n’est pas adaptée à la réalité ?), les autres sont en cours de traduction, désolé mais je n’ai pas beaucoup de temps.

    FATWA N° 21165

    Question : Quel est le jugement relatif à l’abattage mécanique ? A savoir que ce dernier consiste à sacrifier en une seule fois des dizaines de poulets en ne mentionnant le nom d’Allah qu’une seule fois.
    Et si une personne se retrouve seule et doit sacrifier à la main un grand nombre de poulets, lui est-il suffisant de ne mentionner le nom d’Allah qu’une seule fois, ou doit-il obligatoirement le faire pour chaque poulet ?

    Réponse :

    Premièrement : Il est permis d’avoir recours aux instruments contemporains d’abattage, à la condition que ceux-ci soient bien tranchants et permettent de sectionner l’oesophage et la trachée.

    Deuxièmement : Si l’instrument permet d’abattre un nombre conséquent de poulets en une seule fois, il est permis à celui qui le met en marche de ne mentionner le nom d’Allah qu’une seule fois en ayant à cet instant en lui l’intention du sacrifice, et à condition que le sacrificateur en question soit musulman ou parmi les Gens du Livre.

    Troisièmement : Si la personne effectue le sacrifice manuellement, elle se doit de mentionner le nom d’Allah de façon séparée pour chaque poulet qu’elle sacrifie, car chacun d’eux est indépendant.

    Quatrièmement : Il est obligatoire que le sacrifice donne lieu à un égorgement, et que soient à cet effet sectionnés l’oesophage et les deux veines jugulaires, ou au moins l’une d’elles.

    Et la réussite ne provient que d’Allah, et que les Prières et les Salutations d’Allah soient sur notre Prophète Muhammad ainsi que sa famille et ses compagnons.

    Al-Lajnah Ad-Da-imah Lil-Bouhouth Al-‘Ilmiyah Wa Al-Ifta (Volume 22, page 464)
    Membre : Bakr Aboû Zayd
    Membre : Sâlih Al-Fawzân
    Membre : ‘Abd Allah Ibn Ghoudayyân
    Président : Shaykh ‘Abd Al-‘Azîz Ibn ‘Abd Allah Aal Ash-Shaykh

    17
  18. Al_Majarrah    

    Salam alaykum

    Une autre fatwa, qui énumère les mêmes conditions afin que l’abattage mécanique puisse être considéré comme étant valide.

    FATWA N° 7975

    Question : Quel est le jugement relatif aux bêtes sacrifiées par une lame mécanique actionnée par un sacrificateur, qui mentionne le nom d’Allah pour chaque bête ?

    Réponse :

    Si le sacrificateur en question est musulman, juif ou chrétien, qu’il a en charge la gestion de cet instrument en ayant l’intention de sacrifier ces bêtes, qu’il prononce le nom d’Allah à chaque fois que la lame mécanique vient égorger une bête, et que cette lame tranche les organes qui doivent obligatoirement être tranchés du point de vue de la Législation Islamique – à savoir la trachée, l’œsophage et les deux veines jugulaires -, il est permis de consommer les animaux sacrifiés de cette façon.

    Et la réussite ne provient que d’Allah, et que les Prières et les Salutations d’Allah soient sur notre
    Prophète Muhammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
    Al-Lajnah Ad-Da-imah Lil-Bouhouth Al-‘Ilmiyah Wa Al-Ifta (Volume 22, page 383)
    Membre : ‘Abd Allah Ibn Qou’oud
    Membre : ‘Abd Allah Ibn Ghoudayyân
    Membre : ‘Abd Ar-Razzaq ‘Afifi
    Président : ‘Abd Al-‘Aziz Ibn ‘Abdillah Ibn Baz

    18
  19. sa3da    

    Citation Al_Majarrah : “Concernant la mondialisation, penses tu que même en diminuant notre consommation de viande, il serait possible de subvenir aux besoins en viande de la oumma du monde entier (voyons un peu plus loin que la France) en se contentant d’abattre manuellement les bêtes ? Je n’ai moi-même pas la réponse à cette question.”

    Assalamou alaykoum,

    Pourquoi la France devrait-elle faire de l’élevage intensif et de l’abattage à la chaîne pour nourrir les autres pays ? Ceux-ci n’ont-ils pas les ressources pour faire de l’élevage et de l’abattage ? La Oumma n’a pas à se calquer sur les lois de l’économie, en Islam d’autres valeurs passent avant le profit.

    alourtilani a raison, le consommateur doit adapter sa consommation à la production (dans des conditions conformes à l’Islam) et non l’inverse ! Cela sera mieux pour la santé des musulmans et leur caractère inchaAllah.

    Les animaux ne sont pas une simple marchandise, ce sont des créatures vivantes dont nous avons la responsabilité !

    Une production locale est le meilleur moyen de rentrer dans quelque chose de plus raisonnable et de permettre au consommateur de savoir ce qu’il mange.

    Le monde est fou mais ce n’est pas une raison pour se plier à ses dérives…

    Wa salam

    19
  20. alourtilani    

    Salam Al_Majarrah,

    Barak Allahou fik pour les infos concernant l’abattage mécanique.

    20
  21. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    Al_Majarrah,

    Ce qui me pose problème dans cette fatwa, c’est que :

    1- je ne comprends pas ce qu’elle autorise et/ou interdit très concrètement. Qu’est-ce qu’on entend par “instruments contemporains d’abattage” ? A quoi fait-on référence quand on dit parle d’un instrument qui “permet d’abattre un nombre conséquent de poulets en une seule fois” ?

    2- Ce genre de fatwas présentées de la sorte et seulement de la sorte, comme c’est très souvent le cas, ont un effet contre-producteur. Pire, on croit répondre au problème global de l’abattage alors qu’on ne parle ici que d’un seul point.

    En admettant qu’on soit convaincu par cette fatwa (mais voir plus haut les conclusions de l’ifta), ça ne change rien au problème de l’abattage industriel en France :

    1- Il faut des contrôleurs, sacrificateurs musulmans. Ce qui n’est pas assuré.
    2- Il faut que ces employés puissent travailler en conformité avec les règles de l’islam. Or, vous croyez vraiment qu’un employé qui fera perdre de l’argent à son patron sera bien vu et n’aura aucune pression ? Un tel employé, s’il veut être dans les règles islamiquement parlant, doit mettre de côté la volaille qui meurt avant la saignée. Il devient une contrainte pour la société et une source de perte d’argent. S’il n’est pas extérieur à la société et/ou si dans la société on est d’abord dans le profit, vous pouvez être sûr que, les règles islamiques, on marchera dessus.
    3- Quid justement des contrôles des animaux qui arrivent sur la chaîne d’abattage ?
    4- Quid de l’électronarcose et de tous ces cadavres qu’on estampille halal ?

    Voilà de façon décousue plusieurs problèmes.

    Pour finir, désormais la mosquée de Paris qui recourt à l’abattage mécanique généralisé, sans contrôleur indépendant (elle fait du Doux en somme), a choisi de citer “des savants saoudiens” pour justifier sa position.

    21
  22. Majarrah    

    Salam alaykum

    La fatwa n°7975 me semble pourtant assez précise dans la description de la machine, je ne suis absolument pas expert dans ce domaine mais je pense que ce qui est ici à retenir, c’est qu’une viande peut être halal même si l’animal n’a pas été sacrifié “directement” de la main d’une personne.

    L’effet contre-producteur de ces fatawa est le résultat de ceux -et uniquement ceux- qui veulent leur donner cet effet (La Mosquée de Paris en tête, qui curieusement ne cite pas les savants saoudiens lorsqu’il s’agit du niqab par exemple).

    Je veux dire qu’on ne peut pas non plus occulter leur existence en se contentant de dire “oui mais c’est irréalisable et ça ne se passe pas comme ça en France”. Au contraire, c’est à nous qu’il appartient de faire coller ces fatawa (et plus globalement, les principes de notre dine) aux méthodes d’abattage (industriel ou non) en France et partout dans le monde. Et cela n’est nullement contradictoire avec les préconisations de l’Ifta.

    Reste ensuite une problématique effectivement bien réelle, celle de l’électronarcose.

    Ce que je veux dire pour résumer, c’est que ce n’est pas forcément faire le jeu de Doux ou de tous les acteurs verreux de ce domaine que d’affirmer que du point de vue théorique, l’abattage mécanique est permis. C’est simplement poser un principe, afin de pouvoir avancer un peu plus loin.

    Salam alaykum

    22
  23. KFC abandonne le (prétendu) halal dans cinq de ses restaurants    

    […] Les restaurants KFC prétendument halal se multiplient comme des cafards petits pains outre-Manche. On compte désormais 94 établissements qui proposent exclusivement de la viande non halal présentée comme halal, car certifiée par le Halal Authority Food (HFA), un organisme de certification, qui fait la joie de KFC. Le HFA autorise en effet presque tout ce qui rend non halal une viande halal et autorise l’étourdissement des poulets – qui meurent en grand nombre avant même la saignée lorsqu’ils subissent l’électronarcose -, l’abattage mécanique, l’absence de formulation de la basmallah (au nom de Dieu), l’absence de contrôleurs sur place. Le paradis pour un industriel qui veut vendre la viande non halal à des musulmans tout en l’affichant halal, comme le fait Doux en France et dans les pays musulmans. […]

    23
  24. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    Au Majarrah, l’abattage mécanique est impossible sans électronarcose préalable. Or, à ma connaissance, les savants qui “autoriseraient” le principe de l’abattage mécanique (mais là encore on ne peux pas séparer le principe de son adéquation avec la réalité), interdisent l’étourdissement, et de faire rendent impossible l’abattage mécanique. C’est donc bien faire le jeu des industriels comme Doux de tronquer le problème en plusieurs parties, d’affirmer que telle partie est correcte et de faire l’impasse sur le reste.

    24

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FERMER
CLOSE